Victoria's Stone

Bienvenue à Londres au XIXème siècle, ici les pierres sont magiques et vous confèrent des pouvoirs ! [10 lignes minimum]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 29 Mai - 0:20

Ambiance

Le fleuve était bien paisible ce matin-là.

- ATCHOUM!

Les oiseaux chantaient.

- ATCHOUM!

On voyait quelques canards sur le fleuve qui cherchaient à manger.

- ATCHOUM!

Et puis, assis là, il y avait une fille.

- ATCHOUM!

Ou plutôt un garçon.

- A… a…!

Roméo se moucha avant qu’il ne puisse éternuer.

- Désolé les gars, mais je crois que vous devriez partir…

Le petit groupe de chatons autour de lui le regardèrent avec un air curieux. Leurs grands yeux brillants attendrissaient énormément le noble qui malheureusement ne pouvait pas rester avec eux, à cause de son allergie. Il ne pouvait pas les toucher et rester à proximité d’eux le faisait éternuer, à son grand damne. Une bourrasque de vent effraya les animaux qui partirent en courant dans les rues de Londres, laissant le garçon tranquille. Habillé d’une chemise blanche à cravate rouge et d’un pantalon noir, Roméo venait d’apprendre que la répétition de la troupe venait d’être annulée, car apparemment le metteur en scène et sa femme, qui était actrice, étaient malades mais rien de grave, ils devaient juste rester au lit pour la journée. L’humain-pierre savait que dès son retour, son père voudrait l’entraîner pour qu’il garde sa ‘masculinité’ mais loin de vouloir cela, il décida de se promener un peu dans Londres et se retrouva près de la Tamise.

Ouvrant un sandwich qu’il avait acheté en passant pour son petit-déjeuner qu’il n’avait pas encore mangé, c’est là que des chats curieux s’étaient attroupés autour de lui –il avait bien fallu qu’il prenne du thon…-. Maintenant seul, Roméo prit une pierre qu’il trouva par terre, puis regarda son genou. De drôles de choses arrivaient depuis qu’il était tombé dans la rue et que ce caillou blanc s’était incrusté en lui. Il commençait de plus en plus à faire de lien avec ses éternuements car à chaque fois que cela arrivait, il perdait un peu conscience, comme s’il rêvait et ce n’est que quelques heures plus tard qu’il se souvenait de tout, mais à chaque fois on aurait dit que c’était une autre personne qui agissait à sa place. Heureusement pour lui, ‘Juliette’ n’avait jamais fait de bêtise.

Le noble se décida à ne plus être pensif, il ne voulait pas avoir mal au crâne! Souriant, il lança le caillou, qui rebondit maintes fois sur la surface du fleuve, faisant de petites ondes sur son chemin. Il répéta cela un bon grand nombre de fois et, étourdi comme il était, ne vit pas le temps passer. Ce sera vers neuf heure AM qu’il se ‘réveillera’ et prendra soudainement compte du fait que :

- Je… suis… tout… tout seul…

Plus un animal, aucune personne… rien ne pouvant se mouvoir n’était aux alentours ou à porter de vue à ses yeux. Roméo commença à avoir peur; Jack, Jack, Jack… et s’il venait le chercher maintenant?! Et Hann… pourquoi Hann n’était pas là? Papa… Maman… Pourquoi n’était-il pas rentré plus tôt? Le garçon commença à paniquer intérieurement, lorsque soudain il entendit des feuilles bouger et d’autres bruits se rapprochant, il sursauta bruyamment :

- AAAAH!

Il n’osa pas se retourner, serrant ses mains contre lui.

- Ne me faites pas de mal! Je suis juste un pauvre petit comédiennnnn!! Et… et je connais des gens de la police..!!!

Né peureux, toujours peureux. Et idiot aussi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 29 Mai - 1:16

Morgan n’était pas très bien réveillé ce matin. Son ami March l’avait littéralement jeté dehors. Oui, hors de chez lui ! Alors que c’était son taudis, d’abord… ! Il y faisait ce qu’il voulait… et il ronflait s’il le voulait. Mais apparemment, March n’était pas de cet avis. « T’entendre parler dans ton sommeil, c’est déjà assez agaçant, mais si en plus tu te mets à ronfler… ! ». C’était à peu près les paroles que Morgan avait réussi à comprendre après que le garçon aux cheveux blancs l’ait fait sortir à coup de pied aux fesses. Encore à moitié dans les vapes, l’adolescent mis un moment avant de se rendre compte qu’il avait marché jusqu'au port. L’agitation régnante ne l’avait pas gêné, jusqu’à ce qu’un des nombreux commis et subordonnés venus chercher du poisson pour un marchand ou un restaurateur ne finisse par lui hurler dessus parce qu’il était planté en plein milieu du chemin. Morgan s’écarta en marmonnant une excuse. *Il faut que je me réveille, moi….* songea-t-il en bâillant. Malheureusement, c’était plus facile à dire qu’à faire, et il déambula comme un zombie pendant un moment encore. Jusqu’à ce qu’une odeur bizarre ne le réveille tout à fait. On venait de lui jeter un seau d’eau qui, à en juger par l’odeur, avait dû accueillir du poisson frais peu de temps auparavant.

─ HÉ ! s’écria la victime en faisant un bond sur le côté. Ça va pas, non ?

Une bonne femme le regarda en haussant les sourcils, l’air de dire « ça alors, je ne t’avais pas vu ! » N’importe qui aurait exigé réparation, ou au moins des excuses, mais pas Morgan ; il avait en effet d’autres préoccupations :

─ Mince, ça pue ce truc, songea-t-il tout haut en reniflant la manche de sa chemise – déjà pas bien propre.

Il se détourna tranquillement en se demandant où et comment il allait pouvoir laver ses vêtements. Déjà que March le virait de chez lui parce qu’il ronflait, mais il ne lui laisserait plus mettre un pied dans leur taudis s’il ramenait cette odeur avec lui… Quelques passants le jaugèrent d’un regard étonné, surpris de sa réaction. Et puis la plupart se détournèrent, ayant reconnu celui qu’on appelait le gamin stupide. Rien de bien anormal, donc.

─ Miaaa, miaaaaw !

─ Ah ben non, j’suis désolé… Mais je suis pas un poisson...

─ Miaaow !


Les quelques chats qui le suivaient déjà semblaient insister. Morgan remarqua que d’autres matous sortaient de leurs cachettes à son passage, et il accéléra le pas.

─ Je peux rien vous donner à manger. Fichez-moi la paix, quoi !

Comme les chats ne semblaient pas vouloir l’écouter, il piqua un petit sprint le long des quais. Echapper à des matous s’avérait plus dur que d’échapper à un marchand de poulets un peu grassouillet. Ces petits bêtes avaient de d’endurance ! Heureusement pour lui, Morgan trouva un gros chien sur son passage. Attaché devant un pub, il fit son office en grognant contre les chats qui, effrayés, s’enfuirent dans la direction opposée. Morgan ralentit, soulagé, et fit une pause près du fleuve. Il s’assit au bord de l’eau et balança ses pieds dans le vide, comme un gamin. Son attention fut bien vite absorbée par le London Bridge et l’agitation qui régnait alentour. C'est un autre seau d'eau (propre cette fois) qui le tira de ses rêveries... ou plutôt de son sommeil.

─ Eh, gamin... un conseil, prends un bain.

Morgan ouvrit les yeux. Il était étendu sur le dos, les bras en croix et la bouche grande ouverte. Il avait le sommeil rapide, ce petit... Constatant que l'odeur de poisson s'était un peu atténuée, il se releva en souriant au type, commerçant dans le coin :

─ Ah, ouais, merci m'sieur !

Son interlocuteur le regarda s'éloigner en se demandant pourquoi il le remerciait. Il ne pouvait pas comprendre pourquoi Morgan lui était reconnaissant. Au moins comme ça, les chats ne le suivraient plus... enfin, c'est ce qu'il croyait. Un mouvement sur sa gauche suffit à le convaincre de partir en courant. Morgan détala entre les ruelles dans le but de semer le prédateur à moustaches, et ressortit quelques mètres plus loin, se croyant hors de danger... Deux paires d'yeux sortirent alors de l'ombre, et par réflexe le blondinet fit un bond sur le côté... trébucha et manqua de tomber dans la Tamise. Heureusement, il retrouva son équilibre au dernier moment... jusqu'à ce qu'un hurlement à un deux mètres de là ne le fasse sursauter à nouveau.

─ AAAAH!

Voyant que sa "cible" était hors de portée, le chat retourna se cacher dans l'ombre. Quant à Morgan, il entendit une voix un peu plus haut mais ne vit pas la personne à qui elle appartenait. Et pour cause ; il était agrippé au rebord du canal. C'est pourquoi il répondit ceci à la personne qui lui demandait de ne pas lui faire de mal :

─ Euh bah d'accord, mais tu veux bien m'aider à remonter s'te plaît ? ... C'est la faute des chats, ajouta-t-il après un moment, comme si c'était une explication tout à fait logique à sa situation complètement ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Dim 30 Mai - 23:58

- Euh bah d'accord, mais tu veux bien m'aider à remonter s'te plaît ? ... C'est la faute des chats.

Hein? Un assassin, ça n’avait pas une voix comme ça, ça ne demandait pas de l’aide… et… -Roméo s’approcha, craintif-, sur la pointe des pieds, vit une tignasse blonde. Mais… les assassins ne sont pas blonds! Ils ont les cheveux noirs, comme leur âme, non?! Roméo se décida à l’aider, s’approchant de plus en plus avec confiance, quand soudain :

- H… hey! Et qui dit que tu n’es pas Jack en fait et que tu fais juste me leurrer?!

Soudain, le garçon sembla glisser et le jeune homme s’élança sur le ventre pour attraper sa main. Une forte odeur de poisson lui vint au nez et il s’empressa de le pincer dès que le blondinet fut levé et se mit à bonne distance du canal avec le noble. Roméo retira sa main, essayant de s’habituer à l’odeur, il finit par reculer un peu pour qu’elle ne soit pas trop forte. Il aimait bien manger du poisson, mais l’odeur lorsqu’il n’était pas cuit, il ne l’aimait pas vraiment.

- Tu… tu mens..! Les chats sont bien trop gentils pour vouloir pousser quelqu’un dans un canal!

Il fronça les sourcils, à ses yeux le gamin devant lui était un menteur et pouvait lui sauter dessus à tout instant. Ce n’était sûrement pas un noble. Roméo pensa à ces personnes ‘des rues’ que son père lui avait parlé. À partir de maintenant depuis qu’il sortait plus souvent –c’est-à-dire à ses dix huit ans-, il avait toujours vu des adultes en haillons mendiants avec cet air de dégoût ou de haine sur le visage. Jamais il n’avait vu un enfant de la société moyenne ou pauvre, jamais. Il avait toujours été enfermé dans le cocon de l’aristocratie!

- Et… et… mon père ne m’a jamais dit que les non nobles pouvaient être mignons..!

Le garçon des rues devait sûrement être assez bouleversé devant le personnage de Roméo, il parlait un peu tout seul et faisait d’étranges constatations, comme s’il venait à peine de naître et de découvrir le monde. Il fallait dire que ne pas être près de chez lui le faisait un peu paniqué, lui faisant perdre un peu de rationalité.

- Tu serais une sirène… au masculin?! Tu sens trop le poisson pour être d’ici, c’est sûr! Quel est ton nom? Un truc genre Ariel?!

Pendant l’espace d’un instant, les poissonniers s’étaient échappés de son esprit.

- Hey, attends..!

Voyant le blond bouger en passant qu’il était sur le point de partir, Roméo se précipita comme un éclair dans sa direction et… le serra dans ses bras pour le retenir, le regard suppliant.

- Ne me laisse pas tout seul! Je déteste être tout seul..!

Un peu plus et il allait commencer à pleurer, et dire qu’il était le plus vieux des deux… Heureusement que son père n’était pas là, il aurait probablement honte de son fils. Roméo est, comme on peut le voir, loin d’être quelqu’un de réfléchi. Il avait agi par instinct et ce dernier lui disait de rester près de sa nouvelle connaissance. Reprenant un peu son calme sans lâcher son ‘prisonnier’, le jeune homme sourit.

- Ah, au fait, je m’appelle Roméo! Roméo Long, enchanté!

Si cela pouvait arriver, de petits papillons viendraient flotter tout autour de lui pour montrer à quel point il était content au final d’avoir quelqu’un avec lui. Et dire qu’il y a quelques instants il prenait cet adolescent pour un meurtrier, il avait changé d’avis bien vite…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 5 Juin - 15:15

N'importe qui se serait probablement sentit stupide ainsi suspendu au-dessus du vide, surtout au vu des conséquences qui l'avaient amené à se retrouver dans cette position. Un chat, non mais... Mais Morgan n'avait même pas honte, non. Il se disait juste que s'il tombait dans la Tamise il serait encore plus trempé et sentirait sûrement deux fois plus mauvais au vu de la couleur de l'eau...

─ H… hey! Et qui dit que tu n’es pas Jack en fait et que tu fais juste me leurrer?! s'exclama la personne qui avait crié.

Morgan leva les yeux et constata que c'était un garçon qui devait avoir son âge.

─ Ben, Jack il s'attaque qu'aux prostitu... hééé !!

Une main le rattrapa au dernier moment, lui évitant de tomber dans le fleuve. Le garçon qui le prenait pour Jack l'Éventreur l'aida à remonter. Morgan se releva en le remerciant :

─ Merci beaucoup, j'ai cru que j'allais finir trempé de la tête au pieds, s'exclama-t-il joyeusement.

Il renifla la manche de sa chemise pour constater que l'odeur de poisson n'avait toujours pas disparue, ce qui expliquait sûrement la distance que son interlocuteur avait mise entre eux. Il semblait également méfiant, et Morgan ne comprenait pas trop pourquoi. Lorsque l'autre affirma que les chats étaient trop gentils pour pousser quelqu'un dans le canal, Morgan rétorqua par un :

─ Les chats domestiques, peut-être, mais certains chats de gouttière sont de vrais tigres. Un jour, y'en a un qu'est entré là où je dormais, il m'a réveillé en me griffant, tout ça pour se coucher à ma place.

Il acheva cette phrase avec un petit rire, car le souvenir de cette scène l'amusait. Même si sur le coup, il n'avait pas vraiment rigolé. Morgan était encore perdu dans ses réflexions et ses souvenirs lorsque le garçon reprit la parole, de sorte qu'il ne fut pas sûr d'avoir compris ce qu'il avait dit :

─ Et… et… mon père ne m’a jamais dit que les non nobles pouvaient être mignons..!
─ Euh, tu parles de moi ? fit Morgan en pointant un doigt sur lui.

Il cligna des yeux puis éclata de rire. Ce garçon racontait des trucs vraiment bizarres, mais il était marrant. D'ailleurs, il renchérit en lui demandant s'il 'était une sirène, à cause de l'odeur de poisson qui flottait autour de lui. Le rire de Morgan redoubla. Pourtant, ce n'était pas un rire moqueur, juste franchement amusé.

─ Trop marrant ! J'suis pas une sirène, ha ha je sens le poisson parce qu'on m'a balancé un seau d'eau sale tout à l'heure, ha ha !

Bon, voilà qu'il avait carrément un fou-rire maintenant. Il se tenait les côtes en pouffant de rire et en essayant d'arrêter de s'imaginer avec une queue de poisson et des écailles colorées, en train de faire de petits ronds dans l'eau... c'était difficile. Après une bonne minute passée à rire et à se retenir de se rouler par terre, Morgan se redressa en s'essuyant les yeux. Il avait tellement rit qu'il en avait pleuré. Mais rassurez-vous, ça n'avait rien d'exceptionnel puisqu'il rigolait pour à peu près n'importe quoi... *Bon, c'est pas tout ça, mais 'faut que je trouve un endroit pour me laver, sinon Decembrer me laissera pas rentrer...* Il s'apprêtait à prendre congé du gars-bien-habillé-et-marrant, lorsque ce dernier lui sauta littéralement dessus.

─ Hey, attends..!

Morgan fut un peu surpris, parce qu'il n'avait l'habitude qu'on lui saute dessus pour lui faire un câlin. En fait d'habitude, c'était le contraire. Du coup, il ne savait pas tellement comment réagir. S'il s'était s'agit d'un de ses amis, il lui aurait probablement rendu son câlin, mais l'expérience lui avait enseigné que les étrangers n'aimaient en général pas qu'on leur fasse des câlinous. Évidemment, ce n'était pas vraiment un câlin, ça... plutôt une espèce d'étreinte désespérée. Morgan marqua donc un temps d'arrêt, signe de son incompréhension, puis se tourna vers l'autre, qui le regardait avec un air suppliant.

─ Ne me laisse pas tout seul! Je déteste être tout seul..! supplia-t-il.

Morgan haussa les sourcils. Un instant, il avait décelé une ressemblance entre ce garçon et Lucy, parce qu'il le trouvait trop mignon avec cet air-là. Du coup il avait envie de le rassurer, comme il l'aurait fait avec son amie. Mais pour cela, il aurait fallu qu'il sache de quoi il avait peur... Après tout, il n'était pas si tard et Jack l'Éventreur, comme il avait voulu le dire précédemment, ne s'attaquait qu'aux prostituées. Le blondinet considéra encore quelques instants le garçon qui se collait à lui, puis sourit de toutes ses dents :

─ Jack ne s'attaque pas aux hommes, il s'en prend qu'aux prostituées... Et puis de toute façon qu'est-ce que tu veux qu'il t'arrive ici ?

Euh oui, bonne question. Pour un garçon qui avait grandi dans les rues (et qui avait un cerveau de la taille de celui de Morgan), ce n'était peut-être pas évident, mais il y avait des tas de dangers dans ce genre de quartiers, du genre voleur, violeur et autres brigands. Jack n'était pas le seul malfrat de la ville, même s'il était le plus connu.

─ Ah, au fait, je m’appelle Roméo! Roméo Long, enchanté!
─ Morgan Ungry !
répondit le blondinet, ravi d'avoir rencontré quelqu'un d'aussi démonstratif (et bavard) que lui.

Il resta un moment immobile, puis se rappela quand même que le dénommé Roméo était toujours attaché à lui. Quel dommage que son ami March n'ait pas le même genre d'attitude, ça lui aurait évité de nombreux coup de pieds dans le ventre quand il essayait de lui faire un câlin... Morgan s'apprêtait à demander au garçon s'il pouvait le lâcher, pas que ça le gênait, mais deux passants les regardaient bizarrement, lorsqu'un cri effrayant provoqua chez lui une réaction instinctive un peu du même genre que celle de Roméo :

─ Miaaaw !
─ Ah non, encore lui !

Bon ok, ce n'était qu'un chat, mais Morgan était persuadé que celui-là était particulièrement sournois. Il mit un instant avant de se rendre compte qu'il s'était accroché à Roméo, alors qu'une seconde auparavant, c'était ce dernier qui était mort de trouille.

─ Ah euh, désolé, dit-il en se retirant précipitamment.

C'était là aussi une réaction instinctive, due aux nombreux coups que March lui avait donné à chaque fois qu'il était rentré dans son cercle vital. Une réaction pas plus mature s'ensuivit :

─ Tu vois, c'est lui ! C'est le chat à cause de qui j'ai faillis tomber dans le canal !! s'exclama-t-il en pointant 'la bête' du doigt, et ce après avoir reculé d'un bond pour mettre de la distance entre elle et lui. Allez, va jouer ailleurs, sale chat ! Je suis pas un poisson je te dis ! dit-il en faisant de grands gestes pour l'effrayer.

Sans succès. Le chat n'était pas stupide, et encore moins effrayé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Lun 7 Juin - 2:06

Apparemment Roméo avait bien fait rigoler quelqu’un. Sans trop comprendre, il cligna des yeux en se sentant un peu idiot, mais cela ne le blessa aucunement. Il était… étrangement indifférent aux rires amusés de Morgan, il trouvait ce garçon sympathique et attachant, c’est pourquoi sans le savoir, il lui collerait toujours aux basques. Mais Morgan était très étrange aux yeux de Roméo, il se faisait attaquer par des chats la nuit, ne semblait pas avoir peur de Jack, était étonnamment expressif –vu que les nobles étaient très stricts et ne montraient pas spontanément leurs émotions-. Bref, Roméo pensait avoir presque trouvé une âme sœur avec qui il pourrait tout partager. En gros, il se faisait beaucoup de cinéma…

─ Ah non, encore lui !

Tout fut très rapide que Roméo n’eut pas le temps de comprendre ce qui se passait que Morgan s’agrippait à lui. Il se sentit soudain aux anges, comme si ce réflexe du blondinet était comme une confirmation que le comédien allait bien s’entendre avec ce dernier.

─ Ah euh, désolé.
- Heu… non, non… ça va…

C’était la première fois que quelqu’un lui faisait un ‘câlin’ aussi accidentel soit-il, en dehors d’un membre de sa famille. Cette journée semblait être un amas de premières fois pour le jeune homme brun. Il regarda Morgan essayer de chasser le chat qui venait de passer. Aux yeux de ce dernier, ce matou était le mal en personne mais pour Roméo, c’était un adorable félin des rues, probablement tout doux et affectueux. Immédiatement, il contourna Morgan et s’approcha du petit chat.

- N’aies pas peur, viens là ~ dit Roméo d’un ton mielleux.

Le chat resta immobile, sans sembler agressif à la vue du garçon naïf, lorsque ce dernier se pencha pour l’accueillir dans ses bras, le chat se sauva en vitesse juste sous son nez en le griffant au passage, faisant un bruit agressif en s’enfuyant des deux garçons! Et évidemment, des poils de chat se répandirent dans l’air…

- ATCHOUM! fit le jeune homme.

Puis avant que ‘l’évènement’ se fasse, il sauta sur Morgan, qui tomba à la renverse.

- OUAAH! Je saigne! Je saigneeee!!

En effet, sa main était écorchée. Ensuite, tout se passa très vite; les cils de Roméo s’allongèrent, son regard devint plus félin, sa bouche plus rose et fine, ses traits s’efféminèrent, ses courbes se dessinèrent généreusement –et Morgan a probablement du sentir sa poitrine grossir…-… tout le corps du garçon venait de se transformer. Maintenant laissez place à : Juliette Long! Roméo s’était évanoui un court instant dans l’oubli pour laisser place à son alter-ego…

{ … }

Juliette ouvrit les yeux. Elle bâilla légèrement de sa petite voix douce. Elle fit les yeux ronds de surprise lorsqu’elle vit un garçon –et joli en plus de ça- dans ses bras, totalement collée contre lui. Pourtant, elle n’avait pas de fiancé comme cela! De plus, si c’était le cas, elle n’était pas habillée pour l’occasion de flirter! Sa chemise blanche et ses pantalons n’étaient pas bien du tout! Et encore une fois, elle n’avait pas de bustier pour s’amincir et soutenir sa poitrine! De plus, sa cravate était toute de travers! Elle recula frénétiquement, le visage aussi rouge qu’une tomate et, bien sûr, tomba à la renverse sur les fesses après n’avoir fait qu’un mètre de Morgan, sans que rien n’ait été en travers de son chemin. La jeune fille essaya rapidement de replacer ses cheveux légèrement ondulés de sa figure et s’aperçut qu’elle avait trois égratignures assez profondes au poignet.

Elle se mit à pleurer.

- Waaaahhh! Je saigneeeee!! Je saigneee!! Morgaaannn! Aide-moooiii!!

Puis elle s’arrêta, comme si de rien n’était. Comment connaissait-elle le nom de ce garçon? Et sans réfléchir, elle bondit sur ses pieds et pointa le jeune garçon du doigt en hurlant :

- AH! C’EST ÇA! Espèce de pervers! Tu m’as drogué et abusé de moi! C’est pour ça que je ne me souviens plus de rien!

Juliette retomba à genoux, sans se soucier qu’elle devrait se sauver en courant dans une telle situation. Heureusement, personne ne pouvait l’entendre, sinon Morgan serait dans de sacrés ennuis.

- Ouiiiin! Je ne suis plus vieeeerrge! Je ne pourrai plus me mariiiieeerr! Mamaaaaannn!!

Et par son odeur et son apparence, c’était sûrement une personne pauvre, un délinquant en manque qui avait dû lui sauter dessus et lui fit perdre connaissance! Quelle honte pour une noble! Qu’est-ce que papa allait penser?! On penserait peut-être même qu’elle était consentante, une traînée, pire, une prostituée! On allait la renier et la chasser du manoir et dans les rues, Jack viendrait la chercher pour l’éventrer après l’avoir torturé longuement! Quel monde cruel!

Juliette s'arrêta un instant et renifla un peu en direction du garçon... du poisson...

- AAAH! J'ai été abusée par une sirène au masculin, en plus..!!

[Meurtrier, violeur... c'est la totale pour Morgan xD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Lun 7 Juin - 15:41

[HJ : MDR XD]

Morgan n’avait rien de particulier contre les chats. Non, c’était juste de celui-là dont il se méfiait. Les autres, il avait réussi à les faire fuir grâce à un chien, mais lui… Il l’avait suivi sournoisement jusqu’ici, l’avait pris par surprise et avait manqué de le faire tomber dans le canal. Et à présent, il revenait pour lui… On se serait cru dans un roman d’épouvante, si tant est que la comparaison soit possible puisqu’il était évident que Morgan n’en avait jamais lu. Il ne lisait pas grand-chose, d’ailleurs, mais cela ne l’empêchait pas de savoir comment s’en sortir dans la rue. Malgré ce que l’on aurait pu croire en le voyant suivre et saouler March, Morgan savait parfois reconnaître le danger quand il lui faisait face, et là c’était le cas. Il savait que ce chat était sournois. Pourtant, l’autre garçon, Roméo, s’en approcha sans crainte. Morgan était tellement focalisé sur ‘la bête’ qu’il ne remarqua pas tout de suite qu’il voulait faire ami-ami avec l’animal.

─ Ah non, fais attention ! s’exclama Morgan, trop tard cependant.

L’instant d’après, le chat se détournait en crachant et en sifflant, non sans avoir griffé Roméo au passage.

─ C’est ça, va t’en espèce de brute ! s’exclama Morgan en pointant le doigt sur le matou qui s’enfuyait.

Il tournait le dos à Roméo et s’apprêtait à faire volte-face pour lui demander s’il n’avait rien – car il venait de se rappeler qu’il avait été griffé – quand quelque chose le projeta au sol. Morgan comprit à peu près de qui il s’agissait lorsque Roméo se mit à hurler, tout en s’agrippant à lui :

─ OUAAH! Je saigne! Je saigneeee!!

Morgan cligna des yeux, essaya de se retourner – parce qu’il était tombé sur le ventre – et, ce faisant, de comprendre ce qu’il s’était passé. Décidément, c’était une journée ‘free hugs’. Pendant ce temps-là, un petit silence s’était installé. Sans savoir pourquoi, Morgan se dit qu’il y avait quelque chose de bizarre. Toujours à plat ventre, il releva le nez pour regarder autour de lui, mais il n’y avait personne aux alentours. Juste lui et ce gar…

La fille qui était collée à lui se mit à bâiller, comme si elle venait de se réveiller. Morgan cligna des yeux plusieurs fois de suite, au cas où il se serait endormi lui aussi entre-temps. Puis il tourna la tête à droite, à gauche, en se demandant où était passé Roméo et quand cette fille avait atterrit ici. La jeune fille finit par le remarquer et recula, se releva, tomba en arrière et rougit. Pendant ce temps-là, Morgan était resté immobile. Bon d’accord, il avait souvent affaire à des situations auxquelles il ne comprenait pas grand-chose, où il se sentait à côté de la plaque – enfin, en général il ne s’en rendait pas compte, on le lui faisait remarquer… – mais là il était persuadé que même March, qui était intelligent et tout, aurait affiché la même expression que lui. *Qu’est-ce que ferait December dans un cas pareil ?* se demanda Morgan. Il n’avait même pas commencé à répondre à la question, que la fille se mit à pleurer :

─ Waaaahhh! Je saigneeeee!! Je saigneee!! Morgaaannn! Aide-moooiii!!

Bah… d’où elle connaissait son nom ? Morgan cligna une nouvelle fois des yeux, avant de s’approcher instinctivement, parce qu’elle avait quand même l’air d’avoir mal. Il remarqua qu’elle était blessée au poignet, comme Roméo, mais ne fit pas immédiatement le rapprochement. En même temps, elle ne lui en laissa pas le temps, car la seconde d’après, elle s’était tue, puis avait bondit sur ses pieds en le pointant du doigt.

─ AH! C’EST ÇA! Espèce de pervers! Tu m’as drogué et abusé de moi! C’est pour ça que je ne me souviens plus de rien! l’accusa-t-elle.
─ Hein ? fit le blondinet, complètement ahuri.

Puis elle retomba à genoux en pleurant. Morgan ne comprit pas tout ce qu’elle disait, mais cela importait peu, parce que ça faisait un petit moment qu’il ne captait plus rien en fait. Il aurait probablement pris tout cela pour une blague et éclaté de rire si cette fille n’était pas en larmes. C’était bizarre quand même… Pourquoi l’accusait-elle ? Et comment avait-elle fait pour apparaître sans qu’il ne s’en rende compte ? Et surtout… où était passé Roméo ? Morgan écarquilla les yeux, comme quelque chose d’évident s’imposait à lui. C’était donc ça…

─ Que… qui es-tu et qu’as-tu fais à Roméo ? s’exclama-t-il en se relevant vivement et en la pointant du doigt comme elle l’avait fait précédemment.

Mais la fille ne semblait pas l’entendre, car elle rétorquait au même moment :

─ AAAH! J'ai été abusée par une sirène au masculin, en plus..!!
─ M-mais puisque je te dis que je suis pas une sirène ! s’écria-t-il.

Il se rendit alors compte que ce n’était pas elle qui l’avait déjà comparé à une sirène, mais Roméo. Instinctivement, il lui avait répondu comme s’il s’agissait de la même personne. Ce qui était stupide, puisqu’il était évident que ce n’était pas Roméo. Différence numéro une : c’était une fille. Différence numéro deux : … euh… Il n’y avait pas de différence numéro deux, en fait. Il était vrai que ces deux-là auraient pu être frère et sœur jumeaux tant ils se ressemblaient. *Et ils portent les mêmes vêtements !* remarqua soudain Morgan (il était temps…). Pris d’un doute, il s’approcha de la fille et s’accroupit pour être à son niveau. Il fronça les sourcils en la fixant un moment puis demanda, soupçonneux :

─ Pourquoi tu portes ses vêtements ?

Il n'était pas dans la nature de Morgan de se méfier des autres, mais cette situation était trop étrange pour qu'il ne se pose pas de question... Après tout, peut-être jouait-elle la comédie. Peut-être était-elle une criminelle, qui l'avait assommé sans qu'il s'en rende compte, puis s'en était pris à Roméo avant de lui voler ses vêtements ? Il était vrai qu'il en avait de jolis, on voyait tout de suite qu'il n'était pas du coin... Et pour un criminel, il faisait sûrement une cible idéale. La mine de Morgan se renfrogna davantage. Alors qu'il venait de faire la connaissance de quelqu'un de sympa, qui partageait les mêmes goûts que lui (câlins et bla-bla), voilà qu'une personne le faisait disparaitre ! La situation n'était pas très claire, mais une chose était sûre ; si cette fille avait bien attaqué Roméo, Morgan ne la laisserait pas s'enfuir aussi facilement. *Ah oui, c'est comme ce que m'a raconté December une fois !* se rappela-t-il. *Les criminels sont rusés et habiles, et capables d'user de tous les stratagèmes possibles et inemagi... inimagini... zut, inimaginables !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Mar 8 Juin - 3:04

L’écoute. C’était sûrement une grande chose qu’il manquait autant à Roméo qu’à Juliette… mais surtout à Juliette. En effet, c’était une sacrée malchance qu’elle ait toutes les caractéristiques du garçon mais dix fois plus fort! Comme une gamine, elle oubliait d’écouter ce que Morgan disait, aussi confus soit-il qu’elle-même et ne faisait que parler d’elle, d’elle et encore d’elle… Ce n’est que lorsqu’elle fut plus ou moins calmée qu’elle entendit ces quelques mots :

─ Pourquoi tu portes ses vêtements ?

La jeune femme cligna des yeux, elle ne comprenait pas du tout ce qu’il voulait dire. ‘Ses’ vêtements? Les vêtements de qui? C’était ses vêtements, seulement quand elle se réveillait dans sa chambre, elle ne voyait que des vêtements très masculins, elle devait du coup aller chercher des vêtements de chez sa sœur Hann plusieurs fois, comme elle l’avait toujours fait depuis l’enfance. Mais la plupart du temps, elle se réveillait déjà habillée. Pourtant, Juliette ne se posait aucunes questions, ‘c’était ça qui était ça’.

- Mais ils sont à moi ces vêtements! Je les ai mis ce matin! Mais… mais… le metteur en scène est malaaade! Je n’ai pas pu montrer mes nouvelles chaussures à tout le mooonde!

La demoiselle avait dit ça non en pleurant, mais en se plaignant. Elle semblait pourrie gâtée aux premiers abords, mais en fait c’est simplement parce qu’elle était comme ça, une noble, on ne lui avait pas vraiment apprise à arrêter de dire ce qu’elle voulait quand elle le voulait et tout comme Roméo, Juliette avait ce petit côté de rébellion qui faisait en sorte qu’elle criait souvent.

Puis, elle se releva sur ses deux petits pieds et tourna le dos à son supposé agresseur.

- Je… je vais tout dire à papa!

Alors qu’elle s’apprêtait à partir, elle fut retenue par quelconque façon par Morgan, il ne voulait pas qu’elle parte, que voulait-il d’elle encore? Encore l’utiliser à des fins malsaines quelconques?! Juliette commença à trembler comme une feuille et ferma les yeux en faisant tout comme Roméo, en serrant ses bras contre elle. Il fallait qu’elle se calme, maman avait toujours dit qu’il fallait affronter les dangers en gardant toute sa fierté, c’était ce qu’une vraie Long ferait!

- J… j… commença-t-elle à balbutier.

Elle pointa Morgan à la même façon que son ‘jumeau’ et essaya de prendre une expression stricte et directive, bien qu’elle soit loin d’être crédible et sa petite voix n’aidait absolument en rien.

- Moi! Juliette ‘Roméo’ Long, je… je ne te pardonnerai pas!!

Soudain, elle se remit à trembler.

- Waah! J’y arrive paaas! Papaaa!

*GROAAAAAWWWW*

Un silence de mort se fit durant un bon bout de temps, puis Juliette mit la main sur son ventre.

*GROOOOAAAWW*

Avec toutes ces émotions, on aurait dit que le petit sandwich s’était vite –voir TRÈS vite- digéré. Il fallait quand même dire que Roméo était un garçon et un garçon… ça mange! La jeune fille regarda Morgan quelques instants.
- Pour vous faire pardonner d’avoir abusé de moi, vous voudriez bien me donner à manger?

Il ne fallait pas être aveugle pour voir que la comédienne ne savait pas VRAIMENT ce qu’était un viol. Pour elle, c’était bien faire un acte sexuel sans consentement d’une personne, mais elle était si naïve, qu’elle ne savait pas la cruauté de ce geste. Du coup, Morgan était traité du criminel de la pire espèce avec une victime qui n’en était pas une et qui le jugeait de la sorte. Maintenant dans la tête de la jeune fille n’était qu’une chose : Manger de la bonne nourriture et elle était aussi... un peu perdue ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Mar 8 Juin - 19:24

Morgan ne comprenait rien. Il avait déjà une capacité de réflexion assez limitée en temps normal, mais alors là... Quand il demanda à la jeune fille pourquoi elle portait les vêtements de Roméo, elle rétorqua qu’ils étaient à elle, avant de se plaindre au sujet d’un metteur en scène et de ses chaussures. Morgan baissa les yeux sur les chaussures en question, mais ne leur trouva rien d’extraordinaire. En revanche, il se rappela que le garçon, Roméo, avait dit être comédien. Morgan grimaça légèrement. Le garçon avec qui il discutait quelques minutes auparavant avait l’air nettement plus facile à vivre… Pourquoi n’arrêtait-elle pas de se plaindre et de râler ? *Ah mais oui… C’est une fille*, conclut le jeune homme. Il soupira et hocha la tête en signe de dénégation. À part Lucy, il n’était pas habitué à côtoyer des filles. Et Lucy n’était pas comme elle. *Bon, ça doit être pour ça qu’elle raconte n’importe quoi. Elle a l’air sincère quand même, je l’imagine mal être l’agresseur de Roméo.* Même si ça ne résolvait en rien la question de la disparition du jeune homme, Morgan préférait croire que cette fille était innocente. En fait, c’était l’image-même de l’innocence.

─ Je… je vais tout dire à papa!

Morgan pencha la tête sur le côté, un peu atterré. Bon ok, l’image de l’innocence était une fille à papa. Même si son frère lui avait toujours appris à ne pas juger les gens sur leur apparence, Morgan avait beaucoup entendu dire que les nobles étaient très portés sur les valeurs morales, familiales et autres. Et qu’ils avaient tout ce qu’ils voulaient. Morgan se prit à rêver un instant de ce que sa vie aurait pu être s’il était né dans une famille comme celle-ci. *Je pourrais manger ce que je veux…* songea-t-il, aux anges. Il secoua la tête pour rester concentré sur la situation présente, et vit que la fille partait. Il la rattrapa par le bras :

─ Hé, attends ! Tu ne m'as toujours pas dit qui tu étais et pourquoi tu étais là ! s'exclama-t-il.

Il la lâcha et attendit qu'elle se retourne. Ce qu'elle fit en le pointant d'un doigt de façon accusatrice :

─ Moi! Juliette ‘Roméo’ Long, je… je ne te pardonnerai pas!! dit-elle.

Morgan, qui ne comprenait toujours pas pourquoi elle lui en voulait, tiqua quand même sur ce qui semblait être son deuxième prénom. Il sursauta et la pointa à son tour du doigt :

─ Roméo ? Mais oui, j’ai compris ! Tu es la sœur jumelle de Roméo !! C’est ça, hein ? fit-il avec un sourire extra-large, tout fier qu’il était d’avoir trouvé la solution – enfin, c’était ce qu’il croyait.

Il ne fallait pas trop lui en vouloir ; après tout ce n’était pas pour rien qu’on le prenait pour un idiot… L’instant d’après, la jeune fille en appelait à nouveau à son père. Morgan baissa le bras, découragé. Allaient-ils finir par être sur la même longueur d'ondes ?

*GROAAAAAWWWW*

Morgan était habitué à ce que ce genre de bruit (ou "cri du ventre", comme il l'appelait) vienne de lui. Du coup, son regard se porta immédiatement sur son estomac. Lorsque le gargouillis reprit, et qu'il eut compris qu'il ne venait pas de lui, il posa les yeux sur le ventre de la jeune fille. Puis il éclata de rire. Bon, voilà au moins une chose qu'il comprenait ! La fille le regarda un moment et il s'arrêta de rire lorsqu'elle lui demanda :

─ Pour vous faire pardonner d’avoir abusé de moi, vous voudriez bien me donner à manger?

Ben tiens. Premièrement, si Morgan avait à manger sur lui, il n'aurait pas jeûné depuis la veille au soir. Et deuxièmement, si la jeune fille n'était pas très au courant sur ce que signifiait un viol, Morgan était tout aussi naïf sur le sujet. Bon d'accord, il savait ce que ça voulait dire, mais à part ça, il ne se sentait pas plus concerné. Si tel était le cas, il aurait su avec conviction qu'il était impossible qu'il ait commis un tel acte. Là, il pensait juste qu'elle avait du confondre avec quelqu'un d'autre ou qu'elle délirait, tout simplement. Il réfléchit un instant à sa question puis croisa les bras. Il allait falloir qu'elle comprenne une bonne fois pour toutes qu'il ne lui avait rien fait.

─ Bon alors écoute : premièrement, je ne t'ai pas violée. C'est toi qui t'es jetée sur moi en plus.

Dans ses souvenirs, c'était Roméo, mais après tout il ne se souvenait ni comment le garçon avait disparu, ni comment cette fille s'était retrouvée à sa place.

─ Et puis ensuite, j'ai pas de nourriture sur moi. Sinon je l'aurais déjà mangée.

Mais comme il redoutait qu'elle se remette à pleurer, il ajouta presque immédiatement :

─ Mais je peux essayer de nous en trouver, si tu veux.

Il réfléchit un instant, puis supposa qu'il pouvait tenter de lui poser des questions sur Roméo une fois qu'elle aurait eu ce qu'elle voulait. Premièrement, March disait toujours qu'il fallait faire preuve de subtilité dans la vie. Et deuxièmement, Morgan avait toujours appris que les filles ne s'arrêtaient pas de râler tant qu'elles n'avaient pas ce qu'elles voulaient. Tout content d'avoir eu une idée aussi intelligente, il l'attrapa par la main sans attendre sa réponse et se dirigea joyeusement vers le marché, tout en s'exclamant sur un ton enjoué :

─ Mais oui, et comme ça si on trouve un coin pour se laver je pourrais rentrer chez moi ce soir. Et puis y'a toujours des tas de trucs à voler au marché. Tu aimes les oeufs ? Parce que j'aime bien moi, mais quand on a rien pour les cuire c'est pas utile... Les poules, ça c'est marrant, mais c'est plus dur à prendre parce qu'elle font du bruit. Ah ouais, j'aimerais bien avoir une poule, moi. Ou un œuf avec un poussin dedans. Comme ça je pourrais lui donner un nom, il aurait éclot devant mes yeux, ce serait trooop mignon, je pourrais lui faire pleins de câlins, et il me suivrait partout et il m'appellerait 'Maman'. Je suis sûr que j'ferai une bonne maman ; mon frère c'était une bonne maman, et toi t'as une maman, elle est sympa ? Non parce que tu parles toujours de ton père...

Si vous vous demandez si Morgan avait oublié le fameux 'plan très intelligent' qu'il venait d'élaborer, alors la réponse est oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 12 Juin - 20:21

Elle, elle avait un frère nommé Roméo, comme elle? La jeune fille cligna à nouveau des yeux de manière totalement idiote. Elle se creusa la tête longuement pour savoir si elle en avait bien un dans son subconscient, quelque part… mais non, elle ne se souvenait de rien et se frotta la tête. De plus, elle oublia complètement la dite question de Morgan la minute d’après par ses gargouillements incessants.

Les paroles du garçon la rendait encore plus confuse. Pourquoi aurait-elle sauté sur un gamin des rues? D’après elle, la seule chose que l’on reçoit en faisant ça, ce sont des microbes… et des maladies en somme. Juliette avait trop d’informations à trouver dans sa tête, qu’il allait presque exploser sur-place! Son regard confus et ses mains qui lui massaient les tempes le montrait bien. Elle avait tout oublié de ce qui l’entourait, la jeune fille réfléchissait, réfléchissait… mais rien ne lui venait, juste une énorme bouillie de trucs très compliqués sur des actes irréfléchis. Juliette ne se doutait absolument pas que cela était lié à ses réveils précédents, sa conscience ne s’en souciant pas, sinon Roméo serait devenu fou.

─ Et puis ensuite, j'ai pas de nourriture sur moi. Sinon je l'aurais déjà mangée.

La réponse lui vint comme un énorme courant électrique.

- Qu… quoi?!

Ses yeux marron s’embuèrent soudainement de façon dangereuse, de quoi dire qu’il y avait un malheur en approche. Voir de longues minutes de pleurs de gamine.

─ Mais je peux essayer de nous en trouver, si tu veux.

Elle fixa Morgan avec surprise, son regard brillant le voyait soudainement un héros de cette catastrophe qu’était arrivée son réveil près de la Tamise. Confuse et inquiète, Juliette avait désormais un appui sur lequel se confier, déjà tout comme son ‘jumeau’ oublia-t-elle tout problème qu’il avait pu lui causer et n’importe quel crime avait-il pu commettre. « Mais oui! Ce type est loin d’être un pervers..! » se dit-elle comme si c’était clair comme de l’eau de roche.

Ensuite, les explications du garçon intéressèrent la demoiselle de plus en plus, les poules… c’était amusant, avec leur air moqueur et leur plumage pouvant être blanc, brun ou même noir. Les coqs avaient tendance à lui faire peur, mais elle se disait que tous les pères le devait pour protéger leurs petits et les poussins étaient beaucoup trop mignons!

À la fin, elle dit :

- Ah! Alors tu es une fille? J’aurais pas cru, mais maintenant que tu me le dis…

Les mamans étaient des femmes, non? Juliette, tout de suite après ces propos, sourit aux anges juste à penser à sa mère.

- Oh oui! Maman est vraiment gentille avec moi! Elle est comme Hann, ma sœur d’amour! J’ai pas de vêtements très féminins dans mes affaires, alors je lui en emprunte depuis que je suis toute petite. En fait, ça fait un an qu’elles ont commencé à m’appeler Juliette, parce que je m’appelle Roméo pour de vrai. C’est à cause de la pièce que j’ai joué il y a un an, là on joue Tristan & Yseult! Maman et Hann m’ont toujours dit que je jouais bien la comédie, alors c’est pour ça que je suis allée dans le théâtre. J’en avais marre de toujours être dans le manoir avant et…

* GROAAAW *

Encore ces gargouillis si énervants. Juliette soupira longuement.

- Ma… ma maman m’a dit que c’était pas bien de voler…

Elle se leva et sourit un peu.

- Tu veux pas venir avec moi au manoir alors? Je demanderai au cuisinier de faire des sandwichs… ah et du thé aussi! Tu aimes le thé? J’adore le thé à la rose, moi…

À peine elle finissait, qu’elle avançait déjà pour partir d’ici, lorsque soudain…

- … dis, c’est où chez moi?

Un simple oubli qu’elle était tout bonnement perdue dans Londres…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Dim 20 Juin - 20:53

Si 'Juliette' se perdait dans ses réflexions lorsqu'elle tentait de comprendre la situation, c'était encore pire pour Morgan. Lui qui n'avait pas l'habitude de pousser la réflexion très loin, il était complètement paumé. Il trouvait extrêmement bizarre que son nouvel ami Roméo ait disparu et que cette fille montre des points communs avec lui, sans savoir qui il était. C'est la raison pour laquelle il avait décidé de laisser tomber éluda... l'élula... l'élucidation de ce mystère. Hem. Au lieu de ça, il se concentrait sur un problème plus important : manger. Morgan n'avait que peu de priorités dans la vie, mais manger, dormir (et embêter March) en faisaient partie. Il conduit donc la jeune fille jusque dans un quartier plus animé de la ville, mais toujours proche de la Tamise. Là, plusieurs étals étaient installés. Il fit une drôle de tête lorsqu'elle lui dit qu'il était une fille, ne comprenant pas le rapport avec les poules. Mais comme elle enchaînait en lui parlant d'elle, il se concentra sur ce qu'elle disait et oublia sa remarque précédente. Là encore, il sentit qu'il y avait quelque chose de louche avec ce Roméo. Elle disait s'appeler ainsi aussi ? Et le Roméo qu'il avait rencontré avait dit être acteur, lui aussi... Mais soudain, Juliette parla de son manoir et Morgan ouvrit de grands yeux ébahis. Il avait capté qu'elle venait d'une famille aisée, mais à ce point...? Il allait lui en faire la remarque, mais un énorme gargouillis l'en empêcha. Morgan sourit, amusé, tandis que la jeune fille se tournait vers lui :

─ Ma… ma maman m’a dit que c’était pas bien de voler…

Morgan savait qu'il était mal de voler, d'ailleurs son frère et son père le lui avaient assez répété quand il était petit. Mais ce même père était allé en prison pour un vol, et les certitudes de Morgan s'en étaient retrouvées chamboulées. Par la suite, il avait compris que pour survivre, il fallait parfois renoncer à ses principes. Juliette sourit et ajouta :

─ Tu veux pas venir avec moi au manoir alors? Je demanderai au cuisinier de faire des sandwichs… ah et du thé aussi! Tu aimes le thé? J’adore le thé à la rose, moi…

S'il voulait aller chez elle ? Dans un manoir ? Et pour manger, en plus ? Vous plaisantez ?

─ Tu... tu vis vraiment dans un manoir ? s'exclama le blondinet, en admiration totale devant cette fille bizarre mais aussi marrante que l'autre comédien.

Il hocha frénétiquement la tête, ce qui signifiait, en gros 'bien sûr que je veux venir, mais qu'est-ce qu'on attend ?' Apparemment, que Juliette retrouve son chemin. Morgan la regarda, un peu atterré, puis se gratta le crâne et regarda autour de lui en réfléchissant.

─ Bah... là on est près du Westminster Bridge. Elle s'appelle comment la rue où t'habite ?

Morgan connaissait assez bien la ville pour se repérer à peu près n'importe où et être capable de retrouver son chemin en toute circonstance. Même s'il n'était pas très futé comme gamin, il avait tout de même acquis une certaine débrouillardise à force de vivre dans les rues. Mais auparavant, il aurait été aussi perdu que Juliette si on l'avait lâché dans un quartier qu'il ne connaissait pas. Même s'il se doutait qu'il ne connaissait pas très bien celui où vivait la jeune fille, il savait qu'il pouvait le retrouver. C'était un peu comme un défi. Avec à la clef, de la nourriture et un super manoir en prime ! Youhou ! Morgan était tout excité. Quand il allait raconter ça à March et Lucy...

Juliette et lui marchaient depuis un petit moment dans les rues de Londres à la recherche du manoir de la jeune fille, lorsque Morgan jeta un coup d'œil derrière lui et fronça les sourcils. Il fit signe à Juliette :

─ Eh, y'a un type bizarre qui nous suit... Tu le connais ?

L'homme portait un manteau noir et, à vu de nez, était trop bien habillé pour faire partie des connaissances de Morgan. Ce dernier le regarda un instant d'un air suspect, puis décida pour une fois d'écouter les conseils que lui donnait March en se montrant prudent. March disait toujours que Morgan était trop naïf et pas assez méfiant. Le blondinet prit donc Juliette par la main pour l'attirer dans une ruelle plus étroite. Un raccourci qu'il connaissait plutôt bien, puisqu'il l'avait emprunté la veille au soir pour échapper à un commerçant mécontent. Il accéléra un peu le pas et tourna au coin du mur en faisant signe à Juliette de se cacher. Puis il se pencha pour vérifier si le type bizarre était toujours derrière eux.

─ Il est partit, je crois... Tu vois quelque chose ?

Si ça se trouvait, il voulait juste leur demander l'heure. Mais vu qu'il était derrière eux depuis un petit moment déjà, Morgan préférait ne pas courir de risque. S'ils devaient fuir en courant, il savait qu'il s'en sortirait, mais il se demandait si Juliette savait courir vite elle aussi, ou si elle allait tomber, se faire mal et pleurer. Morgan soupira. Il avait décidément beaucoup de préjugés sur les gens riches. *Oui mais bon... elle vit dans un MANOIR, quand même !*


[HJ : Pardon pour le retard ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 26 Juin - 3:20

[Il en est de même pour moi x')]

Juliette ne comprenait pas l’air ahuri de Morgan, il n’y avait rien d’anormal à ses yeux de vivre dans un manoir. Elle ne savait pas que tout le monde rêvait d’avoir des tas de domestiques à son service, de délicieux plats, une maison de rêve et encore..! Ayant vécu très aisément toute sa vie, la jeune fille ne savait pas ce que c’était de vivre dans la rue, ni la vie de merde que pouvait vivre une personne lorsqu’elle se faisait arnaquer ou autre, avec sa vie d’aristocrate, c’était bien sûr le pays qui assurait que sa vie soit confortable! Morgan avait l’air tellement excité, que Juliette se sentit sourire jusqu’aux oreilles, contente de lui faire plaisir.

- Heu… bah… je sais que c’est à environ quelques rues du grand amphithéâtre… à partir de là, je pourrais me retrouver.

Et ainsi que les deux amis se retrouvèrent dans les rues, cherchant encore et encore. Juliette tenait frénétiquement la main de Morgan, pas question de perdre son chemin dans cet endroit effrayant! Et si quelqu’un les attaquait? Les kidnappait? Les…

- Eh, y'a un type bizarre qui nous suit... Tu le connais ?

Elle lâcha par réflexe la main du blondinet et commença à trembler, ça ne pouvait pas plus mal tomber, en plein dans son angoisse intérieure, ses pires craintes se montraient; quelqu’un leur voulait du mal! Enfin, il n’avait rien fait de la sorte, mais elle était tellement paranoïaque… apparemment, Morgan aussi avait peur car il la prit rapidement par la main avant de l’emmener dans une ruelle sombre. Et puis Juliette… recommença à trembler. Voulait-il lui faire du mal?! Elle recula. Elle se cacha tout de même près du gamin derrière une grosse poubelle.

─ Il est partit, je crois... Tu vois quelque chose ?

Ah, finalement elle avait eu raison de lui faire confiance, il voulait s’assurer qu’elle aille bien. Juste à cette pensée, la gamine commença à rougir, elle pensait presque tombée amoureuse, innocente et insouciante comme elle était, la moindre attention de garçon qu’elle trouvait mignon la chavirait. Bref, total extase durant une fraction de secondes pour Juliette, qui se foutait bien de la probable différence d’âge entre elle et Morgan.

- Heu… nan, il est parti je crois… dit-elle en essayant de cacher son visage rouge tomate.

Puis cela vint comme un flash. Elle mit son poids sur son ami en se relevant et pointant avec toute son énergie…

- … l’amphithéâtre! Il est là! Je le vois!

Attrapant Morgan, la jeune fille commença à courir, le sourire aux lèvres, très rapidement. Elle était allée à cet endroit tellement de fois qu’elle savait le chemin par cœur –et c’est d’ailleurs sûrement le seul chemin qu’elle connaisse-. Un énorme sentiment de soulagement l’envahi lorsqu’elle traversait les rues, revoyant les maisons et Londoniens familiers à ses yeux, elle n’était pas perdue, n’allait pas dormir dehors cette nuit..!

Après une énorme course où Juliette ne fut même pas essoufflée –le jogging quotidien portait ses fruits finalement-, les deux adolescents se retrouvèrent devant le manoir des Long; bâtisse énorme pour les personnes de la haute noblesse, son architecture avait été soigneusement dessinée et sa décoration autant intérieur qu’extérieure richement décorée par les plus grands spécialistes. Une énorme fontaine était sur le pavé de pierres de l’entrée, lequel était décoré de plusieurs fleurs, en particulier des roses rouges, que la mère de Juliette adorait plus que tout. Géométriquement parlant, le manoir était en forme de [ , ressemblant à trois prismes à base rectangulaire collés les uns contre les autres, entourant une cour et le dit manoir avait autour de lui une cour encore plus grande, que Roméo n’avait pas quitté jusqu’à ses dix-huit ans, pas besoin avec ce seul fait de dire à quel point elle était grande. Bref, les Long étaient des aristocrates choyés, qui vivaient joyeusement leur vie de nobles.

Juliette ne prêta pas attention à Morgan et le prit par le bras.

- Tu viens?! Je te fais visiter!

Le chemin de pierre fut rapidement traversé et dès que la jeune fille ouvrit la porte, l’homme que Morgan avait vu plus tôt se tenait devant eux! Les yeux de l’actrice s’illuminèrent.

- PAPA!

Elle n’avait pas eu le temps de bien voir l’individu qui les suivait. Le père des Long serra son fils (ou plutôt sa fille) dans ses bras.

- Ah, Roméo! J’ai cru te voir dans les rues il y a quelques instants, mais j’ai dû me tromper… la calèche s’est brisée, donc j’ai dû repartir à pied…

Il regarda Morgan d’un œil mauvais.

- Et… qui est ce garçon?

L’homme ne voyait pas d’un très bon œil l’apparence du blondinet, il ressemblait à un gamin de la rue et il ne voulait pas que son fils aient de mauvaises relations, car il tenait beaucoup à ce dernier, il en valait de même pour la cadette Hann. Juliette, elle, comprit bien que son père allait chasser son ami s’il savait sa véritable identité, même les acteurs de la troupe ne venant pas de la noblesse étaient vus d’un mauvais œil voir renvoyés poliment et la demoiselle en avait de très mauvaises expériences de voir ses amis partir. Elle empêcha Morgan de parler en se précipitant sur lui.

- Ah, c’est… le cousin de Rose! Tu sais, la femme du metteur en scène?! Il s’appelle Morgan Ungry. J’ai sympathisé avec lui à l’amphithéâtre et… je l’ai kidnappé pour la journée!

Malgré que son air ne soit pas si crédible que ça, le père de la jeune fille ne fit pas d’objection et un domestique passa ôter son chapeau et son manteau.

- Très bien, alors amusez-vous bien ensemble… mais changez-vous s’il vous plaît. Ton ami sent un peu trop le poisson et je n’aime pas te voir te promener en costume dans la maison, d’accord?

Juliette acquiesça rapidement de la tête. Son père pensait que son fils était déguisé en fille tandis qu’elle pensait que son père se disait qu’elle avait des habits de garçons, de quoi faire le pire des malentendus… Une fois qu’il fut parti, l’actrice amena Morgan au grand salon, où elle demanda à un domestique d’apporter du thé et des sandwichs, car son ventre criait toujours famine.

- Je reviens, je vais me changer… tu veux que je te passe des vêtements? Mon père sera pas très content si ça sent le poisson dans la maison…

La noble se leva et se dirigea vers sa chambre, après s’être changée –toujours en habits de garçon, presque les mêmes, mais d’autres couleurs-, la jeune fille croisa Hann, sa sœur.

- Regarde, Roméo! Je l’ai trouvé sur le bord de ma fenêtre!

Les yeux de Juliette devinrent ronds. Devant elle, un gros matou roux était dans les bras de sa sœur. Apparemment, il venait d’être lavé par un domestique qui devait avoir reçu pas mal de coups de griffes et la réaction fut instantanée.

- ATCHOUM! Hann, je t’ai déjà dit de ne pas ramener des chats, papa risquerait de te gronder… ah! Je… je dois aller au grand salon!

[…]

Roméo ne savait plus pourquoi il devait y aller, mais il le devait. Il ne comprenait pas trop les derniers évènements, mais en tout cas, il devait y aller. Le jeune homme ouvrit la porte du grand salon afin de revenir auprès de Morgan qui avait devant lui le plateau commandé, ce dernier allait être encore plus confus que jamais…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Lun 12 Juil - 23:15

Morgan scruta la ruelle puis demanda à Juliette si elle apercevait l'homme qui les suivait quelques part. *Si ça se trouve c'était qu'un hasard*, songeait-il. Il n'était pas dans les habitudes de Morgan de se montrer prudent, car il n'avait pas une très grande notion du danger, et savait qu'il s'était déjà sortit de pires situations, mais il se serait senti stupide si on les avait agressés alors qu'il accompagnait sa nouvelle amie chez elle. Oui, Morgan considérait en effet Juliette comme son amie, de même que Roméo alors que cela ne faisait que peu de temps qu'il le connaissait.

─ Heu... nan, il est parti je crois..., répondit la jeune fille.

Morgan se retourna et remarqua qu'elle avait les joues rouges. *Bah voilà, c'est ça de courir quand on a pas l'habitude* pensa-t-il en faisant une grimace désolée. La seconde d'après, il changeait radicalement d'avis. Car Juliette s'était écriée qu'elle apercevait l'amphithéâtre puis s'était mise à courir dans sa direction, Morgan sur ses talons. Il trébucha sur les premiers mètres mais, comme Juliette le tenait par la main, il ne pouvait pas ralentir et fut donc forcé de soutenir son rythme.

─ Je... pensais pas... que tu... courais... aussi vite !! s'exclama-t-il.

Il la suivit dans le dédale des rues londoniennes, jusqu'à un quartier chic dans lequel il n'avait jamais mis les pieds. Il s'arrêta net, et une expression semblable à celle d'un poisson rouge s'étala sur son visage (normal pour une sirène, me direz-vous). Devant lui, une bâtisse énorme (et encore, le mot était faible) trônait au milieu d'une cour artistiquement décorée de fleurs et d'une fontaine dans laquelle une dizaine de chevaux auraient pu se désaltérer. Morgan avait supposé que Juliette vivait dans une famille bourgeoise, dans une grande maison certes, mais... Même quand il avait entendu le mot 'manoir', son imagination n'avait pas travaillé aussi loin. Ce n'était pas la demeure d'une famille de bourgeois, mais de nobles de la haute société.

─ Tu viens?! Je te fais visiter!

Morgan se laissa tirer par le bras et, tel un zombie, traversa le chemin de pierre qui menait à l'entrée en regardant autour de lui avec des yeux grands comme des soucoupes. Ce n'est que lorsque Juliette serra son père dans ses bras qu'il revint à la réalité.

─ Et... qui est ce garçon?

Il cligna des yeux et sursauta en reconnaissant l'homme qui les avait suivi.

─ Oh, c'était vous ! s'exclama-t-il.

Il resta silencieux un instant plus éclata de rire. Toute cette histoire pour rien ! Franchement, on l'y reprendrait à se montrer 'prudent'... Il ne remarqua pas vraiment l'air méfiant du père de sa nouvelle amie, ce genre de choses étaient bien trop subtiles pour lui. Il aurait vraiment fallu qu'il lui dise clairement qu'il ne voulait pas le voir ici pour que Morgan comprenne qu'il n'était pas le bienvenu. Pourtant, ce n'était pas faute de savoir que les gens de la haute société avaient tendance à mépriser ceux des basses classes et à mettre le plus de distance possible entre 'ces gens' et eux. Il allait tout de même se présenter, mais Juliette ne lui laissa que le temps d'ouvrir la bouche car elle répondit à sa place :

─ Ah, c’est... le cousin de Rose! Tu sais, la femme du metteur en scène?! Il s’appelle Morgan Ungry. J’ai sympathisé avec lui à l’amphithéâtre et... je l’ai kidnappé pour la journée!

Morgan haussa les sourcils puis, comme il était stupide mais pas aveugle (Juliette s'était presque jetée sur lui pour l'empêcher de parler), il afficha son plus beau sourire pour saluer le père de la jeune fille :

─ Bonjour monsieur ! s'exclama-t-il joyeusement.

─ Très bien, alors amusez-vous bien ensemble… mais changez-vous s’il vous plaît. Ton ami sent un peu trop le poisson et je n’aime pas te voir te promener en costume dans la maison, d’accord?

Il ne semblait pas exprimer d'objection, et Morgan sourit en se disant que si ça se trouvait, les gens de cette famille n'avaient rien contre les gamins de rue. Intelligent comme il l'était, il n'avait bien sûr pas compris que si Juliette avait fait le rapprochement entre la femme du metteur en scène et lui, c'était pour cacher ses origines modestes. De même, lorsque le père de Juliette avait prononcé le mot 'costume', il n'avait pas compris qu'il pensait qu'elle (ou plutôt 'il') se déguisait en femme, mais qu'il parlait simplement du costume pour homme qu'elle portait. Il suivit la jeune fille en regardant tout autour de lui avec un air émerveillé, comme un gamin qui ouvrait ses cadeaux de Noël à l'avance. Elle demanda à un majordome d'apporter à boire et à manger, et Morgan, en entendant cela, en salivait d'avance. Il avait très faim tout à coup.

─ Je reviens, je vais me changer... tu veux que je te passe des vêtements? Mon père sera pas très content si ça sent le poisson dans la maison...

─ Ah ouais, c'est sympa merci. March me laisserait pas rentrer comme ça de toute manière.


Il la regarda s'éloigner en se demandant si elle allait lui ramener des habits dans le même genre que les siens, ou quelque chose de plus 'simple'. Pour Morgan, tout ici était extrêmement compliqué ; les objets de décoration trop nombreux, ou les ornements trop détaillés, et puis tous ces meubles qui ne servaient à rien sinon à faire joli. Quant à la pièce, il aurait pu y caser six de son taudis. Le jeune homme n'était habitué qu'au strict nécessaire et il ne comprenait pas trop le pourquoi de toutes ces choses. Cependant, comme beaucoup de choses qu'il ne comprenait pas, cela ne le gênait pas pour autant. Il afficha un grand sourire béat et s'assit dans un fauteuil moelleux à souhait. *Aaah, c'est l'paradis ici !*

─ Monsieur désire-t-il du sucre dans son thé ?

Le domestique avait apporté un plateau avec des sandwichs et un service à thé qui, s'il l'avait vendu, aurait sûrement payé à Morgan un ou deux repas dans un chic restaurant. Le blondinet sourit bêtement, amusé qu'on l'appelle 'monsieur'. C'était bien la première fois.

─ Deux ! répondit-il en faisant le geste avec ses doigts, ce qui lui donnait l'air de faire le signe de la victoire. Merci m'sieur !

Le domestique s'éloigna après avoir exécuté une espèce de petite courbette qui fit davantage sourire Morgan. Il se demanda s'il devait attendre le retour de son hôte. Mais, comme son estomac grognait, il piocha un sandwich sur le plateau en se disant qu'il allait lui en laisser une bonne moitié. Morgan pouvait manger n'importe quoi quand il était affamé, et toujours trouver cela bon. Mais là, c'était différent. C'était réellement délicieux. *Comment un simple sandwich peut-il être aussi bon ?* se demanda-t-il en s'extasiant devant le plateau entier qu'il avait sous les yeux. Ni une ni deux, il enfourna un autre sandwich, puis deux, puis... il allait mettre le quatrième dans sa bouche lorsque la porte du salon s'ouvrit. Mogan se retourna en souriant, son sandwich à la main et... ouvrit la bouche comme un poisson rouge. Le sandwich tomba par terre, mais Morgan n'y prêta pas attention. Il se leva d'un bond et pointa le doigt sur le garçon qui venait d'entrer.

─ TOI !

Il se rendit compte que sa main tremblait et baissa le bras, complètement perdu. Qu'est-ce que Roméo faisait ici ? Comment était-ce possible ? La seconde d'après, Morgan oublia ses questions et se jeta sur son 'ami'.

─ Tu es vivant ! s'exclama-t-il en le serrant très très fort dans ses bras (assez pour lui couper le souffle). Il le lâcha et le prit par les épaules en le regardant droit dans les yeux :

─ J'ai cru que tu t'étais fait attaquer et que t'étais mort, dit-il avec un air très sérieux. La seconde d'après, il souriait de toutes ses dents : Heureusement que t'as rien ! Qu'est-ce qui t'es arrivé, et elle est où Juliette ?

Comme il disait cela, il se rendit compte de quelque chose qui aurait dû paraître comme une évidence : Roméo et Juliette se ressemblaient trop pour ne pas être qu'une seule et même personne... C'était logique ! Morgan fit un bond en arrière sous le coup de la surprise, puis éclata de rire :

─ Ah oui, c'était donc ça ! Vous avez voulu me faire une blague. En fait vous êtes jumeaux, c'est ça hein ? Juliette a pris ta place dans la rue, et là c'est ton tour, affirma-t-il, sûr de sa théorie. J'aurais dû comprendre quand vous avez dit être acteurs. Vous êtes vachement doués, dis donc ! J'y ai vu que du feu !

En réalité il ne fallait pas être très doué pour mener Morgan en bateau, mais ce n'était qu'un détail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Sam 17 Juil - 15:03

- TOI!

Toi? Qui pourrait lui crier ça comme ça? Roméo en eu la réponse rapidement avec un corps de garçon qui lui sautait presque littéralement dessus. L’odeur de poisson caractéristique ne trompait pas : C’était Morgan. Le garçon était un peu bouleversé par cette soudaine démonstration d’affection –ou plutôt d’inquiétude, mais il fut tout de même tout heureux d’avoir un câlin gratuit! Après toute la confusion après qu’il se soit dit qu’il devait aller au salon, Roméo essayait de reprendre son souffle de la prise de Morgan, qui était de plus en plus forte. Pourtant, il ne se débattit étrangement pas…

- J'ai cru que tu t'étais fait attaquer et que t'étais mort.

L’air grave du blondinet fit faire au noble un frisson. Il ne connaissait pas cette facette du gamin des rues –il ne connaissait pas beaucoup ce dernier, mais bon…-. Roméo ne se souvenait absolument pas être mort, mais vu qu’il n’avait jamais parlé de ce sujet avec ses parents, il dit tout bonnement :

- Peut-être que je l’étais! s’exclama-t-il en souriant un peu, apparemment gêné vu les rougeurs sur ses joues. Il n’aimait apparemment pas beaucoup faire s’inquiéter ceux à qui il tenait.

- Heureusement que t’as rien! Qu’est-ce qui t’es arrivé, et elle est où Juliette?

Le garçon faillit pouffer de rire tellement le changement d’émotion le détendait, oui, drôle de réaction mais Roméo reste Roméo… c’est aussi là qu’il s’aperçut que sa chemise avait été boutonnée de travers, mais difficile de la remettre comme il le fallait dans des moments comme ça. Il avait été élevé pour porter ce genre de vêtements, pourquoi faisait-il encore ce genre d’erreur à dix-neuf ans..? Quoique son père dirait encore qu’il avait plutôt l’air d’avoir douze ans.

Mais… attendez… Juliette?! JULIETTE?!

Roméo rougit encore plus. S’il fallait que Morgan sache pour sa tendance au travestissement… son père serait fou de rage que quelqu’un d’autre de la famille et de la troupe le sache. S’était-il travesti plus tôt et il s’était cogné la tête? Il se souvenait petit à petit que son père lui ai dit qu’il n’aimait pas trop le voir costumé… Le noble hésita un instant et dit, toujours aussi timide, en se pointant :

- Ju… Juliette? En… en fait c’est… c’est…

─ Ah oui, c'était donc ça ! Vous avez voulu me faire une blague. En fait vous êtes jumeaux, c'est ça hein ? Juliette a pris ta place dans la rue, et là c'est ton tour, affirma-t-il, sûr de sa théorie. J'aurais dû comprendre quand vous avez dit être acteurs. Vous êtes vachement doués, dis donc ! J'y ai vu que du feu !


Il s’arrêta. Et voilà que Roméo a une de ses rares illuminations! (Vous êtes des privilégiés, là!) UNE JUMELLE! C’était parfait pour cacher son désir secret de devenir une fille! Il ne comprenait absolument rien du fait que Morgan eut la connaissance de ‘Juliette’, qu’elle vivait ici, qu’elle était comédienne… le noble semblait avoir inconsciemment remarqué qu’il lui arrivait de faire des choses étranges sans qu’il ne s’en souvienne. Il sourit et commença à replacer sa chemise.

- Ah… heu… oui! Juliette est ma jumelle et comme on est très proches, on… on a suivi le même chemin de la comédie! Elle tenait absolument à faire une prestation devant quelqu’un dans la réalité… ex… excuse-moi… Elle… elle est partie avec ma mère pour des… des trucs de filles, quoi. Auxquels je ne prendrai jamais part!

Roméo, qu’est-ce que tu peux bégayer en mentant… et arrête avec cet air encore plus niais que d’habitude sur ton visage! Soudain, le jeune homme vit qu’il avait laissé tomber des vêtements près de lui, sans réfléchir pour changer de sujet, il les jeta dans les bras de Morgan. Un pantalon noir ainsi qu’une chemise avec une cravate comportant quelques froufrous à l’ancienne –ou plutôt tendance à l’époque-. Juliette les avait pris car elle trouvait que le garçon des rues allait être très beau dans cette tenue, elle aurait pu aussi rire de lui avec l’air sérieux et noble de cet habillement.

- Ju… Juliette m’a dit de… de te donner ça. « Il serait trop beau là-dedans! », elle m’a dit. s’exprima lentement Roméo en prenant à la fin la voix supposée de sa jumelle ‘imaginaire’.

Et ainsi commença le long, long ‘mensonge’ de Roméo Long

Le comédien s’avança en soupirant vers la table où il attrapa un sandwich. Son ventre criait famine, comme toujours, mais il se sentait parfaitement épuisé. Il avait beau être bon acteur, dans la réalité, c’était loin d’être le cas pour des raisons de naïveté… ou de stupidité.

- ROMÉO! cria une petite voix aigüe.

Le garçon sursauta et rayonna soudainement. Hann venait de faire son entrée, toujours aussi heureuse. Apparemment on l’avait débarrassé du gros chat, mais elle n’en semblait pas du tout affectée… Sa chevelure brune lâchée se balançait dans l’air, elle avait attachée son ruban rouge autour de son cou. Immédiatement, elle se précipita dans les bras de son frère bien-aimé.

- Regarde, ça me va bien les cheveux lâchés, non?!

Elle sourit. Elle n’avait pas l’air d’avoir seize ans, comme son frère, elle était gamine. Mais Roméo eut un sérieux en sa présence qui ne lui était pas habituel en dehors des moments où sa sœur était présente. Il finit un deuxième sandwich et ôta le ruban du cou de Hann.

- Hann! Une femme du monde se doit de garder les cheveux attachés!

… Non, en fait, vu son air, il était plus intimidé par sa soudaine situation mensongère. Il se serait bien extasié devant les cheveux de sa sœur… Machinalement, le jeune homme commença à rattacher les cheveux de l’adolescente, sous son petit air déçu.

- Ah, maman veut voir Ju… mpphhhfff

Roméo venait de lui plaquer sa main sur sa bouche.

- Aaah… hmm… *chuchote* arrêtons un peu de parler de Juliette devant le cousin de Rose, d’accord..?

Hann hocha la tête, sans trop comprendre.

[Si tu en as besoin pour RP, je te laisse manipuler ma p'tite soeur en PNJ tant que tu voudras xD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Jeu 19 Aoû - 14:44

[HJ : Réponse un peu courte, désolée u.u]

Roméo avait l'air plutôt gêné, mais Morgan était si content de le retrouver (en vie) qu'il ne le remarqua même pas. Et évidemment, il goba toute l'histoire de la jumelle cachée. À mesure que Roméo déblatérait son histoire, le blondinet hochait la tête avec un air qui voulait dire quelque chose comme 'ah mais oui, c'est parfaitement logique, tout est plus clair à présent'. Il crut même que l'air affiché par son interlocuteur était dû aux 'trucs de filles' que Juliette était partie faire. Morgan ne comprenait pas grand-chose aux filles, surtout celles de bonne famille, parce qu'elle s'extasiaient toujours sur de belles robes, de beaux bijoux et de belles coiffures qui, si beaux fussent-ils, restaient totalement inutiles aux yeux du gamin des rues. La seule fille qu'il connaissait réellement, c'était Lucy Another, sa meilleure amie. Et Lucy n'était pas aussi compliquée que ces filles-là, alors il n'avait jamais été cherché plus loin. Il haussa les épaules à l'intention de Roméo, l'air de dire 'oh tu sais, moi tous ces trucs...'. C'est là que le jeune homme lui fourra entre les bras les vêtements que Juliette était censée avoir choisi pour lui. Morgan aussi les sourcils, mais au fond cela l'amusait, ce serait marrant, un peu comme s'il se déguisait. Morgan aimait bien se déguiser, quand il était petit, son frère et lui jouaient aux pirates, avec des bandanas et une épée en bois, même que son frère avait cousu un cache-oeil et fabriqué une fausse jambe de bois, pour faire comme s'il était borgne et boiteux. Oui, Morgan adorait se déguiser, même s'il supposait qu'il aurait toujours été plus convaincant en pirate qu'en noble. Après tout, ce n'était pas du tout le même mode de vie. Il aurait fallu qu'il apprenne à se tenir droit, et à avoir l'air sérieux de temps en temps, aussi. Et ça, c'était carrément mission impossible. C'est tout de même avec un grand sourire qu'il examina le pantalon noir, la chemise avec des volants-qui-faisaient-fille et la cravate.

Chouette !

Il retourna les vêtements dans tous les sens et faillit partir dans un fou-rire. S'il rentrait comme ça chez lui, March ferait une attaque. Il espérait que Lucy le trouve 'trop beau', comme avait dit Juliette.

Où est-ce que je peux me changer ? demanda-t-il.

Mais il n'eut pas le temps de recevoir une réponse, car quelqu'un entra au même moment en interpellant Roméo. Morgan crut un instant qu'il s'agissait de Juliette, mais en fait non. Même s'il était clair qu'elles faisaient partie de la même famille. Morgan sourit. Il la trouvait marrante. Il laissa le frère et la sœur un moment, parce que les sandwichs l'attendaient encore. Il aurait bien enfilé 'le déguisement' tout de suite, mais il doutait que ça se fasse de se déshabiller devant des gens comme ça. Ça ne devait pas être 'correct'. Même si à bien y réfléchir, il doutait d'avoir l'air correct dans n'importe quelle pièce de cette maison, vu l'allure qu'il avait. Mâchonnant un nouveau sandwich, Morgan baissa les yeux sur son pantalon-qui-jadis-avait-été-beige, sa chemise-qui-jadis-avait-ressemblé-à-une-chemise, ses chaussettes dépareillés et probablement trouées (sauf la verte peut-être) et ses chaussures-qu'il-était-rare-qu'il-se-donne-de-la-peine-de-mettre. Mouais. En un sens, ça aurait pu être pire. On aurait pu lui jeter des ordures, et il aurait senti encore plus mauvais. Enfin, c'est ce qu'il supposait. Il se tourna vers le frère et la sœur, qui étaient occupés à parler à voix basse. Comme Roméo n'avait pas réellement fait les présentations, Morgan s'avança et tendit la main :

Salut, moi c'est Morgan, salua-t-il joyeusement.
Hann, répondit la jeune fille.

Plus Morgan la regardait, plus il lui trouvait une sérieuse ressemblance avec sa soeur Juliette. C'est pourquoi il ajouta, complètement inconscient de la situation dans laquelle il mettait son nouvel ami :

Wé, ça doit être marrant d'avoir une sœur et un frère jumeaux !

Complètement inconscient, on vous dit. En même temps, avec le sourire maxi-white et l'air naïf au possible qu'il affichait, il aurait été dur de lui en vouloir. Même si franchement, Morgan, tu pourrais faire un effort.

Vous avez combien d'années de différence ? rajouta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Ven 10 Sep - 14:28

Hann était des plus amicales, toute heureuse de rencontrer un ami de son frère. De son côté, Roméo soupirait de façon très peu subtile sur son comportement capricieux. En effet, le jeune homme s’était retrouvé dans une des situations les plus compliquées qu’il n’avait jamais vécu -en effet, il en avait pas vu beaucoup, des trucs compliqués-… Sa mère le lui avait bien dit; ne pas dire de mensonges, car ça n’apporte que des malheurs mais maman comprendrait bien les raisons de son fils. Totalement inconscient du pouvoir de sa pierre, il avait évité le pire; reconnaître qu’il avait une autre personnalité en lui. Heureusement, sinon il paniquerait et on le croirait fou! La schizophrénie n’est pas très commune, disons…

Avec un grand sourire, Roméo se retourna quand…

─ Wé, ça doit être marrant d'avoir une sœur et un frère jumeaux !
- Heiiiiin? fit une Hann déboussolée.

Le noble fit semblant de tousser pour cacher le questionnement de sa sœur.

─ Vous avez combien d'années de différence ?
- Ah, heu… eh bien…

Roméo est assez discret pour oublier l’âge de la fille qu’il aime le plus au monde -égalité avec sa mère, évidemment!-. Mais il se ressaisit après un petit moment où Hann le regardait avec un regard totalement perdu. Malgré son âge d’adolescente, elle était encore plus naïve que son frère! Étrange duo, vraiment…

- Elle a… Il commença à compter sur ses doigts et puis… 16ans! Elle est mignonne hein?

Hann hocha la tête et tourna sur elle-même. Ses yeux brillaient puisqu’elle aimait tant se faire complimenter, peu importe par qui ou comment! Roméo passa une main dans ses cheveux bruns déjà un peu en bataille et s’adressa à Morgan.

- Suis désolée si je te perds un peu, mais… tu veux faire un truc? Y a pas grand-chose à faire dans le manoir, juste de l’équitation, se baigner dans la fontaine -ah ouais c’est vrai c’est interdit-, jouer à chat, coudre, juste marcher, le jeu d’échecs, de dames et j’ai même de l’équipement pour jouer à la crosse! Et puis…

En gros, toute activité humainement saine était presque toutes au grand complet disponible dans ce manoir gigantesque. Il fallait dire que l’État ni était pas allé de main morte pour choyer les Long.

- Ah oui! Je vais te présenter maman!

Puis l’instant d’après…

- Ah c’est vrai, je dois pas la déranger là…

Et il recommença à parler tout seul sur les activités et continua jusqu’à sortir dehors, où les deux garçons pourraient presque faire tout et n’importe quoi. Après quoi, Morgan devrait probablement partir… ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Ungry

Fidèle toutou de March

avatar

Messages : 223
Points : 284
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 27

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Contrôle du tonnerre et de la foudre (Tous aux abris ! XD)

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Lun 27 Sep - 16:03

J'aimerais que nous applaudissions Roméo. Pourquoi ? Eh bien parce qu'il vient de réussir à clouer le bec à Morgan, et deux fois de suite en plus ! *applauses and standing ovation* Le gamin des rues ressemblait de plus en plus à un poisson rouge; en plus de l'odeur il avait maintenant la bouche grande ouverte. Puis il cligna bêtement des yeux, avant d'articuler :

─ Quoiiii c'est vraiiii ?

Il regarda Roméo, puis sa sœur, puis Roméo, puis sa sœur, puis... mais vous avez compris. Lui, c'était l'aîné, ok ? Et donc elle, c'était la plus jeune, ok ? Elle, elle avait seize ans. Donc elle était déjà plus âgée que Morgan. De peu (je sais, on ne dirais pas non plus qu'il a quinze ans), mais quand même. Ce qui fait que les deux-là étaient plus âgés que lui. Belle déduction de la part de Morgan, il mérite des applaudissements lui aussi *applauses and standing ovation bis*. Lorsqu'il fut enfin capable d'articuler un minimum correctement, il ajouta :

─ C'est dingue ça, je vous pensais plus jeunes, tous les deux. Vous êtes plus grands que moi en fait.

Il fallait dire que Morgan n'avait pas l'habitude de côtoyer des gens plus âgés que lui. Ses amis, March et Lucy, avaient treize et quatorze ans. Les autres gamins des rues qu'il connaissait vite-fait étaient tous plus jeunes. Les plus vieux, en général, avaient soit autre chose à faire que de traîner avec lui, soit manquaient de patience pour supporter le débile blond que vous voyez là. En gros, c'était la première fois que Morgan passait autant de temps avec un aîné, et surtout qu'il s'entendait bien avec cette personne. Jamais un plus grand que lui n'avait eu la patience de le côtoyer plus de cinq minutes. Sauf son frère Seth évidemment, mais c'était il y a longtemps.

Une fois remis de sa surprise, Morgan écouta la proposition de Roméo, et c'est là que survint le deuxième clouement... clouage... enfin bref, de bec. Parmi toutes les activités qu'il lui proposait (en ajoutant qu'il n'y avait pas grand-chose à faire), il n'y en avait qu'une seule que Morgan connaissait : jouer à chat. Ah, et la baignade dans la fontaine aussi, ou plutôt la baignade dans les lieux interdits. Mais Morgan s'était assez baigné pour la journée, et même pour la semaine en fait. L'équitation ? Jamais essayé, mais ça pouvait être drôle. Les échecs et les dames ? Pas assez intelligent pour ça. Coudre ? Ben... c'était un peu pour les filles, non ? Jamais essayé non plus (quoique ça lui serait utile, en fait, rien que pour rapiécer ses chaussettes). La crosse ? Jamais essayé non plus, mais comme pour les chevaux, ça devait être drôle. Quant à marcher, ben c'est ce qu'ils faisaient à l'instant-même, donc... Morgan se rappela alors de Lucy et March, qui l'attendaient chez lui (ou pas, en fait), et il se décida pour une activité ludique et utile. Pour une fois :

─ Tu veux bien m'apprendre à coudre ?

Pour appuyer ses propos, il baissa le nez, examina un instant ses vêtements et trouva facilement ce qu'il cherchait : un trou dans sa chemise.

─ Je pense que mes amis seraient contents si je savais le faire, ajouta-t-il avec son sourire stupide habituel.

C'était effectivement une bonne idée. Il pourrait ensuite rentrer chez lui et montrer à ses deux amis qu'il savait faire quelque chose de ses dix doigts, et ils seraient contents qu'il puisse leur rendre ce service de temps à autre. Oui, c'était une bonne idée. En théorie. Parce que... Morgan, une aiguille en main ? Mais vous êtes fous ! Déjà il faudrait qu'il apprenne à la tenir correctement, et puis à glisser un fil à l'intérieur (et alors la précision et lui, hein !), avant de pouvoir ne serait-ce qu'apprendre un point basique. En résumé, sortez les pansements parce que ça promet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roméo 'Juliette' Long

avatar

Messages : 115
Points : 190
Date d'inscription : 26/05/2010
Age : 22
Localisation : Manoir Long & Amphithéâtre

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Transformation en fille... ATCHOUM!

MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   Mar 19 Oct - 4:31

Hann eut une petite moue à la proposition de Morgan. Ayant marre de se piquer les doigts à ses leçons quotidiennes, elle dit vaguement au revoir à son frère et sa nouvelle connaissance avant d’aller gambader jusqu’à sa chambre. Roméo réfléchit un petit instant à où trouver des trucs pour coudre. D’habitude sa mère les lui donnait, mais là il ne devait pas aller la déranger…
Attrapant le bras de Morgan, le jeune homme se hâta à travers les couloirs du manoir et entra par une grande porte en bois qui menait vers ; la chambre des maîtres. Lieu interdit pour Roméo et pourtant sa mère lui laissait un peu de temps lorsque son père n’était pas là afin qu’il fasse une sieste sur l’énorme lit douillet. La décoration était plus que nécessaire et on remarquait bien un certain goût raffiné dans l’air que le jeune homme ne remarquait jamais… pour lui, ce n’était que des babioles un peu partout.

Ouvrant littéralement tous les tiroirs qu’il voyait, le noble ressemblait plus à un voleur, maintenant… Agrippant les vêtements au cas où qu’il essayait de replacer le plus proprement qu’il pouvait, le jeune homme réussit finalement à trouver ce qu’il cherchait près d’une grand commode blanche : la boîte de couture en osier. Il y avait d’à peu près tout là-dedans! Le tissu n’était pas en quantité énorme, mais juste assez pour un passe-temps. Il y avait aussi plusieurs aiguilles… dieu du ciel, qu’est-ce que Morgan avait pensé?

Allant avec son ami sur un canapé de la chambre, Roméo voulut plus ou moins ôter l’inquiétude de Morgan, s’il en avait.

- T’inquiètes, il y a plus de chances que maman vienne ici que papa…

Sacré Roméo.

- Allez, passes-moi ta chaussette!

Doublement sacré Roméo. Ne remarquant même pas l’odeur, le jeune homme manqua presque arracher le bout de tissu de force à son ami et lui expliqua comment coudre. Malheureusement les explications étaient souvent accompagnées de « Oups, je me suis trompé, ce n’était pas comme ça! » ou alors « Aïe! Je me suis piqué! ». À quelques reprises, les doigts du garçon devenaient un peu plus rouge, mais au final, Morgan pouvait avoir un carré de tissu vert assez bien cousu contre un trou de sa chaussette. C’était une matière chaude, qui ne devrait pas lui poser de problèmes pour un bout de temps.

- Ta maman elle va être contente!

Il n’avait pas pensé ou il ne se rappelait même pas si Morgan avait pu lui parler de sa famille… à croire que Roméo & Juliette ne pouvaient voir la possibilité que le gamin des rues pouvait être orphelin ou autre.

Puis… erreur fatale. Roméo passa du tissu, une paire de ciseaux, du fil et une aiguille bien pointue à Morgan.

- Tiens, ton tour! Après, bon, je sais pas si tu pourras rester après quelques heures, papa aime pas trop qu’il y ait du bruit dans la maison le soir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peureux un jour, peureux toujours! [PV Morgan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chocolat un jour, Chocolat toujours | PV Alyss|
» Scout un jour, Scout toujours !
» Gaffeuse un jour, gaffeuse toujours ! (Libre)
» Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]
» Boursouf un jour, Boursouf toujours ! [Donald & Irving]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Victoria's Stone :: Londres touristique :: 

La Tamise

-
Sauter vers: