Victoria's Stone

Bienvenue à Londres au XIXème siècle, ici les pierres sont magiques et vous confèrent des pouvoirs ! [10 lignes minimum]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'arrivée d'une Marquise de Coligny

Aller en bas 
AuteurMessage
Alice de Coligny

avatar

Messages : 29
Points : 53
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 27
Localisation : Quelques part dans les temps...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Chronos

MessageSujet: L'arrivée d'une Marquise de Coligny   Ven 14 Mai - 21:20











Qu'il est difficile de comprendre le pouvoir de cette pierre. En aucun cas je ne me permettrais de prendre ces très chers lecteurs pour des idiots de premier ordre. Non, non. Il est juste de dire que l'histoire d'Alice, expliquera d'elle même ce pouvoir. Comme il m'est demandé si poliment de vous expliquer en quoi consiste le don qu'a apporté cette pierre à la jeune de Coligny, je m'en vais vous l'expliquer.

Cette pierre à donné le pouvoir, à mademoiselle Alice, de se déplacer dans le temps à sa guise. Elle peut donc retourner dans le passé, allez dans le futur, même se déplacer dans le présent. C'est assez simple, mais en même temps très complexe. Car se don est très puissant, malgré la taille du bijou, et l'énergie dont à besoin ce cailloux précieux, est prit en la chère demoiselle. Que c'est cruel, donnait un don si dévastateur. Car si elle reste plus de quelques heures dans un certain temps autre que le présent, alors elle risque de perdre connaissance, voir même de perdre la vie. C'est pour cette raison qu'elle n'utilise pas ce don à la légère, mais seulement en cas d'extrême urgence. Maintenant vous avez le cas où son corps se déplace, c'est le cas quand elle aimerait connaitre les affaires fructueuses qui se produiront d'ici quelques années même siècles et ainsi changer son futur, voir même changer son passé...

Maintenant je vais vous parler de son don le plus banal. Celui qu'elle arrive à utiliser sans grand mal, et qu'elle ne peut maintenir. Elle peut deviner, grâce à son bijou, ce que vous allez dire, ou faire. Elle peut ainsi prévoir quand quelqu'un va tomber et peut l'aider juste à temps. En entrant en contact physique avec une personne, elle peut connaitre entièrement son passé. Mais comme dit précédemment, ce don n'est pas maîtrisé, et malheureusement pour elle, il lui à jouer de bien vils tours. Alors si vous ne voulez pas voir vos plus vils péchés exposés, ne vous permettez pas de poser autre chose que vos yeux sur elle.





La beauté peut elle être un défaut quand elle est aussi pure? Quelle question... Bien sur, il est évident que cette jeune fille attire le regard, que ce soit par ce à quoi elle ressemble ou bien par ce qu'elle dégage. Mais là n'est pas la question, je me dois de décrire la jolie poupée de porcelaine qui va devenir mon jouet en ces lieux si sanglants.

Tout d'abord Alice, n'est pas grande avec des yeux bleus, des cheveux blonds, et une robe à froufrous bleu claire. Elle ne ressemble pas du tout au stéréotype même d'Alice au Pays des Merveilles. Par contre, on peut dire qu'elle n'est pas très grande, enfin... Elle possède ce qu'on appel une taille standard. Sûrement l'une des seules choses qu'elle a comme tout le monde. Environs un mètre soixante, un peu moins un peu plus... Elle ne sait pas exactement. Juste que c'est environs ça. Son poids ne sera divulgué, car il est des plus impoli de demander le poids d'une jeune fille, surtout si celle ci fait partie de la haute société.

Pour ce qui est de sa crinière parfaite, il n'y a rien à dire. Si... On dirait une barbe à papa. Vous savez ses petits filaments de sucre rose pâle? Non, suis je bête, vous ne pouvez pas connaitre, cette friandise ne naîtra que d'ici 1897, et puis dans le pays de la pluie elle s'appellera Candy floss. Mais bon, de toute manière ce n'est qu'en 1904 que vous pourrez posséder une machine à barbe à papa chez vous. Oh, mais pourquoi pas le créer avant, afin d'être avant gardiste? Non non, retournons à notre chevelure d'ange. Elle possède des cheveux roses, ce qui est très étonnant, je vous l'accorde, mais totalement naturel. Ces files de soies rosés tombent jusqu'à ses épaules d'ingénue, mais ça ne l'empêche en rien de les attacher, lorsqu'il est d'usage d'être présentable. D'ailleurs elle les attachent au grès de ses envies, et souvent de manière avant gardiste, grâce à ce qu'elle à put déjà voir du futur.

Maintenant parlons sans tarder de son minois. Quel joli visage possède donc cette demoiselle. Déjà, tout comme le reste de son corps, sa chaire ferme est recouverte d'une fine peau de soie blanche, et délicatement douce au touchée. Ses deux grands yeux ont une couleur toute particulière. Ils sont dorés, une couleur bien étrange, mais si envoutante. Qui ne désir l'or? Après tout l'or fait le bonheur contrairement à l'argent. Pour ce qui est de son nez. Il est petit, et légérement pointu, c'est à peine si on le remarque. Puis nous arrivons sur ses lèvres. Des belles, douces et fines lèvres. Tellement jolies, mais pourtant, personne ne les a jamais frôlés, et d'ailleurs il est peu probable que quelqu'un les touche un jour. Son visage d'ange se termine par son menton légérement arrondi, ce qui lui donne un petit côtés bon enfant.

Pour le reste de son corps? C'est banal, deux bras, deux jambes, deux mains deux pieds, un ventre fin, un dos droit, une poitrine rebondi, de jolies hanches, une taille fine, des fesses fermes. En gros rien de bien palpitant.

Pour ce qui est de ses vêtements? Elle en change tout le temps. Bien sur, elle ne met que des robes, bien qu'elle adore les fameuses mini jupes et même les pantalons, qui ne seront portable par des femmes que d'ici plusieurs années.

Quel dommage, son don en est presque cruel.


Que de mystères autour de cette demoiselle. Savez vous chers lecteurs, que la curiosité est un très vilain défaut? Bien sur je suis apte à comprendre qu'une telle subliminance vous intrigue. Et encore une fois, il m'est demandé de parler de ma jolie invention. De vous montrer, qui elle est, autant en apparence, que réellement. En tout cas, j'espère que vous n'en serez pas déçu.

Et bien je vais commencer par vous montrer qui elle est, ou plutôt qui elle doit être. Tout d'abord, elle vient d'une famille riche, il est donc évident qu'elle applique le manuel du savoir vivre comme personne. D'ailleurs ses allez retour dans le passé lui ont permit d'améliorer sa façon de se tenir, et ça manière de paraître. Alice est bizarrement, toujours souriante. Un sourire angélique, qui cache une envi diabolique. Elle est poli, douce, gentille, attachante. Parfaite. Lorsqu'on lui demande de faire quelque chose elle le fait presque immédiatement. Toujours là pour sauver la veuve et l'opprimé comme qui dirait. Mais ne vous fiez pas aux apparences, celles ci sont très souvent trompeuses.

Cependant, vous dire qui elle est réellement, risque de gâcher mon plaisir à vous jouer un mauvais tour dans la suite de notre histoire. Car oui, maintenant que vous avez commencé à lire ce chef d'œuvre, votre chemin vient de s'allier au mien, et donc je pourrais à ma guise me jouer de toi. Mais là n'est pas la question. Il m'est demandé de le faire et donc je le ferrais.

En réalité, notre belle marquise est terriblement manipulatrice. Elle fait agir les personnes comme bon lui semble, suivant ses désirs. Vous vous doutez que son don lui est profitable dans cette démarche. Connaître le futur aussi bien que le passé? On peu donner pitié à quelqu'un en prétextant avoir le même passé, on peut lui donner envi en lui montrant ce qu'il a toujours désiré. Oui, elle sait se servir des outils qu'on lui propose. Mais si la manipulation était son seul défaut, ce serait fort dommage, car alors, elle serait parfaite. Ce qu'elle désir par dessus? Qu'on entende parler de sa famille, et d'elle par la même occasion. C'est pour cette raison qu'elle a fait déjà bien des aller dans le passé pour le changer. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on entendait tellement parler de la maison De Coligny, dans l'histoire de France? Oh! Je viens révéler l'un de ses pêchés, tant pis. Mon châtiment sera de la rendre colérique. Sur les sept pêchés capitaux, c'est le seul qu'elle possède. Enfin si, l'envi d'un certain côtés elle le possède aussi, mais bon... Donc je disais qu'elle était colérique. Très colérique d'ailleurs. Bien qu'elle ne le montre pas, lorsqu'elle est seule dans ses appartements, il lui arrive très souvent de pester sur des domestiques, ou même sur d'autres nobles.

Ah oui! Vous vous dites qu'elle doit être terriblement hypocrite vue le portrait paradoxal qui vient d'être décris. Mais non. je te l'ais dit avant cher lecteur. Oui cette fois je m'adresse à toi seul, toi le seul qui n'a pas compris, car cette enfant, peut te dire les pires méchancetés, mais sa voix si élégante les feront passer pour des déclarations d'amour. Alors prend garde à toi. Tu as devant toi, le chef d'œuvre de plusieurs siècles.


Mais que dire sur la famille De Coligny? Cette maison de noble n'a-t-elle pas encore fait ses preuves? D'ailleurs, toutes les familles royales européennes ont un lien avec cette famille. Sans parler du nombre de personnalités qui en découle. On y retrouve des seigneurs féodaux, des chevaliers, des croisés, des chefs de guerre... et tant d'autre. Ils ont marqué l'histoire. Pensez vous qu'une certaine demoiselle serait venu y mettre son grain de sel? Qui sait... Peut être bien, mais vous serrez ça dans la suite. Pour le moment, vous avez juste besoin de savoir qu'elle vient d'une famille de noble, et qu'elle est française.



Alors comme ça vous voulez connaitre le récit de la vie de ma jolie poupée? Ne vous avais je pas déjà dit que la curiosité était un pêché? Non? Et bien je vous le dis. Vous devriez avoir honte de vouloir connaitre une demoiselle ainsi. Si vous découvrez un jour ce qui suis, vous deviendriez son pire ennemi. Et ne soyez pas sur de vous en sortir vivant, car au bout de quelques secondes vous pourriez très bien disparaitre, vue qu'elle aurait fait un saut dans le passé pour éviter à vos parents de se rencontrer. Atroce comme châtiment. Retirer la vie de manière détournée. Mais au moins ça ne salit pas, et on ne risque pas d'être attrapée.

Oui, tout commence par une rencontre. Notre décor se pause en France en 1848. Le jeune héritier de Coligny se trouve dans l'une de ses maisons de campagne, et par la douceur du destin, les parisiens se soulèvent, ce qui obligea une belle aristocrate à quitter son logis de la ville pour se réfugier en campagne. L'union de ces deux êtres était prévue depuis fort longtemps, il devait unir les deux famille absolument, pour les rendre plus puissantes. Ce qui arriva, c'est que l'amour naquit entre eux. Voila quelque chose d'imprévue, il n'y avait pas d'amour dans les mariages arrangés, c'est ce qui faisait leur charme, à la place, ce mariage fut célébré dans la joie et la bonne humeur. Je me demande si je dois vous le dire, mais le mariage avait été entamé bien avant la cérémonie, car ce que personne ne sait, c'est que la future marquise attendait un enfant le jour de ses noces, mais maintenant vous dire si le marquis de Coligny était le père, je ne peux me permettre, et de toute façon je ne le sais point.

Car les mois passèrent, mais la jeune femme faisait de l'équitation avec son époux tout les jours. Ce qui provoqua la perte de l'enfant. Et puis de toute manière il n'y avait pas de test de grossesse à cette époque. Oh suis je vraiment aussi bête? J'ai oublié que vous ne saviez pas ce que c'était! Il est vrai que ce genre d'appareil n'existe pas encore à l'heur où je vous parle. Enfin, c'est donc ainsi que le premier futur hériter de la famille péri tragiquement, sans que personne ne le sache à part la mère, et une personne qui allait devenir une demoiselle de la haute société. Je vous laisse le plaisir de deviner qui cela peut il être...

Les années passèrent, et depuis cette fausse couche, la belle marquise n'avait pas put donner la vie. Oh! Mais rêverais-je? Un petit ventre qui tend à se montrer? Madame la Marquise, attendez vous donc enfin un enfant? En ce bel automne 1852? Le bébé naquit. Quelle chance, celui ci ne péri pas, mais était ce une chance pour lui? Voila une bien bonne question. Cet enfant était un homme, futur marquis de sang, mais en réalité, il était un bien pitre chef de guerre... Lorsque ce garçonnet eut atteint ses trois années de vie, sa mère refus enceinte. Une mère pondeuse on dirait... Elle aurait presque put être une poule. Enfin le jeune Louis, oui c'est le nom du futur grand frère, n'aimait pas que sa maman chérie attende un autre enfant. Après tout, il ne serait plus le chouchou adoré de sa maman, et c'est très peu dire!

Car le jour tant attendu arriva le 25 mai de l'année 1856. Pendant qu'un esclavagiste se faisait tuer par des sortes de libéraux aux Amériques, une femme donnait la vie. Quelle jolie expression que "donner la vie", et pourtant, c'est un moment extrêmement laid à regarder, d'ailleurs je vous le déconseille! Enfin bon, après plusieurs heures de dur labeur, où la marquise se jurait de ne plus jamais s'approcher de son époux, un cris brisa la nuit étoilée. Il était déjà bien tard, environs 23 heures trente. Malheureusement, alors qu'un souffle de vie entré dans les poumons de la future Marquise de Coligny, le souffle de l'ancienne Marquise de Coligny quitta son corps. La femme de chambre qui avait aidé à faire naître l'enfant, put admirer sa maîtresse dans une position des plus morbide. L'odeur était celle de la transpiration, du sang sec, mais aussi celle de la mort. Le fer rouge avait réussi à faire pleurer la douce enfant. Un cris de stupeur se fit entendre. Les cheveux trempés de sueur, les quelques mèches collées contre la peau en âge, les yeux vitreux, la peau blême, la bouche légérement entrouverte... On aurait dit que la faucheuse donnait un baiser passionné à cette femme qui ne connaitra jamais sa progéniture. Le marquis s'empressa de rejoindre la chambre de sa dulcinée, pourquoi tant de cris? La vie est donc si jolie. Ô marquis, si tu savais... Quand tu verras ta femme, la colère t'emporteras, tu auras envi de tuer ton enfant, car c'est de sa faute si ta femme est morte... Mais c'est toi qui à créé cette enfant de toute pièce, alors ne te méprends pas sur qui est le fautif de cette mort, car toutes tes pensées indélicates à l'égard de cette demoiselle, te seront un jour désagréable et la gâtera comme si elle était le joyaux le plus précieux du monde.

Bien sur, je m'en doute que la vie d'un bambin ne vous intéresse pas mes chers lecteurs, mais tout de même, les premiers pas d'un enfant, ses premières paroles? Non tout ceci ne vous plais guère? Alors tant pis, je passerais outre mon désir d'exprimer la fierté que j'ai eut lorsque que mon enfant eut marché pour la première fois seule, quand elle avait tout pile une année. Ou encore lorsqu'elle prononça son premier mot, ce qui fut à l'âge d'un an et demi. D'ailleurs, assez étrangement, celui ci fut "mort". A croire que la belle de sa cape noir veillait sur l'enfant qu'elle avait privé de sa mère. N'est ce pas touchant? Après tout, le coupable retourne toujours sur la scène du crime. Mais peut on dire que la faucheuse est une criminelle... Je me le demande...

Alors comme vous très chers lecteurs, semblez si indifférent à la fierté que m'apporte ma création, je m'en vais continuer son récit. Je vais vous parsemer de mystère et d'envie, car lorsque tu auras fini de lire tout ceci, tu me supplieras de te permettre de jouer avec ma poupée. Sache juste une chose, elle est mienne et ce pour l'éternité.

Cet ainsi que les années passèrent, Louis apprenant les principes de la guerre, et la jeune Alice qui flânait dans le grand jardin entre ses cours. Elle avait presque dix ans, et déjà elle donné des concerto de piano. Elle adorait son piano, même si elle aurait préféré jouer du clavecin. Cependant, le clavecin eut été à sa mère, et comme tout ce qui avait bien put appartenir à cette dernière, il interdit de s'en approcher. Le marquis se mettait dans une colère noir si jamais on était à moins d'un mètre de affaires de sa défunte épouse. C'est donc ainsi que la demoiselle eut pour la première fois l'envi d'aller dans le passé. Ainsi, elle aurait put connaitre sa mère, elle aurait put jouer du clavecin...

Comme dit précédemment, l'aîné des enfants de la famille devait apprendre les principes de la guerre, connaitre les stratégies et tout ce qui ci approche. En l'occurrence, il n'aimait pas ça. Il aurait bien était durant les années Flower Power. Oh! Mais voyons! Excusez moi très chers lecteurs, de vous parle de chose que vous ne connaitrez jamais. Après tout, vous serez tous morts et enterrés. Mais sachez que vers les années 1970, les jeunes gens se permettront de laisser aller leurs obscénités sur vos tombeaux. Enfin, retournons à mon récit. Un jour, Louis et Alice se disputèrent, c'était quotidien, mais cette fois la jeune fille fut poussé à assister au cours de Guerre que donnait son père à son frère. Et c'est ainsi que le titre de marquise lui fut donné non seulement par le sang, mais également par ses gestes, car elle fut plus apte à commander une armée, et plus courageuse que ne le fut son frère.

C'est grâce à ce jour, qu'elle put aller pour la première fois en Angleterre. Elle put connaitre quelques endroits de Londres, mais pas assez pour s'en souvenir plus tard. Elle avait donc ici une quinzaine d'année. Son père avait décidé de lui offrir des boucles d'oreilles en sugilite, après tout le mauve de cette pierre allait à merveille avec ses cheveux roses. Cependant, le serviteur qui devait les emmener, les avaient laissé chez lui. Que c'est idiot, et son fils les fit tomber par terre, prés d'autres pierres assez étranges et de couleurs vives. Que c'est bête. Ce qui ne fut pas prévu, c'est que ces vulgaires cailloux étaient ceux que la Reine du pays avait chassé de son jardin, et une fois rentré en contacte avec la pierre des boucles d'oreilles de la jeune aristocrate Française, celles ci eurent les mêmes dons que ces cailloux. Cependant un seul bijoux fut en contacte avec la matière miraculeuse. Une fois que le serviteur impardonnable eut recherché les bijoux qu'il avait oubliés, il les apporta à notre jeune fille. La belle Alice n'y fit pas attention. Ce fut seulement le soir que le drame arriva.

Il faisait nuit, et la jeune fille était demandée pour un bal en son honneur. C'était afin de fêter ses seize années de vie. Sa robe était une robe typiquement victorienne, dont la couleur était mauve et le corset blanc. Elle attacha ses cheveux, afin d'en faire une sorte de chignon, puis regarda les boucles d'oreilles. C'est vrai qu'elle lui iraient à ravir. Ses mains gantées prirent l'objet de son désire, et l'approcha de son oreille, sans pour autant toucher la pierre, elle le tenait à l'armature. Elle approcha délicatement les pierres de ses oreilles et...
-ALICE! On va être en retard!

La dénommée Alice fut effrayait par ce cris qui n'avait pas était attendue. La pierre entra en contacte avec la peau qui se trouvait derrière son oreille. Une sensation étrange se fit sentir à cet endroit. L'armature de la boucle d'oreille tomba sur le sol, mais la pierre n'y était plus incrustée. Elle retira son gant et caressa l'endroit ou elle sentait une sorte de gêne. Qu'est ce que... C'était lisse, mais il y avait une sorte de bosse. Elle s'approcha de son miroir et tenta de regarder quel était donc cette chose. Ses grands yeux d'ors s'écarquillèrent. La pierre était encrée en elle. En sa peau. Puis sans prévenir, tout ce qui l'entourait se mit à tourner. A tourner de plus en plus vite. La jeune fille ferma les yeux et se retient de crier.

Lorsqu'elle rouvrit ses paupières, il faisait jour. S'était elle évanouie? Non. Elle était dans la maison de campagne. Il faisait beau et chaud. Elle s'appuya contre un arbre et regarda le ciel.
-Chéri vous ne semblez pas aussi fière quand votre épouse vous dépasse.
Tiens, mais quelle était donc cette voix? Elle ne la connaissait pas, et pourtant elle lui rappelait quelque chose. C'est alors qu'elle se retourna, et vit pour la première fois son père heureux. Il était à cheval accompagné d'une très belle femme. Elle était grande, et possédait une chevelure d'un blond parfait, ses yeux d'un bleu foncé la rendait encore plus charmante. Mais qui était elle?
-Très chère, vous devriez savoir que je vous laisse gagner de mon plein gré.
-Suis donc si sotte? Je ne savais pas que mon époux me pensait si idiote.
Époux? Alors c'était... sa mère.

La jeune Alice s'approcha d'eux, son père qui était encore jeune et séduisant la regarda assez perplexe. Il devait se demander qui était donc cette enfant? La marquise épouse du marquis s'approcha de la douce enfant.
-Seriez vous perdue, mademoiselle?
Alice n'arrivait pas à parler, que se passait il? Pourquoi sa langue refusait elle de se délier? Elle était devant sa mère. Sa maman. La femme qu'elle n'a jamais put connaitre. Puis quelque chose intrigua la future enfant. Des gouttes de sang tombaient, ou plutôt laissaient des traces dans l'herbe. Elle releva sa tête, et tout ce qu'elle sut dire fut.
-Vous saignez.

Puis en un clignement d'œil, elle fut à nouveau dans ses appartements, devant sa glace. La porte s'ouvrit en fracas et Louis apparut dans l'embouchure.
-Tu es bien assez laide ainsi!
Idiot.
-Alors dépêche toi ou père va te crier dessus.
-Alors dépêche toi ou père va te crier dessus.
-Quelle est donc cette plaisanterie!
-Quelle est donc cette plaisanterie!
-Arrête ça immédiatement!
-Arrête ça immédiatement!
Puis plus rien. Le frère et la sœur se fixèrent. Pendant que Louis était perplexe et assez énervé, Alice le regardait de haut avec un magnifique sourire en coin. Elle avait réussi à lui clouer le bec. Bizarrement, elle était enchantée de connaitre les choses en avance. Mais pour le moment, elle ne pouvait discerner que quelques secondes d'avances. Juste assez pour parler en même temps que l'autre, voir même avant. Ce qui c'était passé juste avant d'ailleurs. La jeune fille s'avança et se mit en marche vers la porte. Elle mit une sorte de petit chapeau sur le côtés de sa tête afin que personne ne voit la pierre incrustée dans sa peau.

Durant la soirée, elle fut bien rapidement demandée à danser. Elle accepta fort gentillement, une aubaine pour se piètre danseur, comme Alice connaissait le futur, elle savait où mettre ses pieds pour qu'il ne les lui écrase pas. Mais lorsque que la main du jeune homme toucha la peau du poignet de la demoiselle, celle ci eut une sorte de flash. Elle put voir tout son passé. Connaitre la moindre chose qu'il avait put faire. Plus tard dans la soirée le damoiseaux engendra une demande en mariage à son père. Ce dernier alla la voir et lui expliqua que le jeune homme assez laid avec qui elle avait dansé venait de demander sa main, et vue son statut elle devait accepter. Puis son père la regarda plus en détail et...
-Tu me rappel une jeune fille que l'on avait croisé avec ta mère, il y a longtemps. Elle portait la même robe.

La demoiselle se retourna et observa son père. Alors elle était vraiment allée dans le passé? Mais ça veut dire qu'elle est capable de changer le présent! Une fois le bal terminé, elle se surprit à imaginer qu'elle était retourné dans le passé et avait empêché le mariage entre les parents de son futur époux. elle cligna des yeux, et comme par enchantement s'y trouva. Mais deux voyage dans le temps aussi rapproché était difficile à supporter, et elle était totalement haletante. C'était le jour de cérémonie de mariage de cette famille. Le duc était dans son carrosse et aperçu la belle voyageuse des temps futurs en robe de chambre. Il l'invita à monter dans son carrosse, la voyant exténuée il ne put s'empêcher de caresser sa joue. Pas de chance pour lui, celle qui aurait dut être sa duchesse vit la scène, et annula les noces immédiatement. Le mariage n'ayant pas lieu, ils n'eurent pas d'enfant. Alors que le Duc tournait le dos à la jeune fille, celle ci tomba en avant. Son corps ne supportait pas la pression des temps, et elle se retrouva à nouveau sur son lit. Elle posa sa main sur son front. Elle était fiévreuse. Venait elle de faire un cauchemar? Tant pis... Elle verrait ça demain.

Ce fut une nuit fort agréable. Elle dormit jusqu'à dix heures, quand l'une des domestiques arriva pour lui apporter son petit déjeuner.
-Pardonnez moi mademoiselle, mais votre père vous demande.
Une fois qu'elle eut prit son repas, qu'elle fut lavée et habillée, la jeune demoiselle quitta ses appartements pour rejoindre ceux de son père. Elle entra dans la pièce et fut surprise de le voir aussi déçu. Il releva la tête et la regarda.
-Il faut que je vous avoue mon enfant. Nous rentrons demain pour la France.
-Est ce vrai père?
-Oui je le crains.
Pourquoi diable craindre de rentrer au pays? Après tout, elle avait tellement hâte de retrouver son piano.
-Nous étions venu en Angleterre pour vous trouver un mari. Mais il semblerait que personne ne soit digne de vous.
Excusez moi? Mais le jeune homme de hier? Père l'aurait il oublié? Oh mais non! Rappel toi Alice, tu as empêché sa venue au monde. Il est donc normal que tu n'es plus de futur époux. Que la vie peut être sympathique des fois. Elle avait commis un meurtre, mais personne ne le saura jamais. Enfin si... Juste la faucheuse, mais elle lui avait volé sa mère, alors pas de pitié.

Et c'est ainsi qu'elle rentra à nouveau dans la belle France. Bien sur vous vous demandez comment elle s'est retrouvé à nouveau en Angleterre? C'est simple... Elle fut nommée ambassadrice. Amusant, une meurtrière en ambassadrice. Elle fit bien d'autre aller retour dans le temps. Mais à chaque fois elle échappait de peu à la mort, vue qu'elle ne connaissait pas encore sa limite. Et eu fil des mois, elle fut capable de connaitre l'avenir une dizaine de minutes avant qu'il n'arrive. Elle découvrit le fœtus perdu par sa mère et bien d'autres choses. Sans comptait qu'elle avait changé le passé en empêchant certaine personne de naître, ou en donnant des conseils à des militaires. Le tout pour que sa famille devienne plus puissante.

Vois tu cher lecteur. Admire ma création. Et surtout! Ne t'approche pas trop prêt d'elle, tu est Icare et elle le soleil. A trop t'approcher tu y perdras tes ailes.




Je n'en ai pas à proposer désolée...





Un partenariat


Peut être le design, et le fait que le contexte soit original


C'est plus une remarque qu'une suggestion. Si en 1828 la reine est déjà née, et qu'en 1838 elle devient reine. Il est impossible qu'en 1873 elle est 20 ans.Mais bien c'est une simple remarque.









Dernière édition par Alice de Coligny le Sam 15 Mai - 13:56, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
March Windyood

The Fondateur ~ Little Cute Bad Boy - Maître de Morgan

avatar

Messages : 760
Points : 658
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 24

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Vol

MessageSujet: Re: L'arrivée d'une Marquise de Coligny   Ven 14 Mai - 23:49

Bon...Recommençons correctement.

BIENVENUE SUR CE FORUM ^____^
En espérant que tu t'y plaises au maximum ! Ta fiche est déjà très belle et il me tarde de savoir l'histoire *_____*
Voilà ^__^ Pour toutes questions, le staff est là Very Happy.

_________________

"On aime, ou on aime pas, mais on aime et on aime pas à la fois, c'est pas possible."
Fondateur Invitément débile ~
Soyez pas timides, alors posez des questions si vous en avez ! <3

Maman d'Alessandro Gabrielli
Maître de Morgan Ungry
Fils d'Unity Violett (et de Calnini et Amber)
Namoureux de Tyna Lou Trewens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice de Coligny

avatar

Messages : 29
Points : 53
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 27
Localisation : Quelques part dans les temps...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Chronos

MessageSujet: Re: L'arrivée d'une Marquise de Coligny   Sam 15 Mai - 13:57

Merci beaucoup ♥️

Je vais aller faire mon Kit là d'ailleurs...

Et ma fiche est terminée ♠️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
March Windyood

The Fondateur ~ Little Cute Bad Boy - Maître de Morgan

avatar

Messages : 760
Points : 658
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 24

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Vol

MessageSujet: Re: L'arrivée d'une Marquise de Coligny   Sam 15 Mai - 15:57

Oui, je vois pour la reine je me suis un peu loupé >.>
Enfin bon, ta fiche est très bien ^___^.
Ainsi, tu es donc validée, mademoiselle.

_________________

"On aime, ou on aime pas, mais on aime et on aime pas à la fois, c'est pas possible."
Fondateur Invitément débile ~
Soyez pas timides, alors posez des questions si vous en avez ! <3

Maman d'Alessandro Gabrielli
Maître de Morgan Ungry
Fils d'Unity Violett (et de Calnini et Amber)
Namoureux de Tyna Lou Trewens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée d'une Marquise de Coligny   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée d'une Marquise de Coligny
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» ANGÉLIQUE___ «Marquise des Anges »[5%]
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Victoria's Stone :: Comment débuter, et les trucs à savoir ~ :: 

Présentation des personnages

 :: Fiches validées
-
Sauter vers: