Victoria's Stone

Bienvenue à Londres au XIXème siècle, ici les pierres sont magiques et vous confèrent des pouvoirs ! [10 lignes minimum]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Observateur nocturne [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Observateur nocturne [Libre]   Ven 2 Juil - 12:01

    Faust venait de rentrer de sa journée passée dans les rues de Londres, à observer les gens, tenter de comprendre leurs comportements, et donc, de voir s'ils étaient ou non possesseurs. Pour le dernier cas, il en avait découvert quatre sur la bonne centaine de personnes qu'il avait rencontré. Mais ce qui le décevait, c'était qu'il ne les avait pas découverts de lui-même ; ils s'étaient révélés eux-même. Un gamin courait sur les pavé, est tombé et s'est écorché ; sa grande soeur (du moins, Faust le supposait, elle était trop jeune pour être sa mère) arrive et a soigné miraculeusement le genou de l'enfant. Peu après, il s'était attaché à rester dans les ruelles, et avait fait la connaissance d'un jeune coq arrogant répondant au surnom de December, qui possédait le pouvoir de voler, tel un démon. Puis il avait vu une femme de ménage contrôler la poussière pour la faire aller directement dehors, au lieu de passer le balai. Et enfin, un homme qui, pour allumer son four, avait simplement fait une flammèche de ses mains pour embraser le petit bois qui gisait là. Ce dernier pouvoir avait fait frissonner Faust, car c'était le même pouvoir que l'homme qui avait détruit sa fiancée et une partie de sa vie. Mais Faust s'était vengé. Seulement, nous ne raconterons pas cette histoire à nouveau, celle-là ayant déjà été ressassée tant et tant.

    Ainsi donc, il rentrait. La lourde clé de cuivre pesait dans sa main, et il la posa bien vite sur le meuble dans l'entrée, après avoir refermé la porte consciencieusement. Posé sur le buffet où il déposait à présent le trousseau, il y avait un petit carnet, dont la couverture était de cuir rouge mat, et les feuille de papier parcheminées, sentant la poussière et le souffre, comme lorsqu'on éteint une allumette en soufflant dessus. Faust prit le carnet, et s'attacha à le mettre à jour. Il se mit sur une petite table installée dans le salon, trônant sur un grand tapis ottoman qu'il avait fait importer par une de ses connaissances. Une petite chaise à côté était située, et Faut s'y assit. Puis il prit une plume, prit de l'encre, et commença à noter les événements de la journée.

    Et ainsi, il marqua toutes les rencontres qu'il avait fait à ce jour. Cela lui prit bien quelques bonnes deux heures, et quand il reposa la plume sur la table, le soleil était tombé depuis longtemps, laissant la place libre à l'astre nocturne, la mère des poètes et des rêveurs, la Lune. Bien que Faus aimât la Lune, il la détestait aussi. Car il savait que si elle faisait rêver les hommes, elle leur donnait ainsi envie d'accéder à un pouvoir inédit, qu'ils n'auraient que dans leurs rêves. Bien avant le drame, Faust s'était surprit à observer la Lune et à penser que ses parents étaient encore vivants, qu'il les aurait ressuscités. En ce temps là, on l'appelait encore Ruyard, ou simplement Yard. Mais maintenant, il évitait cet astre nocturne. Pour ne plus rêver, ne plus s'imaginer un monde impossible, un pouvoir offert par le Diable.

    Bien que le soleil soit tombé et que Faust avait passé la journée à marcher sans se reposer, il ne se sentait pas le moins du monde fatigué. L'idée d'aller se coucher maintenant lui semblait presque ridicule. Même lorsque Big Ben sonna les onze coups, Faust riait à l'idée de quitter le monde conscient. Et il se sentait à même de s'octroyer une promenade nocturne, comme bien souvent la nuit.

    Il se dirigea alors vers le buffet dans l'entrée, prit la lourde clé, ouvrit la porte, ferma la porte derrière lui, se retourna, glissa la clé dans la serrure et la tourna. On entendit parfaitement le "clic" de la machinerie huilée comme une horloge qui s'actionnait. Mais Faust s'immobilisa alors. Parce que le bruit qu'il avait entendu, outre celui de la serrure, était un bruit beaucoup plus alarmant : un bruit de pas unique, comme si on l'avait attendu, ou que l'on se cachait de sa vue. Et Faust sentait très nettement une présence. Doucement, il tira la clé vers lui, il la mit sans bruit dans la poche de sa veste, se redressa de sa position un peu courbée, et se retourna. De toutes évidences, il y avait quelqu'un. Et pour savoir qui l'avait observé, la meilleure façon de le découvrir était encore la simple confrontation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Ven 2 Juil - 22:13

Alex avait rencontré deux personnes intéressantes aujourd'hui. Un possesseur, qui n'était autre que monsieur Le Knucker, célèbre écrivain et Samuël Baroque, un homme bien mystérieux selon le garçon. Ils avaient beaucoup parlé de Jack l'éventreur et s'étaient mis en tête de le capturer. Après avoir beaucoup parlé avec eux, le jeune comte les avaient quitté et s'était mis à rechercher le QG de la milice, sous une grosse pluie.

Il avait fini par trouver celle-ci, mais n'avait fait que passer devant, sans vraiment s'arrêter. A peine, pour bien être sûr qu'il s'agissait de celle-ci, grâce aux écritures. Finalement, de sa journée Alexiev en fût content. Un peu réticent au matin, pour accompagner sa soeur au centre, il ne le regretta pas par la suite. Lorsqu'il rentra chez lui, Ellyan l'attrapa et se mit à lui poser pleins de questions sur monsieur le Loup, mais ne répondit pas à toutes.

Le jeune comte s'enferma ensuite dans le bureau, qui était devenu son lieu de prédilection et se mit à réfléchir, en marchand de droite à gauche. Qu'est-ce qui était le plus urgent ? S'occuper de la milice ou de Jack ? Évidemment, pour le garçon cela ne faisait aucun doute, cependant il n'avait pas parlé de cette dernière aux deux hommes, non il attendrait un peu encore. Il s'approcha d'un miroir ensuite et regarda son reflet.

Faisant la moue, il souleva lentement son cache-oeil noir et fixa l'oeil ou la pierre s'y était incrusté. Celui-ci ressemblait à une perle. Il n'y avait plus de pupilles et plus d'iris, rien qu'une sorte de bille toute blanche avec des reflets nacré.


* Monstre...*

Il rebaissa le bandeau noir afin qu'on ne puisse rien voir. Monstre, c'était la définition que son père avait donné aux assassins de sa mère. Sachant à présent qu'ils étaient eux aussi des possesseurs, Alexiev se considérait donc comme tel aussi. C'était la raison pour laquelle il n'avait jamais utilisé le pouvoir de la pierre. Il se demandait si son père avait entendu parler de la milice et ce qu'il ferait s'il en avait vent. La rejoindrait-il ? Après tout, il aurait ses raisons.

Et comment réagirait-il, s'il savait que l'un de ses fils était à son tour devenu l'une de ces choses ? Ces questions ne cessaient de trotter dans son esprit, depuis la nuit où il avait vu le marionnettiste et Faust. Il soupira et regarda  dehors. Le soleil était tombé, la pluie avait cessé et il avait besoin de se changer les idées. Alors,il sorti du bureau, mit une capeline noire et un chapeau haut de forme, puis sorti du manoir prendre l'air.

Les rues étaient plutôt calmes, il s'éloigna des quartiers chic, marchand tranquillement. Alexiev arriva dans le Londres moyen au bout de quelques minutes de marches et passant devant une maison, il vit un homme en sortir. Il l'observa quelques instants et le reconnut alors.


* Ruyard Foster ? * 

S'en aller...C'était tentant. Fuir, courir oui. Mais Alex ne le fit pas, non c'était là l'occasion qu'il attendait. C'était là l'occasion qu'il avait pour mettre en place son projet, alors plutôt que de se cacher comme la dernière fois, il s'approcha de l'homme, faisant mine de continuer sa promenade nocturne et s'arrêta à sa hauteur.

 - Bonsoir. 

Par simple politesse, il se découvrit la tête, en même temps que la parole. Son coeur se mit à battre frénétiquement, mais il le cacha. Le garçon ne voulait pas que le début de son malaise, puisse se voir.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Dim 4 Juil - 12:58

    Faust avait eu raison. C'était bien une personne qui l'avait observé, et pas un simple bruit, comme celui du vent dans les branches des arbres, le soir, surtout vers la mi-octobre, lorsque les feuilles tombent, jonchent le sol en le raclant. L'intrus, se sentant découvert, avait cru nécessaire de dire "bonsoir" à Faust. Mais l'intonation qui avait été utilisée voulait tout dire : le chef de la Milice avait été reconnu. Et cela n'était pas très bon à savoir, parce que Faust faisait en sorte que les gens n'apprennent rien de la MPSP. Il n'y avait donc que deus solutions : soit c'était ce petit gamin, December comme il s'était présenté, qui avait croisé son chemin, auquel cas Faust n'aurait pas grand chose à craindre ; ou bien c'était l'observateur nocturne qui avait surpris sa conversation lorsqu'il avait rencontré son nouvel élément et collaborateur, le marionnettiste Yoshimitsu Gein. Faust savait au fond de lui que la dernière option était la plus probable, hélas. Il se retourna pour voir à son tour la personne derrière lui. 

    - Bonsoir, monsieur.

    Faust toisa la personne en face de lui entièrement : plus un enfant qu'un adulte, mais il semblait y avoir de la maturité dans ses traits. Sans doutes, un grand malheur l'avait traversé, Faust en mettrait sa main au feu. Puis, il fit semblant de réfléchir, posant sa main gauche sur son menton, le coude gauche reposant sur sa main droite. 

    - Vos traits me semblent familiers... Aurai-je déjà eu l'honneur de vous rencontrer ?

    Ce n'était pas entièrement une technique de manipulation à deux niveaux : on commence à engager la conversation pour destabiliser l'adversaire, et dans le même temps on apprend des tas de choses sur lui, ses mimiques, ses habitudes, façons de parler. Non, Faust avait dit ça aussi parce que les traits du garçon lui semblait presque connus. Et il désirait connaître le nom du garçon pour savoir s'il ne connaissait personne de sa famille. Enfin, Faust pouvait toujours se tromper, mais c'était tout même rare, lui étant plutôt physionomiste.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Lun 5 Juil - 13:03

La seconde nuit. C'était la seconde nuit où il rencontrait le chef de la milice, à croire que ces deux-là n'allaient se voir que lorsque le soleil avait laissé sa place à l'astre nocturne ! Une chose était sûre en tous les cas, Alexiev n'était pas réellement à l'aise, bien qu'il le cachait. D'autant plus lorsque Faust le toisa du regard, avait-il pu le voir l'autre nuit ? Venait-il de le reconnaître ?Il se calma, de toutes les façons il ne savait pas qu'il était une de ces personnes qu'il chassait et cela ne risquait pas d'arriver, sauf cas exceptionnel. Il lui dit ensuite que les traits du garçon lui semblaient familier et lui demandât s'ils s'étaient déjà rencontrés ce à quoi le garçon répondit :

 - Je n'en ais pas le souvenir, mais il se peut que nous nous soyons croisé en ville.

Oui, en ville. Tout le monde et n'importe qui pouvait se rencontrer sans y faire attention. Tout le monde se croisait. Ceci dit il réfléchit un instant, à supposer que son père avait entendu parler de la milice...A supposer qu'il avait rencontré déjà monsieur Foster... Cela pourrait sans doute expliquer le pourquoi du comment. Il lui répondit encore :

 - Il se peut aussi que vous connaissiez mon père ? Andrev Vladmir.


Le garçon espérait au fond de lui, que la réponse fusse non. Le cas contraire finirai par poser un vrai problème chez lui, non même pas un simple problème....Alexiev, à coup sûr se ferai répudier et bannir du manoir. Tel était son père depuis l'assassina. Le garçon fixa l'homme en face de lui, il pouvait bien voir à présent les traits de celui-ci. Il était grand et mince, ses cheveux étaient long et presque rouge.

Il avait un visage plutôt fin, sympathique même si on ne savait pas quel genre d'homme il pouvait être. Il avait les yeux très bleu, ce qui faisait bien ressortir la couleur de ses cheveux. Le jeune compte se demandât comment une personne comme lui avait pu arriver à en vouloir aux possesseurs de pierres. Il avait du mal à imaginer que derrière ce visage agréable, pouvait se cacher quelqu'un comme Faust oui car, il y avait pour le garçon Ruyard Foster ET Faust. Une sorte de docteur Jekyl et mister Hyde ? En tous les cas, c'est ainsi que le gamin le perçevait mais, il ne savait pas pourquoi, sans doute une idée d'enfant. Puis il se rendit compte d'une chose et dit :


 - Ho ! J'espère que je ne vous retarde pas en quelque chose . 

Peut-être que monsieur Foster avait un rendez-vous ? Ou peut-être allait-il à son QG ? Puis il se rendit compte d'autre chose et tendis la main vers son vis à vis :

 - Au fait je ne me suis pas présenté, Alexiev Vladmir. 

Il avait donné son vrai nom et son vrai prénom, après tout c'était risqué mais, le gamin voulait être le plus franc possible, s'il voulait en savoir davantage sur cet homme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Jeu 8 Juil - 18:15

    Le jeune homme (ou possesseur, Faust n'avait aucun moyen de le déterminer ; disons "garçon" pour ne pas s'emmêler les pinceaux), ainsi, le garçon disait s'appeler Alexiev Vladimir. Bien qu'il fouilla de fond en comble sa mémoire, il ne put trouvrr d'équivalent de patronyme. Le garçon et son ascendance, du moins paternelle, étaient totalement inconnus du chef de la Milice. La seule solution restaient encore qu'ils se soient rencontrés ou même entr'apperçut dans la rue, un jour. Ou même une nuit, car le garçon semblait aussi sujet que Faust aux insomnies. Ou peut-être faisait-il partie d'une autre milice, pour protéger les catins d'un sinistre individu qui semblait s'amuser à toutes les trucider. Bien que Faust était doté d'un esprit tout aussi malade que celui de Jack The Ripper, il n'était pas habilité à comprendre la logique des meurtres de l'assassin, et donc, encore moins à le confondre. Pourtant, Faust avait tout tenté : dates de naissance, poids, origines, possesseurs ou non, couleur des yeux... Et parfois, cela le rendait malade de savoir qu'un individu (possesseur, à n'en pas douter, quel non-possesseur pourrait commettre de pareilles atrocités ?) courait dans la nature, sans qu'on le découvre. 

    Mais Faust se souvint du garçon qui l'avait observé. Et il se rappela que le jeune lui avait demandé s'il ne perdait pas son temps à parler à un enfant de son genre. Peut-être pas induit comme cela, mais c'était ainsi que Faust l'interprétait. L'interlocuteur du jeune chef de la Milice attendait sûrement une réponse, et si tel n'était pas le cas, il ne faisait pas de laisser une question sans réponse. 

    - Non, ne vous inquiétez pas, vous ne me dérangez pas le moins du monde, je désirais simplement prendre l'air... C'eut été dommage de ne pas profiter d'une telle nuit !...

    Le chef de la Milice laissa passer un temps. Il observa et étudia le jeune Alexiev. Un prénom slave, ainsi qu'un nom doté de la même origine ethnique, et le père qui possédait la même particularité de patronyme !... À n'en pas douter, ces Vladimir étaient des immigrés slave, russes ou polonais, Faust n'avait pas la moindre idée de l'origine exacte. C'est pourquoi, intrigué pas une telle caractéristique, il ne put s'empêcher de poser la question à son jeune interlocuteur. 

    - Je ne connais pas de Vladimir Andrev, excusez moi. Peut-être vous avais-je simplement rencontré un jour, où nous ne nous sommes pas accordé plus d'importance l'un l'autre. Mais oserais-je vous poser la question de vos origines ? Votre patronyme entier fait ressentir une forte consonnance slave, qui m'intrigue au plus au point. Pourriez vous m'éclairer quant à votre pays d'origine ?

    Le jeune garçon semblait être intelligent, et c'était ce qui plaisait à Faust. Ce gamin possédait une petit quelque chose que les gamins n'ont pas habituellement. Restait encore à savoir quoi, mais Faust n'avait aucune envie de se gâcher la soirée pour des détails sans importance. Il avait presque rennoncé à traquer les possesseurs pour ce soir, et voulait se consacrer à connaître le garçon. Peut-être pourrait-il se retrouver beaucoup plus important qu'on n'aurait pu l'imaginer ?...
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Ven 9 Juil - 1:11

L'homme aux cheveux couleur de flammes lui dit qu'il ne le dérangeait pas, qu'il prenait juste le frais. " C'eût été dommage de ne pas profiter d'une telle nuit ! " Alexiev leva la tête et regarda le ciel à cette phrase. Un léger sourire en coin s'afficha sur son visage et il répondit :

- Oui, c'est une belle nuit.

Finalement, répondant à sa question, Faust lui dit ne pas connaître de Vladmir. Alex soupira intérieurement. Cela signifiait donc que son père n'avait pas connaissance de la milice. " Peut-être vous avais-je simplement rencontré un jour, où nous ne nous sommes pas accordé plus d'importance l'un l'autre."Le petit comte acquiesça de la tête, affirmativement et dit :

- Je le pense aussi. Après tout beaucoup de personnes se croisent sans vraiment prêter attention les uns aux autres.

" Oserais-je vous poser la question de vos origines ? Votre patronyme entier fait ressentir une forte consonance slave, qui m'intrigue au plus au point. Pourriez- vous m'éclairer quant à votre pays d'origine ?" Le garçon mit ses mains derrières son dos, le fait que ses origines puissent l'intriguer, le fit sourire. Ainsi donc une simple personne pouvait poser des interrogations à un homme tel que monsieur Foster ? Sans le faire attendre plus longtemps, il lui répondit :

- Mes parents viennent tous les deux de Russie, vous avez vu juste monsieur....Monsieur ?

Feinter. Il était censé ne pas connaître son nom ni son prénom et encore moins son surnom.

- Veuillez m'excuser, puis-je vous demander votre nom ?

Il prit un petit air gêné et ajouta :

- C'est juste que j'aime ajouter un nom derrière le titre.

Un cours silence s'installa entre les deux, silence qui fût brisé par un battement d'ailes, sans doute un oiseau de la nuit quelconque, passant par là. Pourtant, c'est ce même bruit qui attira l'attention du garçon sur une ombre, se trouvant en coin de rue et tourna la tête sur un angle à peine éclairé.

* Il y a quelqu'un d'autres ? *

Lentement, il baissa le regard vers le sol et remarqua la moitié d'une ombre.

* Pas vraiment discret en tout cas...*

Faisant mine de ne pas y faire attention, il reporta son intérêt sur Faust. Cependant, la dite ombre avait remarqué qu'on l'avait vu mais, resta caché et observa les deux personnes, comme si elle était prête à leur bondir dessus.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 10 Juil - 11:31

    Faust avait tapé dans le mille en devinant les origines slaves du gamin. Mais il ne pensait pas à s'ennorgueullir d'une pareille victoire, le patronyme de son interlocuteur parlant plus qu'un quelconque accent. Quand le gamin lui demanda à son tour son nom, il y eut un moment de silence. Non pas parce que Faust était gêné de répondre à la question du moutard, mais parce qu'il y eut soudain un autre bruit, un déplacement, et un ombre qui se dessina alors sur le pavé. Faust retint sa respiration quelques secondes, dans l'espoir d'entendre un autre bruit parasite venant de l'autre observateur, si vraiment il y en avait un que ce n'était pas un simple arbre. Puis il revint vers le jeune russe. Son nom, s'il avait été prêt à le dire, restait encore une de ses dernières couvertures, que l'étranger qui les épiait ne devait pas apprendre. Il se servit donc de son identité secondaire, qu'il avait donné à ce jeune possesseur, qui lui avait dit s'appeler December. 

    - Je m'appelle Ray Roufsterd. Ce n'est pas un nom très répandu je le sais bien, mais c'est parce que je suis moi-même immigré, provenant s'Irlande.

    C'était un mensonge éhonté, mais Faust ne voyait que cela pour justifier l'annagramme qui lui servait de couverture. S'il n'avait pas eu le "f" de Foster, le patronyme choisi aurait été un peu plus harmonieux, mais Faust n'y pouvait rien. Il pouvait déjà se sentir chanceux de connaître l'identité de ses parents alors que tant d'orphelins comme lui n'ont jamais eu la chance de caresser, voire d'effleurer l'espoir de voir un jour une image de leur maman.

    Faust se dit alors que si son patronyme sonnait faux, il aurait dû changer vite fait de conversation, afin de ne pas laisser l'esprit de l'espion divaguer sur ce simple nom. C'est ce qu'il fit en toute conscience, et sur un sujet tellement banal qu'on pouvait facilement deviner que la question n'avait pas été travaillée mais sortie spontanément de la bouche du jeune chef de la Milice. 

    - Mais dites-moi, que faites vous dans les rues de Londres si tard le soir ? Ne savez-vous pas que les rues peuvent être dangereuses ?

    En même tems, mais si la question ne semble pas avoir été travaillée, elle est quand même à double tranchant : changer de sujet, et signaler à l'intrus caché dans l'ombre qu'il est indésirable. Et Faust souhaite une chose : que la personne cachée parte, ou bien qu'elle se montre à la lueur d'un réverbère.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 10 Juil - 22:17

Ray Roufsterd ? Il sourit intérieurement, Faust venait de lui donner un surnom ou quelque chose dans le même genre mais, il n'en dit rien.

- Monsieur Roufsterd, vous aviez juste. Je vous remercie pour votre nom, je trouve cela plus pratique.

Alexiev regardait de temps en temps en direction de l'ombre et celle-ci était toujours présente.

 * Il ou elle ne sait pas se faire discret, c'est une certitude. * 

Ray lui demandât ensuite ce qu'il faisait dans les rues si tard, ajoutant que ces dernières pouvaient être dangereuses, ce à quoi le garçon répondit spontanément :

 - Il est vrai oui qu'elles le sont mais, je...

Alex se stoppa net, il allait faire la pire des idioties en parlant de la pierre et il se mordit la lèvre inférieure.

* Idiot j'allais me trahir moi-même. *

C'est alors qu'un autre petit bruit se fit entendre et le petit comte remercia le ciel de lui avoir sauvé la mise pour cette fois. L'ombre venait de bouger et elle avait disparu. Alexiev en fit d'ailleurs la remarque à voix haute, pour se faire entendre de l'individu s'il était encore là.

- Ah il semblerait que le rat soit parti.

Le dit rat avait bien quitté sa place mais, n'était pas le moins du monde partis. C'est à ce moment-là qu'une légère brume se leva.

 * De la brume ? Ici ? * 

Il leva la tête vers le ciel mais, celui-ci n'était pas couvert, fronçant les sourcils il porta lentement l'une de ses mains sous sa capeline et saisi un petit objet qui se trouvait être un couteau de poche, offert par l'un de ses grands frères. La brume devint une vrai purée de pois et le garçon demandât alors à son interlocuteur bien qu'il ne pouvait plus le voir maintenant :

 - Y a t-il de l'eau non loin d'ici ? Un fleuve ou un lac ?

Vladmir connaissait la réponse déjà mais, il voulait en être certain. Soudain il se retrouva les fesses au sol, poussé par quelque chose. Le couteau de poche tomba au sol, faisant tinter sa lame sur les pavés. Quelqu'un était en train de le fouiller en le tenant immobile- ça ne pouvait pas être un animal !- Alors, le gamin donna à son agresseur un coup de genoux dans les côtes et petit à petit la brume se dissipa.

 - ???

Surpris, il regarda vers le bas après s'être relevé et pu voir un jeune homme mal vêtu, devant les deux personnes. Il s'agissait d'un possesseur qui avait le contrôle de la brume, Alexiev le fixait puis il tourna lentement la tête vers Ray, se demandant ce qu'il allait faire.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Ven 16 Juil - 16:58

    Le gamin avait commencé à parler du fait que les rues n'étaient pas si dangereuses que cela, mais s'était arrêté net. Un possesseur ? Presque aucun doute à présent, mais Faust s'offrait le bénéfice du doute. Ce gamin pouvait se révéler beaucoup plus intéressant qu'un simple possesseur et Faust désirait mieux le connaître en tant que gamin. Mai un bruit avait fait se taire l'enfant. L'ombre s'était doucement retirée, mais pas volatilisée. Faust sentait encore la présence oppressante d'un inconnu trop curieux, mais fit mine, à l'instar du jeune russe, que le rat, comme ce dernier l'appelait, était parti.

    Et soudain, un voile de brume très dense s'était levé. De la brume à cette heure là ? La météo de Londres était bien particulière il faut l'avouer, mais jamais le jeune chef de la Milice n'avait eu à faire face à un tel nuage brumeux. Une densité telle était quelque chose d'inconnu pour Faust, mais en regardant le gamin, il put voir quand même une expression d'affolement, ou quelque chose s'en rapprochant... A n'en pas douter, ce jeune russe n'y était pour rien du tout dans cette levée subite de brume... Un autre possesseur dans les parages ? Sûrement l'intrus qui les avait espionnés. Et le gamin lui posa la question s'il y avait de l'eau dans les parages.

    - De l'eau ? Mise à part la Tamise, il n'y a rien d'autre... Il n'a pas plut depuis quelques jours, les sols sont sec...

    Son ton était calme, se voulait rassurant, mais intérieurement, Faust commençait à avoir un peu peur. Et s'il devenait la victime d'une attaque préméditée ? Sans témoins, un meurtre de sang froid...

    Et le gamin avait trébuché. Du moins Faust l'avait cru au début, pour voir ensuite qu'il était maintenu et fouillé par une personne dont il ne pouvait discerner l'identité. La brume se dissipa légèrement, et le chef de la Milice put distinguer un peu mieux le physique de leur "agresseur". Il ota son chapeau pour écarter la brume, et hurla, dans un ton qu'il n'avait encore jamais utilisé et qui lui fit presque peur.

    -Qui êtes vous ? Que nous voulez vous ?

    Un ton impératif, autoritaire, dont n'avait jamais fait usage le chef de la Milice. Ce cri aurait peut-être pour effet de surprendre leur agresseur ? Faust l'espérait. Du moins pour gagner un peu de temps sur une attaque improvisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Elliotine

avatar

Messages : 28
Points : 83
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Localisation : chez moi

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 17 Juil - 1:37

La nuit était propice à l’enquête, c’est la nuit que tous les criminelles sévissaient, ainsi c’était la nuit que la princesse Elliotine avait le plus de chance de tomber sur l’un d’eux et de faire son boulot de super détective de la nuit, parce que détective du jour c’était le jour. Elle aurait pu endosser le rôle de super héroïne en se mettant un masque ridicule sur le visage et une combinaison de ski ultra moulante sur le corps, cependant l’époque était plutôt mal choisie.

Marchant le plus discrètement possible dans les petites rues pavées, elle avançait vers elle ne savait où, sans but précis. Il aurait fallu lui expliquer que marcher discrètement ne servait à rien, si on s’entrainait à siffloter en même temps. De plus elle se dirigeait n’importe où, comme si le crime c’était une question de chance, comme si on tombait sur des cadavres et des meurtriers au hasard, et même si cela pouvait arriver, en général les gens préféraient éviter ce genre de mauvaises surprises, et plutôt que de les rechercher, les fuyait.
Pas Elliotine. Ce n’était pas une question de courage, juste de stupidité. Elle pensait sans doute que si elle tombait sur un coupable qui agresse une victime, elle l’arrêterait. Princesse idiote ne sait pas qu’il ne suffit pas de se dire détective pour vaincre tous les méchants.

Alors elle se déplace comme un chat, un chat qui siffle quoi. Puis soudain, le brouillard. La voilà perdue, après tout elle est à Londres, les brouillards ici c’est monnaie courante. En Russie c’était le froid, ici c’est la brume. Princesse abrutie ne remarque même pas que ce brouillard est loin d’être normal et continue à avancer alors qu’on ne voit pas à cinq mètres. C’est alors qu’elle entendit quelqu’un hurler… Quelque chose. Elle n’avait pas franchement saisi, ou plutôt pas écouté. Quelqu’un hurlait, quelqu’un était en danger, il fallait le sauver vite, voilà tout ce qui occupait son esprit à ce moment là. L’autre aurait pu hurler l’heure parce qu’il aurait trop abusé de la boisson, qu’elle aurait réagis de la même manière. Donc voilà comment fonctionnait son cerveau : un hurlement dans la nuit et le brouillard égal une agression.

La petite détective cinglée et stupide couru alors droit devant elle, tandis que le brouillard se dissipait, et elle arriva sur les lieux du crime, prête à se défendre ou défendre la victime. Après avoir bien observé la scène, elle se rendit compte qu’il y avait un homme aux cheveux longs et rouges, un autre plus jeune avec un cache œil (encore un pirate ?), et enfin une troisième personne qui se trouvait par terre et qui ne semblait pas en super forme, comme s’il s’était pris un coup dans l’estomac.
Analyse de la situation rapide, les deux hommes debout doivent être les agresseurs, et celui par terre celui qui a hurlé.

Princesse stupide devrait juste s’occuper de ses affaires des fois, mais voilà, elle est trop bête pour le faire. Alors elle prend une position bizarre, comme si elle allait attaquer, essaie de paraître effrayante et a juste l’air d’une parfaite idiote, de toute façon c’est ce qu’elle est, vous l’avez tous compris, si vous suivez bien.

- Vous là, vils mécréants, veuillez laisser ce pauvre garçon tranquille.

Lança-t-elle sur un ton qui se voulait méchant, mais qui au final n’effraierait pas même une mouche. Parce qu’Elliotine est stupide, mais loin d’être vraiment méchante, elle ressemble plutôt à ce qu’elle est : une princesse adorable et un peu beaucoup bête. Peut-être qu’elle aurait fait un bon animal de compagnie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Dim 25 Juil - 18:39

    Une gamine avait soudain surgit de la nuit. C'était assez cocasse, surtout lorsque la gamine se prit à prendre une posture totalement saugrenue et pour dire, plutôt ridicule. Elle les avait appelés "Vils mécréants", une expression que bien des gens, les gens bien pensants, n'utilisent plus depuis au moins deux siècles. Mais cette gamine était-elle consciente du retard au niveau vocabulaire qu'elle avait ? Quand on pensait à sa posture, finalement, ses paroles n'avaient plus d'importance. Et Faust passa bien quelques instants à regarder cette étrange apparition qui venait de surgir de la nuit, et qui semblait se mettre en position d'attaque.

    - Que fais-tu ici, petite fille ? Ne sais-tu pas que dans la nuit se cachent bandits et assassins, qui rêveraient de tailler en pièce ton petit corps d'enfant ? Regarde l'homme à terre, nous n'étions pas trop de deux pour l'empêcher de trucider ce pauvre garçon ici présent !

    Faust avait dit cela sur un ton de reproche plutôt paternel. Parce que cette gamine était totalement inconsciente, et m^me si elle n'était plus vraiment gamine, elle paraissait avoir plutôt dans les dix-sept dix-huit, Faust se considérait dès lors comme son ainé, et ne voulait pas qu'il arrive quoi que ce soit à la gamine. Pourquoi ? Ne posons pas la question, puisque lui même n'en savait rien. Il se prit soudain d'une étrange affection pour la gamine, mais une affection tout à fait étrange. Faust ne savait pas ce qui lui arrivait. Il se dit au fond de lui qu'il devait protéger cette gamine, qu'il ne voulait pas qu'il lui arrive quoi que ce soit, qu'il s'en tiendrait pour responsable si quelque chose devait arriver cette nuit là. Alors, il se dit que si la gamine décidait de repartir aussi vite et furtivement qu'elle était apparue, il la raccompagnerait chez elle afin qu'il ne lui arrive rien. Parce qu'elle avait eu de la chance qu'elle soit tombée sur eux.

    - Dis moi, petite, quel est ton nom ? Et où habites-tu ? Je ne me sentirais pas rassuré si une petite comme toi devait rentrer toute seule chez elle, si tu le veux bien, je te raccompagnerai...

    Des enfants ? Faust n'avait jamais songé à en faire. Déjà, parce que la femme avec qui il aurait pu songer en faire était morte. Ensuite parce que sa propre mère était morte peu après son accouchement, lui s'en tenant alors un peu responsable du décès prématuré de sa génitrice. Et ensuite, parce qu'en voyant les gamins des autres, cela ne donnait pas du tout envie d'en faire. Alors, Faust n'a jamais eu à se dire qu'il fallait utiliser un ton paternel, suave, gentil, affectueux, pour être aimé des enfants, surtout des nôtres. Mais c'est tout naturellement qu'il prit ce ton avec la gamine en face de lui. Après tout, il faudrait s'habituer, si un jour ses chances de devenir père devienne positives...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Lun 26 Juil - 0:21

C'était donc bien lui, ce garçon qui avait provoqué ce brouillard, Alex en aurait mit la main au feu. Puis en voyant finalement l'agresseur, monsieur Roufsterd demandât à celui-ci ce qui il était et ce qu'il voulait. L'ambiance aurai pu tourner au stress et à l'angoisse mais, voilà qu'une autre personne venait d'arriver !

" Vous là, vils mécréants, veuillez laisser ce pauvre garçon tranquille." 

Alexiev regarda la nouvelle venue, sans sourciller et répondit d'un ton hautain :

 - Vils mécréants ? Nous ? Je pense que vous faites erreur .

Quelque peu froissé, le garçon ferma les yeux et dit d'un ton froid :

 - Cette chose à terre a voulu nous agresser et a porté la main sur ma personne.

Le petit comte ouvrit les yeux à nouveau et plongea son oeil unique dans les yeux de la jeune fille, toujours sans sourciller :

- Il me semble que se serai plutôt à lui de dire ce genre de choses.

C'était bel et bien un possesseur. Soudain Alex eut une pensée et sa pupille unique s'élargit :

* Ce pourrait-il que ce soit Jack ? * 

Alexiev se baissa et ramassa son arme puis la rangea. Il regarda ensuite Faust, qui posait des questions à la nouvelle venue .

* Vraiment...A le regarder comme ça...* 

Ruyard commençait de plus en plus a intriguer le jeune comte, qui se posait maintenant davantage de questions sur lui . L'autre garçon en profita pour prendre ses jambes à son coup et s'en alla en courant, suivit du regard par le jeune vladmir. Alex réajusta son chapeau et un petit sourire en coin se dessina sur ses lèvres mais, resta silencieux.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Elliotine

avatar

Messages : 28
Points : 83
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Localisation : chez moi

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Jeu 29 Juil - 18:36

La princesse Elliotine avait fait une grave erreur, cette nouille accusait les innocents. Elle se fit rabrouer par le pirate, à croire qu’elle prenait tous ceux qui avaient des caches œil pour des pirates qui lui dit qu’elle faisait erreur. Mince alors. Et ajouta que la personne par terre était le vrai coupable, qu’il avait voulu les agresser et avait même porter la main sur sa personne.
Le monsieur aux longs cheveux rouges fut beaucoup plus gentil avec elle, demandant à la princesse ce qu’elle faisait ici, la nommant « petite fille », ne savait-elle pas que dans la nuit se cachaient bandits et assassins qui rêveraient de tailler son corps d’enfants ? Lui indiquant de regarder l’homme à terre comme exemple.
La jolie princesse se donna une tape sur le front et tira la langue pour s’excuser de sa bêtise, cette acte lui donnait un air tellement mignon adorable qu’on aurait presque pu lui pardonner.

- Je suis détective, je ne dois pas avoir peur des bandits et des assassins, mais je dois les arrêter. Et je ne suis pas une petite fille, j’ai déjà 17 ans.

A 17 ans on était plus une gamine, on était une adolescente, mais vu la bêtise de princesse Elliotine on pouvait encore la considérer comme une enfant c’était vrai. Le grand monsieur gentil lui demanda comment elle s’appelait et où elle habitait, voulant la raccompagner.

- Je m’appelle Elliotine, ou princesse Elliotine, parce que je suis une princesse. Et j’habite à l’internat de jeune fille à Londres, mais ce n’est pas la peine de me raccompagner, je n’ai pas finis mon boulot, il faut d’abord que j’arrête ce garçon.

Mais alors qu’ils discutaient, le coupable en profita pour s’enfuir. La princesse oublia donc les deux hommes, et voulu courir, mais stupide et maladroite qu’elle était, elle marcha sur sa robe (qui n’était pas faite du tout pour courir) et se cassa la figure de tout son long, salissant ses beaux habits. Elle se releva et parut un peu vexée.

- Mince, il m’a échappé.

Elliotine aurait bien voulu montrer au monsieur aux cheveux rouges qu’elle était une bonne détective, mais c’était raté, dommage. Mais la bêtise avait du bon, elle oublia bien vite qu’elle était toute sale maintenant, et qu’elle avait laissé s’enfuir un méchant, et plongeant ses yeux dans ceux du monsieur aux longs cheveux elle demanda :

- Et vous ? Comment vous appelez-vous ? Je pourrais peut-être prendre votre témoignage, peut-être que cela m’aiderait à attraper le coupable ?

Puis elle se tourna vers le garçon :

- Vous aussi monsieur le pirate vous pouvez me dire comment vous vous appelez ?

Et d’un grand sourire, s’adressant au deux en même temps elle ajouta :

- Je suis enchantée de vous connaître.

Princesse Elliotine dont la stupidité dépassait les montagnes avait au moins la gentillesse pour elle. C’était peut-être un avantage, ou peut-être pas. Pour une idiote il aurait mieux valut qu’elle se montre méfiante et méchante, elle aurait eut plus de chance d’être protégée. Alors que là elle faisait confiance trop facilement, et voulant à tout prix faire le bien courrait après des méchants contre qui elle ne pouvait rien.
Pauvre petite sotte qui se mettait en danger et qui ne le savait même pas…

[désolé pour le temps de réponse, je suis super occupé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 31 Juil - 19:22

    La gamine, qui apparemment n'en était pas une, s'appelait Elliotine. C'était un très joli prénom, que Faust imprima dans sa mémoire. La gamine avait donc dix-sept ans, Faust ne s'était pas trompé, mais il est à souligner que le caractère très puéril de la petite la rendait plus jeune qu'elle ne devait paraître. Elle n'avait pas l'air très débrouillarde, un peu maladroite, mais sa maladresse fit esquisser un petit sourire dans la bouche du jeune chef de la Milice. Quand elle se tourna vers eux pour prendre leurs témoignages, tel une grande détective, Faust eut envie de se prendre au jeu. Il observa le jeune Alexiev, esquissa un clin d'oeil (chose absolument rare, et que l'on n'aurait jamais vu de la part de cet homme de pouvoir) et prit la parole, après qu'elle eut présenté son enchantement de les connaître.

    - Je m'appelle Ray Roufsterd, et je sortais de ma maison pour prendre un peu l'air lorsque j'ai rencontré ce jeune homme. Soucieux de savoir qu'un garçon de son âge se promenait le soir dans les rue de Londres, chose qui n'est pas très conseillée pour les enfants de grande famille, j'ai entreprit alors de savoir où il allait. Seulement, à ce moment, une vive brume nous assaillit, et nous ne fûmes pas trop de deux pour mettre hors combat l'homme qui s'interposait dans notre rencontre. Et c'est là que vous surgîtes, avec la ferme intention de boucler ce malotrus, qui par malheur vous échappât.

    Faust se délectait, on peut le dire, des moindres paroles qu'il disait. Comme s'il jouait avec un enfant ! Cela ressemblait un peu au Cluedo, où les gens devaient être interrogés, réagir, répondre, se défendre, tout ça pour découvrir en finalité que c'est le Colonel Moutarde qui a tué Mademoiselle Pervenche dans la cuisine, avec un Chandelier. Mais nous ne sommes pas au Manoir Cluedo, nous sommes dans une rue de Londres, tard le soir, et les seuls protagonistes de l'histoire sont Faust lui-même, Alexiev Vladimir, cette gamine Elliotine, et l'agresseur qui venait de prendre ses jambes à son cou. Et Faust se prépara à entendre la "déposition" du jeune russe. Après tout, cette gamine était plutôt mignonne, dans le sens où elle rappelait de bons souvenirs à Faust. Pourquoi ne pas la laisser jouer ? Et si elle se baladait souvent le soir, alors elle devait connaître Londres et ses dangers. Donc, pas d'inquiétude pour savoir comment elle rentrerait, Faust n'aurait pas à la suivre. Du moins, il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiev Vladmir

Fouineur arrogant

avatar

Messages : 100
Points : 117
Date d'inscription : 17/06/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Les ombres

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 7 Aoû - 22:38

Alexiev les observait les deux. Visiblement la nouvelle arrivante ne semblait pas avoir froid aux yeux. Ainsi donc elle était détective ? Alex leva un sourcil, quelque peu surpris mais, ne dit rien.

Une princesse, rien que ca ? Le petit comte laissa parler monsieur Roufsterd et se surpris à rire doucement en son fort intérieur. Oui il souriait mais, ce n'était pas de la moquerie, simplement qu'il trouvait assez comique la façon dont Faust avait résumé les choses.


" je n'ai pas finis mon boulot, il faut d'abord que j'arrête ce garçon." 

 - Vous ne l'attraperez plus maintenant. A l'heure actuelle, il doit être loin surtout s'il a la capacité de se cacher dans la brume. 

Oui, le possesseur devait sans nul doute être loin et caché afin qu'on ne le retrouve pas. Pirate ? Elle le prenait pour un pirate ?

 - Ah... 

Oui, sans doute à cause du cache-oeil. Il répondit donc :

 - Je ne suis pas un pirate et je me nomme Alexiev Vladmir.

Elle leur dit ensuite être enchanté de les connaître, en leur faisant un grand sourire, ce à quoi le jeune comte n'ajouta rien. Il ne cessait de fixer Elliotine et se dit que finalement sa soeur n'était pas la seule à être naïve. Alexiev resserra le col de son manteau sur sa nuque, un courant d'air froid venant de s'infiltrer dans ses habits. Il sorti ensuite une montre à gousset en argent, de la poche intérieur de celui-ci et la regarda .

 - Je vais vous laisser, il se fait tard et j'ai froid.

Il ferma bien comme il faut son long manteau bleu foncé et remonta le col. Il regarda Elliotine et lui dit :

 - Pour la personne d'avant, il s'agit d'un possesseur. Je vous déconseille donc de le rechercher. Vous pourriez avoir des ennuis... 

Alexiev leur tourna le dos et ajouta :

 - Ils possèdent une chose contre laquelle vous auriez du mal à rester debout...Si ce n'est même en vie.

Il leur fit un signe de la main et s'éloigna, sans rien ajouter d'autre. Lorsqu'il fût un peu plus loin, il se stoppa et fixa Ruyard.

* Vous reverrai-je encore pendant une nuit ? Ou bien en plein jour, au détour d'une rue ? * 

Il ricana et eut un sourire en coin puis disparut de leur vue.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

[ HRP : je vous laisse messieurs dames =) le Rp se termine ici pour moi ]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Elliotine

avatar

Messages : 28
Points : 83
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 27
Localisation : chez moi

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Jeu 12 Aoû - 15:25

Le monsieur s’appelait donc Ray Roufsterd, et lui expliqua tout ce qu’il savait. Princesse Elliotine plutôt que de prendre notes, trouva bon de faire marcher sa mémoire et d’enregistrer tout ça, m’enfin comme elle était idiote, elle allait sûrement bien vite oublier. Donc il a d’abord rencontré le garçon pirate, et s’était trouvé soucieux de savoir ce qu’un enfant faisait si tard dans la rue, puis avait entrepris de savoir où il allait. Alors soudainement ils avaient été assaillit par de la brume et les deux durent se défendre contre l’homme et le mettre hors de combat. C’est à cet instant que la crétine avait surgit, faisant fuir le malotru qui lui avait échappé. Evidemment il avait sûrement dut avoir drôlement peur d’elle, parce que voilà la Princesse Elliotine était une super détective et les méchants fuyaient sa présence comme on fuit la peste, un boulet, un psychopathe, une araignée géante, ou une attaque des martiens. Enfin le croyait-elle tout du moins.
Mais elle était bien contente parce que monsieur Ray aux cheveux rouges l’avait bien aidé, son témoignage allait sûrement lui servir. Comme par exemple cette mystérieuse brume, qu’elle avait vu elle aussi, c’était bizarre, ça vraiment très bizarre.
Enfin non en fait, c’était Londres après tout, la brume c’était monnaie courante par ici donc pas la peine de se tripoter les deux trois neurones qu’elle avait de fonctionnel pour rien.

Le pirate, lui, ne fut pas trop d’accord avec monsieur Ray, mais la Princesse Elliotine trouvait important de prendre le témoignage de tout le monde. Ce n’est pas parce qu’on était un pirate qu’on était un mauvais témoin. D’après lui, donc, l’idiote Princesse ne réussirait pas à attraper le malotru, parce qu’il devait être loin et caché dans la brume, encore cette brume mystérieuse. Et puis il lui expliqua qu’il n’était pas un pirate et qu’il s’appelait Alexiev Vladmir. Comment ça pas un pirate ? Elliotine avait l’œil, elle ne pouvait pas se tromper, c’était un pirate sûr de sûr, mais peut-être avait-il peur qu’on le sache, alors elle décida de jouer le jeu et de faire comme si elle n’avait pas comprit qu’il était un pirate. Mais quelle princesse stupide.

Ensuite le garçon dit qu’il avait froid et donc qu’il allait partir, mais juste avant il les mit en garde sur le malotru, sur le fait que c’était un possesseur et qu’elle ne devait pas le rechercher sinon elle aurait sûrement des ennuies. Ajoutant alors qu’il avait le dos tourné qu’il possédait quelque chose contre quoi elle aurait du mal à rester debout ou en vie. Qu’est ce que cela pouvait bien être hein ? Un truc vraiment méga super dangereux quoi. Puis il fit un signe de la main, et Elliotine fit trente-six gestes de bras, comme si elle chassait les mouches, disant au revoir à sa manière. Elle ne fit même pas attention au fait que le pirate se retourna pour fixer l’homme pendant un instant.

L’idiote essaya de réfléchir à tout ça, mais c’était trop embrouillé pour elle, elle conclue donc que le mieux pour l’instant serait d’abord de remettre de l’ordre dans tout ça, et comme le monsieur Ray était toujours là elle pouvait continuer à lui poser des questions.

- Qu’est ce que le pir… Alexiev Vladmir sous entendait par « possesseur »?

Puis soudain comme ayant une idée lumineuse, elle tapa son poing sur sa main :

- Peut-être que ce malotru était en fait un de ces cailloux maudit qui veulent du mal aux gens. C’est pour cela qu’Alexiev Vladmir parlait de lui comme quelqu’un de dangereux. Mais il faut bien quelqu’un pour les arrêter, sinon Londres est en danger !

Elle n’avait strictement rien compris et pourtant n’était pas si loin de la vérité, même si l’idiote croyait que les pierres « magiques » de Londres avaient en fait leur propre volonté et pouvait se déguiser en personne, non pas qu’en fait c’était des vrais personnes qui avaient des pierres. Mais elle en tant que détective savait que son boulot serait d’arrêter ces cailloux avant que Jack The Ripierre tue encore.

- Monsieur Roufsterd j’espère que vous pourrez m’aider !

Elle lui demanda cela avec un regard tellement mignon adorable chou qu’il était sans doute dur de refuser. Au moins si elle était crétine, avait-elle ce genre de regard de phoque malheureux pour amadouer les gens dans ses délires de Princesse stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   Sam 14 Aoû - 13:01

    Le jeune Alexiev avait quitté Faust en compagnie de la fille, qui se présentait elle-même comme "Princesse Elliotine". Avant de partir, le gamin signala à la jeune fille que leur agresseur pouvait être trop dangereux pour elle, et qu'elle ne devrait pas partir à sa poursuite comme ça, sans même faire attention. Puis il partit. Il se retourna une dernière fois pour regarder Faust, eut un petit sourire, que Faust lui rendit avec en prime, un petit regard animé des flammes de l'enfer. Ce gamin était intéressant, en tout point de vue.

    Puis la gamine parut soudain faire des effort surhumains de réflexions, pour poser au jeune chef de la Milice la question des possesseurs. Apparemment, elle ne comprenait pas ce qu'était un de ces individus possédés par le pouvoir du Diable. Mais avant que Faust ait pu faire quoi que ce soit pour répondre, la princesse fit son hypothèse. Elle avait bien intégré la notion de dangerosité des pierres magiques, mais elle n'avait pas tout à fait compris ce que c'était. Alors, le chef de la Milice prit le temps de lui expliquer, même s'il n'était pas sûr que son interlocutrice enregistre quoi que ce soit de ses explications. Tant pis, il aurait quand même essayé...

    - Ce malotru, comme tu l'appelles, n'est pas un caillou maudit, comme tu sembles le croire, mais en possède un. Vois-tu, les pierres magiques sont des pierres normales, que tu pourrais trouver sur le sol, par terre, n'importe où. Mais une fois que tu touches la pierre, elle s'incruste en toi et te permet de contrôler un pouvoir, n'importe lequel. Mais en aucun cas, elle ne prenne pas forme humaine, du moins, nous n'avons aucun cas répertorié. Cet homme était un homme qui possédait une pierre, ce que nous appelons communément un "possesseur".

    Il ne savait pas s'il avait été clair, mais cela l'avait amusé de donner des explication pareille à une jeune fille qui n'a même pas la notion du bien, du mal ou du danger. Puis, la gamine demanda au jeune chef de la Milice s'il voulait bien l'aider. Après tout, il ne se sentait pas fatigué pour un sou, et il avait convenu de faire une petite balade dans les rues de Londres avant de partir se coucher. De plus, il avait sur lui un petit couteau, en cas d'agression, et avait parfaitement imprimé le visage de l'inconnu qui les avait harponné dans la nuit.

    - Si tu le désires, je t'accompagnerais. Je me rappelle du faciès de notre agresseur, et je saurai nous défendre si par malheur, un inconnu venait à nous tomber dessus...[/i]

    Ce n'était pas vraiment dans ses habitudes d'être aussi gentil et serviable, mais cette gamine n'était pas possesseur apparemment, et cela ne lui faisait pas de mal d'accepter. En outre, sa petite expression pitoyable avait attendri Faust, qui ne pouvait qu'accepter la demande de la gamine après quelque chose comme ça. Comme quoi, même les fous ont un coeur. Même Faust !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Observateur nocturne [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Observateur nocturne [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Victoria's Stone :: Londres moyenne :: 

Maisons & Appartements

 :: Maison de Ruyard Foster
-
Sauter vers: