Victoria's Stone

Bienvenue à Londres au XIXème siècle, ici les pierres sont magiques et vous confèrent des pouvoirs ! [10 lignes minimum]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Stone

Compte fondateur, PNJ maître du jeu

avatar

Messages : 119
Points : 230
Date d'inscription : 06/03/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Ven 9 Juil - 22:13

Londres tremble, à peur de ce tueur qu’est Jack. Londres ne cesse de se cacher de ses meurtriers qui semblent admirer ou suivre l’éventreur. Toute l’Angleterre est effrayée. Seulement, cela n’empêche pas aux nobles de rester hypocrites, riches, et parfois même juste stupides. C’est sur ce contexte là, que Sa Majesté Reine d’Angleterre, Victoria de Hanovre a eut l’idée d’organiser une fête où, tous les nobles pourraient venir, danser, boire, parler ensembles. Cette festivité se déroulant au Buckingham Palace, les gardes royaux ont bien sûr tous prévus pour surveiller les entrées et les sorties.

Et quand vint le grand soir, malgré toutes ses mesures de sécurité, cela n’empêcha pas que certains civils parviennent à s’incruster dans ce monde de beautés et de richesses, nombreux sont les gosses des rues, ou les londoniens assez malins – ou qui possèdent une pierre -, qui sont parvenu à y entrer, tant Londres est peuplée. La reine, sur son trône, avec son tendre époux, admire la fête, et même y participe, après tout, c’est de son âge. Que la jeunesse règne ce soir !

Cependant, si des nobles ou même des londoniens parviennent à entrer, des malfrats également. C’est ainsi qu’en plein milieu d’un bal, un lustre est brisé, tombe, coup monté, et blesse les quelques gens se trouvant en dessous. C’est la panique dans la fête, on cherche les coupables, on empêche les gens de sortir, quand soudainement, on découvre un cadavre féminin ensanglanté. Mais que ce passe-t-il ?!

Les nobles qui se croyaient protégés, et les civils qui voulaient en profiter, tremblent à nouveau. Les détectives enquêtent, c’est un capharnaüm tel que Sa Majesté ne l’aurait jamais voulu. Mais que faire ?! Tel est la question de toutes ses personnes regroupées dans un même palais, et surtout dans une même salle se posent.

Alors, vous qui êtes invité, ou qui vous êtes incrusté, qu’allez vous faire face à un tel désastre ? Chercher les criminels ? Boire un bon vin en attendant que le temps passe ? Dormir ? Tenter de fuir ? Utilisez votre pierre ? A vous de voir…

* * *

Suite pour ceux qui arrivent tard : Les détectives mènent l’enquête, interrogent les témoins potentiels, cherchent les suspects, observent les victimes, pendant que les autres continuent de boire leur vin ou essaient de s’enfuir. Seulement ce n’est pas fini. C’est trop facile, sinon.
Quelqu’un essaie en vain de s’enfuir, mais découvre avec horreur que toutes les portes sont fermées. Les invités, les détectives, et tout le reste, sont enfermés dans la salle de bal du Buckingham Palace. Mais qui a donc bien pu faire ça ? La panique augmente, les gens sont affolés, se bousculent entre eux, piétinant le moindre petit indice qu’il pourrait y avoir.

Qui peut les arrêter ? Qui peut retrouver le coupable de tout ça ?
Vous ?

* * *

N’importe qui peut y participer. Même Sa Majesté la Reine. Faites attention, car Stone, étant le maître du jeu peut rajouter un peu de piquant à cet évènement. Alors, surveillez bien les alentours…

Si vous trouvez que les posts à 5 000 (bien que nous soyons que 40) sont étouffants, je vous conseille vivement de faire un nouveau sujet dont le titre commencera par : [EVENT] et si vous le faites à plusieurs et que c’est prévu : [EVENT][PV les perso avec qui vous le faites]

Alors, bonne terreur…Ou pas ? Very Happy
Aussi, ceux qui ont 4 posts, peuvent le faire Very Happy.


Dernière édition par Stone le Sam 17 Juil - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://victoriastone.forumsactifs.com
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 10 Juil - 11:09

    Faust était arrivé depuis bientôt deux heures, lorsque l'accident eut soudain lieu. S'il avait pu venir ce soir à la fête, c'était grâce au petit pécule qu'il s'était forgé à l'aide de la Milice, le chef ayant droit bien sûr à une petite part supplémentaire. Il faisait donc partie des personnes de la haute société d'en-bas, si nous pouvons nous passer l'expression. Quand il vit le cadavre sous le lustre, la première réaction de Faust était de sourire. Oui, sourire, parce qu'il savait que si quelqu'un l'avait reconnu en tant que personne dangereuse de Londres, sa seule présence avait été supplantée par celle du plus grand tueur en série que Londres ait jamais connu.

    Devant toute l'agitation qu'avait causé la vue de la dépouille sanglante de la jeune femme (qui souffrait d'un manquetotal de savoir-vivre, signalons-le), Faust se permet de sourire un peu plus, et c'était d'autant plus rare qu'il ne faisait presque jamis l'honneur à qui que ce soit d'une simple esquisse de la bouche, sauf peut-être à Katty. Le jeune chef de la Milice vit quelque personnes se ruer vers les grandes portes du château en vain bien entendu, d'autres, surtout des femmes peinturlurées et poudrées, fardées comme si elle allaient rencontrer l'homme de leur vie, perdirent d'un coup toute couleur sur leurs faces et s'évanouirent. Faust surprit même un homme, tout mince, tout petit, aller vomir derrière un rideau. Ce à quoi il pensa tout de suite que si la femme qui avait trouvé amusant de mourir un soir de fête manquait de savoir vivre, l'homme qui venait d'éjecter son repas par le mauvais trou en manquait encore plus (peut-être étaient-ils de la même famille ?). Non, ce qui avait le plus occupé Faust fut de dénicher tous les possesseurs qui ouboiaient, dans cette crises, qu'ils étaient tenus de garder leur pouvoir secret. Un homme, pour pouvoir aller constater la mort de la jeune femme usa d'un pouvoir qui sembla être de la téléportation. Un autre sembla changer d'un seul coup ses tenues de soirées contre une blouse chirurgicale. Faust imprima leurs visages dans son esprit, puis sortit son carnet. Non pas son carnet pour noter ses futures victimes, mais son carnet de journalisme. Car il ne faut pas oublier que leur jeune chef travaillait quand même en tant que petit reporter, surtout à l'imprimerie, mais avait le droit quelques fois de faire paraître un article. Cet article, ce scoop, pourraient être le scoop dont il aurait besoin pour faire ses preuves en tant que journaliste émérite.

    Alors que la soirée se déroulait à merveille au Buckingham Palace, château et palais de notre bien-aimée Reine Victoria, les Londoniens présents à la fête furent témoins d'un tragique accident : soudain tombant sans prévenir, le grand lustre de la salle du palais a chu sur quelques personnes. Parmi les victimes, quelques personnes grièvement blessées, tandis qu'une dernière eut moins de chance que les autres. La découverte de son cadavre aura définitivement mis fin aux festivités. Tandis que certains courageux tentent d'examiner le corps de la malheureuse, d'autres ne pensent qu'à se suspecter mutuellement : mais qui aura forcé la chute du lustre ? Il est à noter que devant la non-garde du palais pour la fête, un échantillon très ecclectique du peuple de Londres et de ses environs se trouvait là. On y trouvait pêle-mêle des nobles, des prostituées, des artistes, des banquiers, des magnats, des tueurs. Et des meurtrier, qui pourraient tuer sans le moindre scrupule. Jack the Ripper nous aurait-il fait l'honneur d'une de ses visites ? R.F

    Faust reposa sa plume. Son article était convaincant, mais pas encre parfait. Il le retravaillerai
    plus tard. En attendant, il se versa un verre de vin, et le but lentement, en observant la foule qui passait, et qui observait ou se détournait du corps. Finalement, c'était un excellente soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 10 Juil - 15:54

Neill Owen avait été invité à la fête de la reine. Les fêtes pour lui étaient d’un ennuie des plus totales. Tout d’abord parce que tout un tas de nobles s’entassaient dans une salle avec de grands sourires hypocrites, étalant leurs richesses et leur nom. Une telle idiotie fatiguait Neill, et dans tout ce tas il ne voyait que des gros porcs et leurs femmes trop maquillés, leurs enfants trop stupides, et parfois une ancienne ou future victime (là, il avouait que ça devenait légèrement plus drôle). Ensuite la deuxième raison c’était que lui-même devait se comporter comme un gentleman, et si cela pouvait être amusant parfois, aujourd’hui cela n’allait rien lui apporter et ça le fatiguait d’avance.

Il avait emmené Elinor, elle restait silencieuse à côté de lui, même quand on venait leur parler – de choses futiles, de rumeurs entendus, de trucs qui ennuyaient fortement Neill. Certains lui présentaient du respect, d’autres le prenaient de haut (dans ces cas là le vicomte notait leur nom quelque part dans un coin de son esprit), mais aucun n’avait quelque chose de vraiment intéressant à dire.

Le plus intéressant dans cette soirée en fait, c’était de voir à quel point les gardes de la reine faisaient mal leur boulot. La soirée accueillait pas mal d’intrus, des petits voleurs, des grands malfrats, certains connaissaient Neill et se tenaient le plus loin possible de lui et de son sourire.

- Vois-tu Elinor comme il est difficile de cirer les jolies chaussures de la reine, voici bientôt une heure que je suis là et elle ne m’a pas accordé un seul regard. J’ai bien peur hélas qu’elle ne m’apprécie pas beaucoup.

La petite sœur ne répond rien, elle se contente d’hocher la tête. Si son frère le dit, il a sûrement raison. Après tout il est vraiment intelligent et il doit tout savoir sur tout. Et Neill de toute façon n’attend aucune réponse dans ses divagations à voix haute.

- Apporte-moi donc un verre de vin, voilà qu’à force de devoir flatter ces gros nobles cochons je meurs de soif.

La jeune fille s’exécute comme si elle n’était pas vicomtesse mais une simple servante aux ordres de Neill. Alors qu’elle est partit, un drame arrive. Un lustre tombe. Le garçon assiste à la scène sans ciller, il ne soulève même pas un sourcil, il ne se départit même pas de son sourire, rien en lui ne manifeste de la surprise. A la découverte du cadavre, il a cependant une petite pensée

*Tiens cette soirée ne sera peut-être pas si ennuyante que ça*

Et c’est tout, pas plus, il cherche juste des yeux sa petite sœur pour savoir si elle va encore tarder à lui ramener son verre de vin. Enfin Elinor arrive et lui donne la boisson. Neill boit comme si de rien, alors que le cadavre se trouve à quelques mètres de lui, et qu’une peur panique règne dans la salle. Sa petite sœur elle-même ne semble pas rassurée.

- Neill… Qui a bien pu faire ça ?
- Ce n’est pas moi en tout cas, je ne manquerais pas à ce point d’élégance. Quoi que j’avoue, que quelqu’un ose tuer sous les yeux de Victoria je trouve cela terriblement amusant.
- Peut-être… Peut-être ce Jack the Ripper ?
- Je l’ignore. Inutile de t’inquiéter, ton grand frère est de toute façon là pour te protéger.
- Merci Neill.


Le vicomte tout en buvant tranquillement espérait que la suite allait l’amuser tout autant. Peut-être était-ce l’occasion d’aller présenter ses hommages à Victoria, il ajouterait alors avec une pointe d’ironie que sa soirée est une vraie réussite. Il eut un petit rire en imaginant la scène, mais se reprit vite, si on le surprenait à rire alors qu’il y avait un cadavre, on allait se poser des questions.
Et Neill n’aimait pas qu’on se pose des questions à son sujet. Cela pourrait le compromettre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 10 Juil - 18:41

Une fête avait été organisée par la reine elle-même à bukingham palace. Bien sûr cette petite sauterie était réservéE auX nobles mais? mademoiselle Hopkins s'en moquait bien, après tout elle savait jouer les fausse riches et ce depuis longtemps. Et puis avec le physique qu'elle avait on la prenait facilement pour une femme du grand monde.

Comme à son habitude, la jeune femme était vêtuE de dentelles et de bijoux, tous aussi clinquant les un que les autres. En matière de superficielle, notre dame n'avait pas son pareil. Dans le domaine du théâtre également. Combien de fois avait-elle fait croire à ses soupirant qu'elle était d'une lignée royale, princière et j'en passe, alors qu'elle n'était à la base qu'une orpheline, sans racines véritable. Et bien sûr, il y aurait beaucoup de monde à cette fête, du très beau monde et de joli proies pour l'alchimiste de Londres.

Elle était en charmante compagnie, un verre à la main, lorsque le drame survint. Elle était même en pleine chasse et venait de faire boire son compagnon de soirée plus que de raisons. Celui-ci était un lord, très riche et très moche mais bon l'appât du gain était plus fort que tout. Ayant tout à fait conscience de sa beauté, Mily en usa envers se pauvre homme dont la libido était quelques peu frustré et ce malgré qu'il soit marié. Marié...Mais, plus pour longtemps l'araignée aurait vite fait de mordre sa proie et de l'enfermer dans un linceul blanc.


Le gros bonhomme riait aux dires de la dame, mais c'était plus un rire d'ivresse qu'autre chose. Soudain, un grand bruit se fit entendre, bruit qui attira l'attention de tout le monde. Un lustre venait de tomber et de se briser. S'en suivit alors un brouhaha assourdissant et des cris de panique suivirent. Mildred quant à elle éclata de rire, un rire moqueur face à tout ce cinéma. C'est alors que l'on découvre un cadavre de femme, Hopkins s'en approcha pour y voir de plus près, les corps morts, cela la connaissait. Elle observa la femme morte, toujours son verre à la main et pencha la tête sur le côté. Pas vraiment intéressant.

* Les enfants sont vraiment mieux. *

Elle regarda autour d'elle et son attention se porta sur deux hommes qui se trouvaient là eux aussi. Un dont les cheveux étaient rouges et le visage tout à fait angélique, un autre avec les cheveux plus cours et noirs mais qui semblait avoir beaucoup de classe.
Revenir en haut Aller en bas
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 10 Juil - 20:34

Unity Violett, la plus étrange de tous les détectives londoniens, entra de toute urgence dans la salle des fêtes du palais de la reine Victoria.

« Il veut que je vienne tout de suite ? s'exclama la jeune femme, qui avait prévu de passer la soirée à ranger le dossier sur la dernière enquête résolue, la sordide histoire d'un garçonnet de cinq ans qui avait poignardé son père et sa mère dans leur lit. Il ne peut pas se débrouiller seul pour une fois ? »
Le messager, un informateur du nom de Tony Crew, haussa les épaules.
« Seth lui serait très utile, selon lui. »
Elle soupira. Même si elle adorait changer d'identité, après une journée éreintante à jouer les bonnes chez ce vieux Tareth, elle n'avait qu'une envie : être elle-même. Hélas, si elle devait endosser sa casquette de détective, elle devait aussi devenir Seth Stutfied.
« Très bien. Laisse-moi le temps de me changer, j'arrive. »
Unity se rua dans sa chambre pour se transformer en homme.



Ce fut donc en réalité Seth Stutfied, un détective reconnu, qui pénétra dans la salle.
Il contempla le carnage en fronçant les sourcils. Le lustre s'était brisé, projetant des morceaux de verre coupants dans toute la salle. Certains invités (ou intrus d'ailleurs) avaient des égratignures sur eux, voire des blessures un peu plus profondes. La plupart des personnes présentes étaient sous le choc, certaines restaient de marbre. Il retint leur visage, au cas où. Elles n'étaient peut-être que trop choquées, ou alors elles jouaient un rôle dans cette affaire. De rares visages semblaient se réjouir, mais il s'agissait surtout de jeunes enfants ne comprenant pas vraiment ce qui était arrivé. Il se demanda pourquoi, d'ailleurs, alors que le lustre aurait dû les effrayer. A approfondir.
Il repéra le visage concentré de son collègue Matthew Ringalls. Celui-ci avait les traits un peu trop crispés, sans la moindre once de moquerie, ce qui ne supposait rien de bon. Il s'approcha de lui furtivement, ses yeux enregistrant chaque détail, et lui serra la main sans dire un mot.
« Voyez, Seth, jusqu'où peut aller un malfrat. » : commenta son partenaire, et Seth se rappela qu'il avait horreur des criminels en liberté.
Il baissa les yeux vers le sol. Un cadavre de femme, couvert de poussière de verre, gisait dans une flaque de sang. La dame avait une expression horrifiée sur son personnage, comme si... soit elle avait souffert, soit elle avait vu le lustre arriver... Un instant ?
« Le lustre est-il bien tomber sur elle ? s'enquit Seth.
- C'est ce qu'il y a de plus probables, répondit Ringalls. Cela dit, vous savez comme moi que nous ne pouvons pas écarter l'hypothèse que ce lustre n'ait été qu'une diversion. »
Le détective acquiesça.
Il se pencha vers le cadavre. La femme était encore jeune, elle portait une très jolie toilette déchirée et ensanglantée, et s'était maquillée avec goût. Une victime de choix, ou avait-elle eu seulement de la malchance ? Il observa plus attentivement sa peau. Pas de doute, son corps était couvert de profondes coupures, mais était-ce suffisant pour causer sa mort ? Rien ne laissait indiquer qu'elle avait été poignardée, ou frappée, ou peu importe. Peut-être du poison, mais Seth n'était pas un spécialiste, sans compter qu'en dehors de ses blessures et de sa mort, elle semblait normale.
« Il faudrait une étude plus approfondie, affirma-t-il en se relevant. A priori, elle est bien morte de la chute, cela dit, la cause de sa mort est peut-être cachée ailleurs.
- C'est aussi ce que je pense, approuva Ringalls. Maintenant, peut-être voudriez-vous jeter un œil au lustre ? »
Seth s'éloigna pour observer l'objet. Il était magnifique, d'une excellente facture, une qualité que l'on attendait de la part d'un lustre royal ; cela dit, il était aussi fragile et avait explosé lors de sa collision avec le sol. Il remarqua que le haut, là où la rupture s'était produite, était très nette. Pas la moindre trace d'usure ou de frottement : il s'agissait d'un coup porté par quelqu'un, au préalable évidemment.
« Sabotage, annonça-t-il à son collègue en revenant vers lui. Je suggère que nous procédions dès à présent aux interrogatoires. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
West Vanker
I hate yellow and blue ! - Don't Touch me !
avatar

Messages : 29
Points : 43
Date d'inscription : 05/05/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Parler aux cailloux

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Dim 11 Juil - 2:44

- Alors cette fête, comment la trouves-tu ?
- Il y a trop de monde.
- C’est pour cela que nous sommes là, un ami qui est garde de la reine m’a demandé de venir.
- Pourquoi ?
- Un lustre est tombé, et on a découvert un cadavre.
- … Ah.

Moi qui passais une nuit tranquille à parler avec des cailloux, en évitant d’avoir mal à la tête, en écoutant leur réponses aux quelques énigmes que Victor m’avait donné, je me retrouve entouré de trop de monde, qui courent, qui sont inquiets, qui me frôlent, et je n’aime pas ça. Mais Victor m’empêche de me mettre à grogner.
Un cadavre ça veut dire une énigme, alors je n’ai qu’à plus y penser. A me concentrer uniquement sur ce corps. Il y a pleins de gens autour d’ailleurs. Je remarque que y en a qui s’en fichent, de ça. De ce cadavre. De ce lustre explosé. Mais moi, je ne m’en moque pas, parce que je dois trouver qui c’est l’assassin.

Je suis Victor qui s’approche du cadavre et des probables autres détectives. J’évite d’en toucher un qui bouge trop brusquement. Et je vois cette femme, morte, par terre. Qui à bien put l’assassiner ?

- Excusez-moi, mais sauriez-vous l’identité de cette femme ?

Un détective roux aux yeux marron regarde Victor, il est tout petit. Plus petit que moi qui suis déjà petit. On lui donne son nom et son prénom, mais moi je regarde ailleurs. Il y a au moins une trentaine de bougie, voire plus… J’aperçois au loin des gens blessés. Je regarde autour de moi. Qui pourrais avoir vu quelqu’un de suspect ? Je m’approche vers un homme aux cheveux roux, longs, qui semble noter quelque chose dans son carnet.

- Bonsoir. Auriez-vous vu quelque chose ou quelqu’un qui puisse vous paraître suspect ?

Victor m’a toujours dit de parler comme ça aux gens que j’interroge. Alors comme cet homme, je l’interroge, et bien je parle comme ça. Je n’aime pas interroger les gens. Mais Victor m’a dit que pour trouver le coupable il fallait trouver des suspects. Pour trouver des suspects, il fallait des témoins…Mais là il y a beaucoup trop de témoins. Donc j’en ai choisi un au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Dim 11 Juil - 13:50

Les premiers interrogatoires ne furent pas vraiment concluants.
Seth interrogea d'abord une jeune femme noble, d'à peine dix-huit ans, qui avait été élevée dans un cocon d'ignorance et de puérilité. Elle était un peu stupide et très naïve, croyait dur comme fer que tout cela n'était qu'une punition divine, que le cadavre avait commis un péché et que si Dieu avait permis que d'autres fussent blessés, c'était pour rappeler que son ire pouvait s'abattre sur tout pécheur. Seth se contenta de prendre des notes sans commenter, se demandant comment on pouvait être aussi aveuglément croyante, et remerciant sa mère de ne pas l'avoir envoyée au couvent. Ensuite, il posa des questions aux parents de la jeune fille, qui se révélèrent être des aristocrates très imbus d'eux-mêmes qui se contentèrent de le snober sans lui répondre. Il passa ensuite à un vieux couple qui se révéla être des intrus, et qui affirmèrent n'avoir jamais vu le cadavre lorsqu'elle était encore vivante. Puis ce fut le tour d'un jeune bourgeois qui prétextait que c'était sans doute la reine qui avait monté le coup. Là, Seth préféra faire semblant de noter sa déposition. Il n'était pas suicidaire au point d'accuser la reine. Cela dit, c'était malheureusement une hypothèse qu'il ne pouvait écarter.
Ringalls revint le voir, bredouille. Seth lui murmura la supposition du bourgeois, et son collègue secoua la tête.
« Je ne pense pas, objecta-t-il, qu'il ait raison. Mais si cela s'avérait exact...
- Nous serions impuissants. » compléta Seth.
Le détective acquiesça.
Seth continua son interrogatoire. Il dut attendre la treizième personne avant de trouver une piste potentielle. Le témoin raconta :
« Quand je suis rentré dans la salle, il y a de cela quelques heures, j'ai entendu quelque chose craquer. » Seth nota frénétiquement ce qui lui était dit. « J'ai regardé autour de moi, mais rien ne semblait avoir fait ce bruit. Je ne savais pas ce qui l'avait causé. En revanche, je suis persuadé d'avoir regardé le lustre. Je n'y ai pas fait attention, mais il me semble bien qu'il penchait légèrement vers la droite. C'est bien la seule chose étrange que j'ai remarquée.
- Et concernant la femme, l'aviez-vous aperçue ? s'enquit Seth.
- Eh bien... cela peut vous paraître bizarre, mais c'est bien la première fête à laquelle je la remarque. Vous comprenez, je suis souvent invité par la reine. Elle, non. Pourtant, si j'en juge par la tenue qu'elle portait, elle était à la tête d'une immense fortune.
- Quand l'avez-vous vue ? questionna le détective.
- Quelques minutes avant sa mort, affirma le témoin. Elle était vraiment étrange, j'ai tout de suite remarqué qu'elle avait l'air déplacée dans ce décor, malgré ses vêtements somptueux.
- Pensez-vous qu'il s'agisse d'un accident ? Qu'elle ait été visée ?
- Pour l'accident, certainement pas ! s'insurgea le témoin. La reine Victoria ne pardonnerait jamais une telle négligence ! Mais oui, la dame morte peut avoir été visée. Ou alors elle n'a pas eu de chance. »

Seth retournait les hypothèses dans sa tête.
Une diversion, peut-être. Alors soit le lustre l'était seul pour cacher la mort de la femme, soit celle-ci était accidentelle et la diversion concernait autre chose. Le plus logique serait un attentat à la reine, néanmoins les coupables devaient bien se rendre compte que sa sécurité serait renforcée par un tel coup d'éclat.
Un accident, peut-être. Peu possible, mais pas inenvisageable non plus.
Un avertissement ? Il se pouvait que le coupable ait envie de prouver qu'il pouvait aller au delà des dispositifs de sécurité et saboter un lustre sous le nez de la reine. Ou un avertissement à un proche de la femme, ou pour montrer à quelqu'un qu'on est prêt à tout, même à massacrer des innocents.
Ou alors cela pouvait être un meurtre. Raté si ce n'était pas la bonne victime, ou réussi.
Ou encore tant d'autres possibilités...

Nouveaux interrogatoires. Toujours aussi peu d'informations. La plupart répétait ce que le treizième témoin lui avait dit. D'autres avançaient des hypothèses, qui étaient soit les mêmes que celles de Seth, soit complètement irréalisables. Un membre de la milice lui assura même que les Pierres avaient tout orchestré pour se débarrasser de lui, mais même si les coupables avaient une dent contre la milice, il doutait qu'ils aient cherché à abattre un milicien qui s'était incrusté et avait passé la soirée près des portes. Pitoyable.
« Stutfied ! » : l'appela Ringalls.
Le détective alla rejoindre son collègue.
« Tu vois les deux hommes, là bas ? »
Il lui pointa un brun et un roux qui discutaient un peu plus loin. Le roux tenait dans ses mains un carnet.
« Le brun est un détective, je crois. Si jamais il se libère, pourrais-tu lui parler ? »
Seth comprit tout de suite. C'était en fait un ordre. Comme habituellement, le caractère brûlant d'Unity lui envoya une vague de colère. Mais ce soir, il était Seth. Avec calme, il la maîtrisa. Ne pas sortir de son rôle. Seth est impassible. Il n'a rien à voir avec une certaine femme au foyer.
« Bien sûr. » : répondit-il docilement.
Cela dit, le détective n'en ayant pas fini avec son témoin, il décida d'aller interroger quelqu'un à son tour.

Il s'approcha d'un jeune homme et d'une jeune fille qui se tenait dans un coin, un peu à l'écart. La jeune fille ne devait pas dépasser les quinze ans et semblait un peu naïve. Son visage reflétait de la peur, mais visiblement, elle était contente du jeune homme. Celui-ci approchait de la vingtaine. Il semblait assez banal, mais son sourire ne trompait pas - ce n'était pas quelqu'un de particulièrement gentil.
Seth rassembla son courage, leur sourit et se présenta.
« Bonsoir, monsieur, mademoiselle. Je suis le détective Seth Stutfied. »
Apparemment, cela n'allait pas être facile de les faire parler.
« J'aimerais, s'il vous plaît, recueillir vos témoignages concernant les évènements de ce soir. Peut-être nous permettront-ils de coincer les coupables. »
La main de Seth serra son carnet, espérant de toutes ses forces que l'interrogatoire ne serait pas trop dur à mener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Lun 12 Juil - 15:00

Du coin de l’œil, Neill avait remarqué le roux aux cheveux longs, et de l’autre côté la noble (en était-ce vraiment une d’ailleurs ? Neill ne l’avait jamais vu) vêtue comme telle, mais il ne chercha pas en savoir plus ni sur l’un, ni sur l’autre, car son regard fut attiré par quelqu’un d’autre. Trois personnes plus exactement, tous détectives, deux étaient d’ailleurs vraiment connu dans le milieu, si Neill les connaissais c’était parce que c’était plus facile de faire le mal quand on se renseignait sur nos ennemis.

- Voilà les ennuies Elinor, t’ais-je déjà dis combien je haïssais ces fouineurs ?

La jeune fille ne répondit rien, de toute façon la question n’en était pas vraiment une. Il était évident que Neill détestait les détectives, ainsi que les policiers d’ailleurs. Pour lui ils étaient des empêcheurs de trafiquer en rond.

Il vit l’un d’eux s’approcher de lui, il reconnu Seth Stutfied, associé de Ringalls (sans doute le meilleur détective de tout Londres). Heureusement si lui connaissait Seth (ou du moins en savait-il assez pour se méfier de lui), ce dernier n’avait l’air d’avoir aucune idée de qui il était. Et bien moins il en saurait sur la famille Owen, mieux ce serait.

- Bonsoir, monsieur, mademoiselle. Je suis le détective Seth Stutfied.

Courbette du frère et de la sœur. Feinté l’ignorance, faire celui qui n’avait surtout pas reconnu le détective.

- Bonsoir monsieur Stutfied.

Enfin, vu la renommé du monsieur, il serait stupide de nier complètement le connaître.

- J’ai beaucoup entendu parlez de vous.

Et puis cela devait suffire. Il fallait que Neill reste méfiant, qui sait ce qu’allait enregistrer ce détective dans sa mémoire ? Il n’avait aucune envie que cela lui joue des tours pour plus tard. Croupir en prison n’était pas son désir le plus chère, loin de là, le vicomte était persuadé qu’il s’y ennuierait. Embêter les autres prisonniers ne serait pas aussi amusant que torturer les gens qu’il croisait.

Seth, ne se contenta pas de se présenter, il demanda à Neill de témoigner de ce qu’il avait vu. A vrai dire, il n’avait pas vu grand-chose, ou n’y avait guère fait attention, puisque cela ne l’intéressait pas le moins du monde.
Devait-il jouer le noble concerné et attristé ? Au vu du grand sourire qui continuait de vivre sur son visage, cela serait complètement stupide, si Seth était à la hauteur de sa réputation, il n’y croirait pas une seconde. Neill remballa donc tous ces « oh oui cette terrible catastrophe » et « oh mon dieu je suis choqué », et rentra dans le jeu du noble insensible (ce n’était pas bien compliqué à vrai dire).

- Vous pensez donc à un crime ? Un lustre qui tombe sur une pauvre victime, cela ne pourrait n’être qu’un accident. Je pense qu’hélas mon témoignage ou celui de ma jeune sœur ne vous sera d’aucune utilité.

Bien sûr que c’était un crime. Victoria n’était pas aussi idiote qu’elle en avait l’air, jamais elle n’aurait organisé une grande fête sous un lustre mal accroché. Mais Neill faisait le crétin qui ne s’inquiète pas parce qu’il n’y a aucune raison de le faire. Pourquoi devrait-il paniquer au sujet d’un misérable accident ?

Elinor restait complètement silencieuse, elle n’oserait jamais prendre la parole sans que son frère ne lui autorise. Et de toute façon elle faisait confiance à Neill, elle savait qu’il s’en sortirait très bien sans son aide.

- Monsieur le détective, vous ne devriez pas voir le mal partout comme cela, reposez-vous un peu, je suis sûr que les soldats de la reine vont régler ce problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruyard "Faust" Foster

Chef sadique et fou de la MPSP

avatar

Messages : 106
Points : 21
Date d'inscription : 17/06/2010
Localisation : Là où je pourrai toujours te trouver...

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Jeu 15 Juil - 16:58

    C'était un petit gamin qui venait de s'approcher de Faust. Il lui avait posé une question assez vague, plutôt banale, disons pour un détective. Le gamin ne semblait pas être assez grand pour en être, et semblait plutôt étrange, mais Faust passa outre l'aspect premier. Après tout, quelques personnes auraient pu le prendre pour un Saint, un ange gardien qui ne ferait pas de mal à une mouche... Tant qu'elle n'avait pas de pierre, bien entendu. Non, Faust s'attarda plutôt sur l'étrange bandeau que portait le gamin sur le front. Peut-être un accessoire à la mode, quoique le jeune chef de la Milice ne se rappelât pas en avoir vu sur qui que ce soit d'autre. Tant pis, il répondrait à la question en tentant de faire abstraction de tout le reste, tant de la tenue vestimentaire de son jeune interlocuteur que de son aspect physique.

    - Quelque chose qui puisse me paraître suspect ? Laissez moi réfléchir... En vérité, déjà de grandes choses m'ont paru suspectes, déjà par la véritable absence de gardien près des portes, laissant ainsi rentrer les gens tel un moulin. Aussi, j'ai pu remarquer quelques petits bandits de bas étages, l'un d'eux ayant même tenté de me subtilisé ma montre, tentative échouée grâce à ma grande vigilance. Mais non, à part cela, je ne vois pas qui aurait pu faire cela. Sans doute un jeune assassin à la manque, ou alors Jack The Ripper lui-même ! Je ne saurais vous dire, mon jeune ami, car voyez-vous, mon attention n'était pas portée à ce sujet là au moment où cet affreux drame a débuté. Mais si j'apprend quoi que ce soit, je vous fais la promesse de vous en dire plus si je vous retrouve.

    Faust était rusé, car il savait qu'en faisant cela, il pouvait se débarasser momentanément d'un gamin ou même d'une personne trop encombrante. Enfin, une personne normale, entendons nous. Son lyrisme soudain était calculé, car il savait que les personnes bavardes gavaient très rapidement les détectives, ce qu'il cherchait à faire, afin de pouvoir savourer son verre de vin tranquillement à regarder l'afflux de gens qui passaient observer le cadavre ensanglanté. Le jeune chef de la Milice secoua un peu ses cheveux, remis son chapeau haut-de-forme bien en place, épousseta son costume avec ses main et regarda entièrement la salle. Puis, il vit un visage qui ne lui paraissait pas tout à fait inconnu. Sans doute une femme appartenant à la Milice, mais Faust voulait en être sûr. Il savait qu'il avait déjà vu ces traits quelque part, et Faust avait la grande qualité d'être physionomiste. Un petit sondage de mémoire... Mais oui, c'était Mildred Hopkins, une nouvelle recrue. Plutôt sympathique, Faust se dressa, se dirigea vers la femme sans faire attention au gamin qui lui avait posé une question, pris son chapeau, fit une élégante courbette, et salua la femme.

    - Mildred, est-ce bien vous ? Je ne vous avait pas vue, dans toute cette foule ! Comment vous portez vous ?

    Se présenter ? Inutile. Tous les membres de la Milice connaissaient le chef, et tous le respectait. Personne n'envisageait même de le détrôner de son poste. Alors, les convenances étaient inutiles, il avait même fait l'honneur à cette femme de l'appeler par son prénom, ce qui était plutôt rare, venant
    de lui.


Dernière édition par Ruyard Foster le Ven 16 Juil - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Ven 16 Juil - 13:30

Le noble en tout cas lui répondit d'une manière bien plus polie que ce qu'il attendait.
« Bonsoir monsieur Stutfied. J’ai beaucoup entendu parler de vous. »
Seth ne fit rien qui puisse exprimer de la surprise. D'ailleurs, il n'en ressentait pas. Au fond de lui, la vraie Unity avait plutôt envie de rire aux éclats de rétorquer à cet homme que la moitié de ce qu'on disait sur lui n'était que des sornettes. Mais en silence il la fit taire. Cette maîtrise sur son caractère, il ne l'avait que lorsqu'il se faisait passer pour quelqu'un d'autre. En tant que Unity, il n'avait pas besoin de se calmer.
Cet homme semblait étrange. Il devait avoir des choses à cacher. Décidément, cet entretien serait très difficile à mener. L'aristocrate voudrait certainement lui donner des parties de vérité, si ce n'est un mensonge complet, bien que ce soit moins subtil. Seth lui-même devrait faire attention : lui aussi, il avait ses secrets. A supposer qu'il en dévoile un, l'homme le tiendrait, et serait sans doute capable de gâcher toute sa carrière. Il devait être suffisamment intelligent pour cela.
Il remarqua ce sourire, et décida qu'il devait plutôt être sincère. Il était rare qu'on se force à sourire dans une situation pareille. Lui-même restait de marbre, encore que ce ne soit pas un bon exemple : Stutfied était connu pour ressembler en toutes circonstances à un bloc de pierre. Il était bien rare qu'on le voit sourire, ou pleurer. Il était très inexpressif, sans relief, sans caractère.
La jeune fille, elle, se contentait de rester sur place, sans rien dire, sans manifester la moindre curiosité. Ce qui était un peu anormal. Elle ne semblait pas effrayée, pourtant elle ne lui avait pas adressé un mot. Avait-elle en fait peur de lui, ou quelque chose d'autre la retenait de parler ? Pourtant, Seth était persuadé que son témoignage serait plus sincère que celui de l'homme. Elle paraissait l'innocence même.
« Vous pensez donc à un crime ? Un lustre qui tombe sur une pauvre victime, cela ne pourrait n’être qu’un accident. Je pense qu’hélas mon témoignage ou celui de ma jeune sœur ne vous sera d’aucune utilité. »
Seth ne dit rien, préférant l'observer d'un regard lourd de sous-entendus. Le prenait-il pour un idiot ? Oui, cela ressemblait beaucoup à un accident. Mais, tous les accidents n'en étaient pas. De plus, certains éléments laissaient pensé que ce coup avait été prémédité. Un lustre qui tombait accidentellement présentait rarement une coupure très nette, comme si on l'avait scié ou quoique ce soit. Pourtant, comment quelqu'un aurait-il pu y monter et agir sans que personne ne s'en rende compte ? Et comment faire en sorte qu'il tombe juste au bon moment ?
Oh oui, les témoignages de ce noble et de sa sœur pouvaient contenir des éléments de réponse.
« Monsieur le détective, continua l'aristocrate, vous ne devriez pas voir le mal partout comme cela, reposez-vous un peu, je suis sûr que les soldats de la reine vont régler ce problème. »
Voir le mal partout ? Étrange manière de présenter la chose. Cela cachait-il... ?
C'était le lot de Seth, d'analyser ce que chacun disait, essayer de capter chaque sous-entendu, de comprendre ce qu'on lui cachait. Car le coupable n'allait jamais affirmer qu'il était responsable de ce crime, le coupable ferait tout pour le mener sur de fausses pistes. Les témoins, eux, protégeaient toujours leur intimité. Même quand ils ne savaient rien du coupable, ils omettaient certains détails qui les gênaient, ou qu'ils ne considéraient pas comme important. Mais cette manie en devenait fatigante, à la longue.
« Le bien, le mal... ce ne sont que des notions humaines. » : marmonna-t-il pour lui-même, mais il était persuadé que le témoin l'avait entendu.
Notions humaines, certes, mais en tant qu'humain, Seth aussi y croyait. Il y avait ce qu'on pouvait faire, ce qui était donc "bien", et ce qu'on ne pouvait pas faire, ce qui était "mal". Et il fallait toujours bien définir la limite, et ne pas permettre ce qui était interdit. Parce que l'humanité reposait sur cela, entre bien et mal, et il était impossible de se débarrasser de ces notions. Aussi Seth traquait-il le "mal" pour faire triompher le "bien". Cela dit, il se doutait bien qu'il fallait respecter un équilibre. Autrement dit, bien et mal étaient complémentaires, et un monde sans l'un, c'est un monde sans l'autre. Impossible ? la nature y veille en tout cas.
Mais "voir le mal partout" ? Malheureusement, depuis qu'il était détective, le mal était devenu omniprésent. C'était son quotidien. Même lui n'y échappait : était-il vraiment autorisé de masquer son identité, de faire croire aux autres que l'on est un autre ? Ce n'était pas quelque chose de très recommandable, cela aurait dû être "mal", mais personne ne l'interdisait pourtant. Du moins, pas de manière formelle et concrète. Cela se cachait derrière ce que l'on appelait l'éthique, et si on ne le respectait pas... on n'était pas respectable, sans être pour autant un acteur du "mal".
Voir jour après jour des vols, des meurtres, des viols, des abus en tout genre, des escroqueries, des bagarres, des mutilations... le côté le plus noir de l'humanité se donnait en spectacle pour lui. C'était l'inconvénient de ce métier : on était confronté à des horreurs, à des choses que la plupart des gens préféraient interdire, des scènes qui donnaient des frissons. Il n'avait jamais fait de cauchemars à cause de cela, n'avait jamais vomi ou quoique ce soit d'autres à la vue des scènes de crime. Ce n'était pas pour rien que Unity pouvait faire de Seth quelqu'un de complètement fermé. Mais Stutfied n'en ressortirait pas indemne : il savait qu'on ne pouvait faire confiance à la nature humaine. Avidité, cupidité, jalousie, haine : tout était propice à des actes terribles. Même l'amour, ce si beau sentiment, était la cause de crimes passionnels. Unity perdait confiance envers les autres, envers ceux qu'elle avait juré de protéger, mais savait bien qu'elle aimait ce métier. Elle ne pourrait jamais décrocher.
« Malheureusement, monsieur, reprit Seth Stutfied, il s'agit là d'un problème que les gardes ne peuvent résoudre. »
Du coin de l'œil, il regarda ces derniers. Ceux-ci s'évertuaient à rétablir l'ordre, à empêcher les invités - et les intrus - à sortir, à contrôler les entrées, ou à veiller sur la reine. Ils n'avaient certainement pas le temps de chercher les causes de ce crime, c'était évident. Cela impliquait que c'était aux détectives de faire tout le boulot d'investigation.
« Mais j'ignore si vous ne comprenez pas la situation ou si vous refusez de comprendre. » : ajouta-t-il d'une voix plus dure encore qu'à l'ordinaire, lui qui s'adressait aux gens d'une manière froidement polie.
L'aristocrate en tout cas ne semblait pas si perturbé que cela. Seth en déduit qu'il devait y avoir une part de jeu derrière cela, ne serait-ce que pour masquer ses sentiments. Au fond, n'était-ce pas ce que lui faisait aussi ? La jeune fille, malgré son air confiant, avait dû être choquée parce qui s'était produit.
« Une femme est morte, expliqua-t-il. C'est suffisamment grave pour que l'on enquête. Et c'est aux détectives de déterminer s'il s'agit d'un accident, et pas vous. J'aimerais donc recueillir votre témoignage, et ce même s'il s'avère qu'il n'apporte aucun élément nouveau. Préférez-vous que je m'adresse à votre sœur ? »
Il se tourna vers elle, le visage toujours inexpressif qu'à l'accoutumée. Sa manière sèche de dire les choses l'aiderait peut-être à la faire parler, elle.
« Avant de commencer, j'aurais besoin de savoir quel est votre nom. » : ordonna-t-il au noble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
West Vanker
I hate yellow and blue ! - Don't Touch me !
avatar

Messages : 29
Points : 43
Date d'inscription : 05/05/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre: Parler aux cailloux

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 17 Juil - 0:43

Je fixais l’homme en face de moi. J’espère qu’il va me donner quelques informations. Seulement, tout ce que ce roux fit, c’était de parler de l’absence de gardien près des portes. C’est vrai que c’était étrange, moi aussi je l’avais remarqué, mais c’était peut-être un ordre de la reine, et personne ne pouvait renier un commandement de Sa Majesté. Ensuite, il parla des petits bandits de bas étages, peut-être que si j’en rencontrais un il me dirait quelque chose d’intéressant. Le roux parla aussi d’un jeune assassin à la manque et de The Ripper. Mais je suis sûr que ce n’est pas Jack qui à fait le coup, parce que la victime n’a pas été éventré.
Et puis finalement, il me promet que s’il trouve quelque chose, il me le dira. Avant que j’aie le temps de poser une autre question, l’homme se dirigea vers quelqu’un d’autre. Il ne m’a rien appris. C’est ennuyant.

Je regarde autour de moi. Qui d’autre pourrait avoir vu quelque chose ? Pas grand monde… ça me dérange… Alors je vais voir Victor qui interroge un témoin potentiel :

- Je n’ai rien appris
- ça va bien finir par arriver, cherche des indices. Ou questionne les pierres.

C’est une bonne idée, de questionner les pierres. Mais après je vais avoir mal à la tête. Je veux résoudre l’énigme de cette enquête… Seulement, où trouver quelqu’un qui à une pierre. Je me concentre, et essaie d’écouter. Il y a ce vieil homme là, et aussi cette jeune femme, ainsi que ce gamin des rues, et puis aussi… Ah, j’ai mal à la tête. J’arrête. Alors il reste chercher des indices. Je me penche par terre, et je regarde, tout ce que je vois ce sont des débris de verres, des chaussures et… Et c’est quoi ça ?

J’attrape un morceau de papier, et le retourne dans tous les sens. C’est écrit : « rder i », le reste est déchiré. A qui ça peut bien appartenir ? Je me demande. En attendant, je me relève, et cherche toujours des indices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stone

Compte fondateur, PNJ maître du jeu

avatar

Messages : 119
Points : 230
Date d'inscription : 06/03/2010

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Oui :D
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 17 Juil - 0:52

Les détectives mènent l’enquête, interrogent les témoins potentiels, cherchent les suspects, observent les victimes, pendant que les autres continuent de boire leur vin ou essaient de s’enfuir. Seulement ce n’est pas fini. C’est trop facile, sinon.
Quelqu’un essaie en vain de s’enfuir, mais découvre avec horreur que toutes les portes sont fermées. Les invités, les détectives, et tout le reste, sont enfermés dans la salle de bal du Buckingham Palace. Mais qui a donc bien pu faire ça ? La panique augmente, les gens sont affolés, se bousculent entre eux, piétinant le moindre petit indice qu’il pourrait y avoir.

Qui peut les arrêter ? Qui peut retrouver le coupable de tout ça ?
Vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://victoriastone.forumsactifs.com
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Sam 17 Juil - 16:32

- Malheureusement, monsieur, il s'agit là d'un problème que les gardes ne peuvent résoudre

Bien sûr que Neill le savait, ces gens là avaient déjà du mal à faire leur propre boulot, alors leur demander de contenir toute une salle qui panique et en plus de s’occuper de l’accident, c’était leur demander l’impossible et plus encore. Mais il n’avait pas envie d’aider un détective, et surtout pas un qui était capable de murmurer quelque chose comme : « Le bien, le mal... ce ne sont que des notions humaines. »
C’était sûrement très vrai, les animaux, les plantes et les cailloux n’allaient pas se mettre à philosopher sur ce genre de choses après tout.
Le bien selon Neill s’était se débarrasser de ce qui l’empêchait de s’amuser, le mal s’était tous ces vermisseaux de fouineurs de détectives. Comme quoi tout était relatif (Einstein n’était peut-être pas né pour le dire, ça n’empêche pas que c’était déjà le cas), et tout dépendait du point de vue.

Le détective continua dans sa lancée, apparemment il ignorait si Neill ne comprenait pas la situation ou bien s’il refusait de la comprendre. Aucun des deux en fait, le vicomte avait très bien compris ce qu’il se passait, quelqu’un avait détaché le lustre afin soit de créer une diversion (ce qui était plutôt bien réussi), soit de tuer la femme en dessous (ce qui était tout aussi réussi), sans doute les deux (décidément ce criminel manquait d’élégance, mais pas de talent). Neill se contenta juste d’un sourire accompagné d’un haussement d’épaule pour toute réponse.
Le détective continua sur tout un tas de blabla, que le vicomte écouta d’une oreille peu attentive, en gros il expliquait qu’une femme était morte qu’il fallait donc enquêter et que leur témoignage pourrait peut-être apporter quelque chose. Ce qui attira l’attention de Neill fut la dernière interrogation :

- Préférez-vous que je m'adresse à votre sœur ?

Tout en demandant cela, Seth s’était tourné vers Elinor. Neill en fut contrarié, c’était une attaque direct, il perdait son autorité si on s’intéressait plus à sa sœur qu’à lui. Cependant si vraiment le détective voulait recueillir le témoignage de la petite, il n’y voyait aucun inconvénient. Elinor était peut-être une sorte de fanatique de son frère, elle n’était aucunement idiote, elle n’en dirait ni trop, ni pas assez. De plus même si elle paraissait innocente, elle avait bien plus de sang sur les mains qu’on ne pourrait le croire.
Puis son témoignage pourrait être intéressant puisqu’elle n’était pas à côté de lui durant la scène.
Puis sur un ton qui signifiait que c’était un ordre, Seth ajouta :

- Avant de commencer, j'aurais besoin de savoir quel est votre nom

Le vicomte l’avait fait tourné dans tous les sens pour éviter de le donner, moins ce fichu détective en saurait sur eux, moins il pourrait fouiner. Mais cette fois-ci il n’avait pas le choix, et il savait que ce serait inutile de mentir, au contraire cela n’en serait que plus suspect.

- Cet événement me fais perdre toutes mes bonnes manières, permettez moi de me présenter. Je suis le vicomte Neill Owen, et voici ma jeune sœur Elinor.

Puis il se tourna vers elle :

- Elinor, il me semble que monsieur le détective voudrait recueillir ton témoignage, veux-tu bien lui dire ce que tu as vu.

Sa sœur s’avança d’un pas, prête à dire ce qu’elle avait vu, ouvrant la bouche pour témoigner, mais alors elle fut coupée par un nouveau mouvement de panique de la foule. Que se passait-il cette fois-ci ? Neill regarda autour de lui, essayant d’en savoir plus. Il a la réponse assez facilement puisque quelqu’un s’écria que toutes les portes étaient fermées.

Intéressant, très intéressant, tout cela n’a rien d’ordinaire, un véritable attentat, Neill doit se retenir d’élargir son sourire, le détective étant encore là. Il a une pointe d’admiration pour le ou les coupables, il fallait oser quand même, faire tomber un lustre, tuer une femme, et en plus enfermer tout le monde à l’intérieur du Buckingham Palace.

- Monsieur le détective, il me semble que le mystère s’épaissit. La reine n’est pas assez farceuse pour avoir prévu une plaisanterie de telle ampleur.

Puis il se tourna de nouveau vers Elinor :

- Et bien puisque nous sommes enfermés ici, Elinor tu as tout le temps de livrer ton témoignage.

La jeune fille acquiesça puis d’une petite voix expliqua donc ce qu’elle avait vu :

- J’étais partie chercher un verre de vin à ce moment là, c’est alors que j’ai entendu un grand fracas, je vis alors que le lustre était tombée. Je me suis approchée et j’ai aperçu le cadavre d’une femme. Je suis désolée, mais je n’en sais pas plus.

Neill fut un peu déçue, elle n’avait rien à lui apprendre de plus que ce qu’il ne savait déjà.

- Il semblerait qu’on n’ait rien à vous apprendre de plus que les gens présents dans cette pièce. J’espère que vous trouverez le coupable avant qu’on retrouve un autre cadavre.

Le vicomte a l’air sincère, seulement si lui voudrait qu’on retrouve le coupable ce n’est absolument pas pour empêcher d’autres meurtres. Il aimerait bien en savoir plus sur lui et le féliciter. Encore plus s’il s’agit de Jack the Ripper, mais cela ne ressemblait pas au tueur, à moins qu’il ait changé son modus operandi.
Neill pourrait même l’engager, pour plus tard. Peut-être devrait-il lui-même mené son enquête d’ailleurs. Bon il attendrait d’abord que le détective s’intéresse à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Ven 23 Juil - 0:53

Il lui sembla que le noble lui répondit de mauvaise grâce :
« Cet événement me fais perdre toutes mes bonnes manières, permettez moi de me présenter. Je suis le vicomte Neill Owen, et voici ma jeune sœur Elinor.  »
Dans sa tête, il comprit tout de suite qu'il était mal barré. Un vicomte ? Le nom Owen ne lui était pas inconnu. Certes, il n'avait jamais été impliqué dans aucune affaire, et n'avait jamais rien fait de mal, mais Ringalls l'avait croisé, une fois, et apparemment il en avait gardé un mauvais souvenir. Pourquoi cela tombait-il toujours sur lui... Non, finalement, c'était une bonne chose. Il montrerait ainsi à son patron qu'il n'était pas un incapable.
Quant à la jeune fille, à part qu'elle suivait son frère comme son ombre, on ne savait pas grand chose d'elle.
« Enchanté. » : répondit-il, bien qu'il ne le pensait pas du tout.
Neill Owen ne lui prêta pas du tout attention. Il s'adressa à sa sœur :
« Elinor, il me semble que monsieur le détective voudrait recueillir ton témoignage, veux-tu bien lui dire ce que tu as vu. »
Sa voix... oh, sa voix était si lourde de sens. Seth comprit tout de suite que son témoignage en fait ne serait pas exploitable. Mais il était prêt à le recueillir malgré tout. Main sur son carnet, il adressa à la jeune fille un sourire encourageant en essayant d'oublier la désagréable présence de son frère.
Mais alors qu'elle ouvrait la bouche, des hurlements se firent entendre, quelqu'un cria... puis ce fut la bousculade. La foule, paniquée, essayait de trouver un moyen de s'enfuir, mais les portes étaient définitivement fermées. Apparemment, ce n'était pas du fait des gardes. Ceux-ci s'évertuaient à rétablir l'ordre, en vain : personne les écoutait, et certains d'entre eux commençaient à imiter les invités... Tout en gardant un œil sur Neill et Elinor Owen, il contempla le gâchis. Apparemment, le lustre avait été si piétiné qu'il était désormais inexploitable, et le cadavre avait été retourné dans tous les sens. Les indices partaient en fumée sous ses yeux attristés, mais que pouvait-il y faire ? Il n'avait aucune autorité.
Par dessus la foule, il aperçut la forme reconnaissable de Ringalls. Aussi calme qu'à son habitude, on aurait pu le croire totalement étranger à la scène, si ce n'était qu'il était un peu débraillé et qu'une femme en robe noire s'accrochait à son col en hurlant. L'ignorant, il lança un signe dur à son détective pour lui ordonner de continuer. Seth haussa les épaules. Au point où en était la soirée, rien ne pouvait vraiment être pire...
Il se retourna vers ses deux témoins. Si la jeune fille semblait avoir les yeux écarquillés et devait être impressionnée par cette scène de panique instinctive, son frère, lui, ne se départait pas de son sourire et de son impassibilité. Seth se retint de frissonner. Cet homme était vraiment inhumain.
« Et bien puisque nous sommes enfermés ici, Elinor, proposa Neill, tu as tout le temps de livrer ton témoignage.
- J’étais partie chercher un verre de vin à ce moment là, narra Elinor, c’est alors que j’ai entendu un grand fracas, je vis alors que le lustre était tombé. Je me suis approchée et j’ai aperçu le cadavre d’une femme. Je suis désolée, mais je n’en sais pas plus. »
Seth nota scrupuleusement le témoignage de la jeune fille, sachant pertinemment qu'il serait insuffisant pour qu'il puisse aider les enquêteurs. Ce récit avait toutefois un accent de sincérité, ce qui lui donna l'idée que peut-être Neill Owen ne trempait pas dans ce coup... à moins qu'il le lui ai caché, évidemment.
« Il semblerait qu’on n’ait rien à vous apprendre de plus que les gens présents dans cette pièce, intervint le vicomte. J’espère que vous trouverez le coupable avant qu’on retrouve un autre cadavre. »
Seth le regarda, presque surpris. Cette sincérité était troublante. Cela le convainquit d'autant plus dans l'idée qu'il devait être innocent. Pourtant, il lui fallait plus d'informations. Il était persuadé que cet homme en avait ! Il devait avoir des suppositions, des idées, des éléments qui peut-être ne lui paraissaient pas importants alors qu'ils étaient cruciaux ? Mais il devait trouver autre chose, il devait l'obliger à dévoiler ce qu'il cachait !
L'idée lui vint tout simplement.
« Je l'espère aussi, avoua-t-il. Mais j'aurais besoin de votre témoignage complet, même s'il n'apporte rien. Et, monsieur Owen... »
Il s'approcha doucement de lui. Le vicomte ne recula pas, ne dit rien. Un peu comme il l'escomptait.
« Vous savez que j'ai des soupçons, chuchota le détective. Je suis donc persuadé qu'un peu de votre... expérience nous serait utile. Cela me serait profitable, mais vous aussi, vous pourriez y trouver votre compte. »
Il s'éloigna de l'oreille de l'aristocrate, arborant un léger sourire.
« Je ne vous menace pas. » : ajouta-t-il, et il était sincère.


[Pardon pour cette qualité médiocre, je ne réfléchis pas si bien le soir.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Ven 23 Juil - 17:22

Neill tiqua, ce fut très certainement visible sur son visage à cet instant, il dut perdre son sourire un dixième de seconde, et ses sourcils se froncèrent. Ce saleté de fouineur venait de lui dire qu’il avait des soupçons et que son expérience pourrait être utile. Décidément le vicomte haïssait les détectives, alors comme ça ce Seth connaissait la famille Owen hein ? Mais que savait-il exactement ? Il devait bien y avoir quelques rumeurs comme quoi ceux qui fréquentaient Neill n’étaient jamais très clairs ou ne s’en sortaient pas indemne, mais personne, même pas ce satané fouineur, n’était au courant de tout le trafique qu’il avait mis en place et ceux qui le savaient se la fermaient, la peur les rendait muet (que ce soit par chantage ou par angoisse de ce qui pourrait leur arriver).
Tout cela pour avoir son témoignage complet, pour savoir ce qu’il pouvait lui cacher, oh mais le vicomte en avait des choses à cacher, et même si raconter ce qu’il savait, ce qu’il avait remarqué à ce fichu détective attirerait sans doute son attention ailleurs que sur la famille Owen, Neill ne voyait pas pourquoi il aiderait ce fouineur, s’il était amoureux de la justice, du « bien », s’il désirait punir tous les méchants, alors il finirait par venir farfouiller dans les affaires du vicomte quand même.

Puis le détective ajouta que s’il témoignait non seulement ça lui serait profitable à lui, mais que Neill pourrait également y trouver son compte. Il n’avait pas tort, et c’est ce qu’on appelait un échange de bon procédé n’est ce pas ?

- Je ne vous menace pas, ajouta Seth

Et ceci fit éclater de rire Neill. Dans cette panique son rire résonna comme quelque chose de malsain, comment pouvait-il s’amuser alors qu’ici la plupart des gens étaient terrorisés ?
Bas les masques de la part du vicomte, finis de jouer, il fallait qu’il fasse comprendre au détective dans quel terrain il s’avançait s’il osait s’en prendre à la famille Owen. Son sourire se fit bien moins joyeux, bien plus sadique.

- Très cher Seth, vous permettez que je vous appelle comme ça ?

Et même s’il ne permettait pas, Neill s’en fichait.

- Bien sûr que vous ne menacez pas, son regard se fit beaucoup plus perçant et menaçant, vous n’oseriez pas.

Puis il retrouva sa face enjouée :

- Mais ne nous fâchons pas, je vais témoigner puisque vous insistez tellement.

Neill n’avait pas vraiment fais attention à ce qu’il s’était passé, cependant s’il en était là où il en était aujourd’hui ce n’était pas pour rien. Le vicomte était intelligent, très intelligent même, s’il n’avait pas flirté avec le mal, sans doute aurait-il lui aussi été un très bon détective, observateur et malin. Mais ça ne l’intéressait pas de rendre service à la communauté (sauf si bien sûr cela lui avait rapporté quelque chose), seule sa petite personne comptait.

- Le lustre est tombé tandis que la fête était à son apogée, j’entends par là que beaucoup de couple dansaient, beaucoup de gens buvaient, beaucoup rigolaient. Je pense que c’était prémédité, on a fait tombé le lustre à ce moment là, ni trop tôt parce qu’il n’y aurait pas eu assez de gens présents, ni trop tard parce qu’il y aurait eut trop de gens saoulent ou disparu. Les blessés c’étaient voulu, mais je ne pense pas qu’ils étaient réellement visés. J’ai un doute pour la victime. A la regarder, ce n’est pas une noble, où alors si c’est le cas elle fait partit de ces pauvres inconnues qui cherchent sans succès à se faire un nom.


Il fit une pause à ce moment là de son discours, pas pour reprendre son souffle, juste pour se faire la réflexion qu’il aurait pu être ce genre de noble s’il n’avait pas tout fait pour se débarrasser des gêneurs (donc ses parents et son grand frère).

- Personne n’est à côté d’elle pour la pleurer, personne pour nous révéler comment elle s’appelle, c’est marrant mais il semblerait que personne ne la connaît. Ça ne vous semble pas étrange à vous ? A moins que la ou les personnes qui l’ont tuée soient celles qui la connaissaient… Si c’est bien un meurtre.

Car de cela il n’en était pas encore complètement sûr.

- Après tout cela peut n’être qu’un accident imprévu et c’est la pauvre fille sans ami ni famille qui en a fait les frais.

Neill avait lâché ça d’un ton moqueur, montrant par là qu’il n’avait aucune peine pour cette victime, que ça soit un meurtre ou un accident, elle n’avait aucun intérêt pour lui.

- Un lustre qui tombe, une victime, des portes qui ne veulent plus s’ouvrir et une panique générale. Je me demande qui est véritablement visé dans cette affaire.

Le vicomte fixa Seth d’un air amusé, comme s’il détenait la réponse à sa propre question. Mais il n’en dit pas plus, il en avait déjà assez dit, et puis ce n’était pas lui le détective après tout. L’autre avait eut ce qu’il désirait, son témoignage. Maintenant Neill espérait qu’on lui apporte le ou les coupables sur un plateau, afin qu’il les embauches.

Cependant si le vicomte avait fini son discours, il n’en avait pas terminé avec le détective, il s’approcha de lui, et pour être sûr que l’autre comprenne l’ampleur de ses futures paroles il attrapa son menton avec une poigne de fer, le souleva et le força à le regarder :

- Comprenons-nous bien, Seth, je ne suis qu’un pauvre vicomte parmi tant d’autres, ne cherchez pas à entrer sur mes plates bandes sinon…

Neill s’arrêta, non pas parce qu’il n’avait pas d’idée de ce qui viendrait après le sinon, mais parce que ses yeux venaient d’être attirés par quelque chose d’intéressant. Le joli cou du détective qu’il avait découvert en soulevant son menton. Joli cou, dont la pomme d’Adam était inexistante.
Owen eut un sourire des plus vicieux et replongea ses yeux dans ceux de Seth.

- Oubliez ce que je viens de dire, bien sûr que vous ne viendrez pas fouinez dans ma vie, puisque vous n’avez pas envie que je vienne mettre le nez dans la vôtre.

Puis il alla susurrer à son oreille :

- Mais comment dois-je vous appelez, monsieur ou mademoiselle ?

Il se recula tout sourire, comme s’il n’avait rien dit, comme s’il ne s’était rien passé, comme s’il n’avait toujours été que ce vicomte a l’air constamment joyeux. Mais au fond de lui il bouillonnait, cette soirée au premier abord s’était annoncé tellement ennuyeuse et ce fouineur tellement enquiquinant, et voilà qu’un crime se produisait et que le fouineur était en fait une fouineuse.

Neill s’amusait, qu’est ce qu’il s’amusait.

[HRP : moi je trouve toujours tes postes très bien <3, et pour mon poste j'espère qu'il te conviendra, MP moi si je dois changer un truc vu ce qui se passe...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Dim 25 Juil - 15:33

Cette proposition en tout cas avait permis de fendre temporairement le masque de Neill Owen. Ce fut fugitif, presque impossible à remarquer, mais il semblait à Seth qu'il avait perdu son sourire pendant quelques fractions de seconde. Etait-il sur la bonne voie ? En tout cas, ceci était la preuve qu'il n'avait besoin de personne pour enquêter, et surtout pas d'un associé protecteur.
Il espérait en tout cas que cela suffisait. Il n'avait pas la moindre preuve concernant la culpabilité de l'aristocrate. En fait, en dehors des rumeurs et du comportement troublant d'Owen, rien ne laissait penser qu'il puisse être en infraction pour quoique ce soit. C'était peut-être ce qui le rendait dangereux à manipuler, pour un détective : savoir qu'il était malhonnête sans jamais trouver la moindre trace, le moindre indice de ses activités.
Par contre, lorsqu'il lui avait dit qu'il ne le menaçait pas, le masque était totalement tombé, révélant la véritable personnalité du vicomte. Cet éclat de rire, sans gêne et si terrifiant, glaça le sang de Seth, qui se demanda sur quelle sorte de démon il était tombé. Il se força à rester immobile, impassible, mais cela devenait compliqué avec cette allégorie du Mal. Cette fois, il n'avait qu'une envie, c'était de s'en aller, de rentrer chez lui et de s'occuper uniquement du dossier sur le garçonnet meurtrier, comme il avait initialement prévu de le faire, et d'oublier toute cette affaire sordide. Que Ringalls se débrouille, pour une fois ! Mais il ne pouvait pas. Pas pendant qu'il faisait son travail.
Lorsque Neill s'arrêta, un horrible sourire sadique s'était dessiné sur son visage malfaisant.
« Très cher Seth, commença-t-il, vous permettez que je vous appelle comme ça ? »
Seth acquiesça sobrement, n'osant pas le lui refuser, et sachant pertinemment que l'autre se fichait bien de son approbation.
« Bien sûr que vous ne menacez pas, vous n’oseriez pas. »
Seth resta silencieusement, se retenant de lui dire que c'était exactement le cas. Déjà, parce que ce Neill Owen était vraiment effrayant, et qu'il serait bien capable de... comment dire ? disparaître dans d'étranges circonstances pourtant tout à fait naturelles ? Seth tenait à sa vie et à sa tranquillité. Et puis, parce que s'il découvrait la vérité le concernant...
« Mais ne nous fâchons pas, je vais témoigner puisque vous insistez tellement. »
Pardon ? Il acceptait ? La seule marque de surprise chez Seth était ses yeux, un peu trop grands ouverts. Il se ressaisit et s'empressa de se préparer à la copie, comme s'il avait peur que le noble diabolique change d'avis. Pourtant, ce ne fut pas le cas.
« Le lustre est tombé tandis que la fête était à son apogée, raconta Owen, j’entends par là que beaucoup de couple dansaient, beaucoup de gens buvaient, beaucoup rigolaient. Je pense que c’était prémédité, on a fait tombé le lustre à ce moment là, ni trop tôt parce qu’il n’y aurait pas eu assez de gens présents, ni trop tard parce qu’il y aurait eut trop de gens saoulent ou disparu.»
Intéressant, comme hypothèse, il n'avait pas pensé aux causes de la tombée du lustre. Même cela, les coupables auraient donc réussi à le prévoir ? Il en prit note avec grand soin, notant au passage qui avait émis cette conjecture.
« Les blessés c’était voulu, mais je ne pense pas qu’ils étaient réellement visés. J’ai un doute pour la victime. A la regarder, ce n’est pas une noble, où alors si c’est le cas elle fait partit de ces pauvres inconnues qui cherchent sans succès à se faire un nom.  » Il s'arrêta un instant, et Seth en profita pour penser qu'il avait une âme de détective pervers. « Personne n’est à côté d’elle pour la pleurer, personne pour nous révéler comment elle s’appelle, c’est marrant mais il semblerait que personne ne la connaît. Ça ne vous semble pas étrange à vous ? A moins que la ou les personnes qui l’ont tuée soient celles qui la connaissaient… Si c’est bien un meurtre. »
Seth acquiesça rêveusement tandis qu'il notait ce que narrait le vicomte. Oui, c'était étrange. Bien sûr, lorsqu'il était arrivé, personne d'autres que des détectives n'était à côté d'elle, mais que nul ne puisse leur fournir un nom... Quant à la réserve concernant un meurtre, il ne pouvait qu'approuver.
« Un lustre qui tombe, une victime, des portes qui ne veulent plus s’ouvrir et une panique générale, conclut Neill Owen. Je me demande qui est véritablement visé dans cette affaire. »
Il regarda le détective avec amusement, qui fit semblant de ne rien voir et qui se contenta de ranger son carnet dans la poche de son manteau. Ce témoignage au moins lui avait permis de confirmer certaines hypothèses : c'était bien un acte prémédité, et savamment calculé qui plus est. Sans compter qu'une nouvelle conjecture était apparue : le fait que les criminels aient pu prévoir l'heure à laquelle le lustre devait tomber. Une chose était sûre, ils étaient extrêmement intelligents et seraient, par conséquent, très dur à attraper.
Alors qu'il allait se retourner vers le vicomte pour le remercier de la collaboration, celui-ci s'approcha de lui avec une attitude qui ne le trompa pas. Il referma immédiatement la bouche et attendit la collision. Neill attrapa son menton. Seth se raidit mais s'obligea à ne pas se débattre, ce qui aurait, il le savait, beaucoup plus au vicomte, et encore moins à résister, ce qui aurait pu paraître suspect, vu que Seth, étant en réalité Unity, était loin de posséder la force d'un homme. Il songea un instant que c'était bien imprudent de la part de Neill - avant de comprendre que ce n'était pas le cas. Tout à leur panique et obsédés par l'idée de s'enfuir, les gens hurlaient, couraient dans tous les sens, sans jamais faire attention à ces trois personnes immobiles - la jeune fille qui regardait la scène sans y prendre part, le vicomte qui avait empoigné avec force un détective qui ne bougeait même pas. Il pourrait le tuer sur place que personne n'aurait rien remarqué ; mais il savait bien que ce n'était pas l'intention d'Owen. Lorsque celui-ci l'obligea à le regarder dans les yeux, Seth, malgré son cœur qui tambourinait fortement contre sa poitrine, resta digne et obtempéra avec dureté.
« Comprenons-nous bien, Seth, dit Neill, je ne suis qu’un pauvre vicomte parmi tant d’autres, ne cherchez pas à entrer sur mes plates bandes sinon… »
Soudain, il s'arrêta, pour une raison inconnue à Seth, qui ne put savoir quelle menace il allait lui sortir. Ses yeux s'étaient abaissés l'espace d'un instant mais cela l'avait apparemment distrait de sa tirade. Quand il l'observa de nouveau, le vicomte arborait un sourire qui n'annonçait rien de bon.
« Oubliez ce que je viens de dire, bien sûr que vous ne viendrez pas fouinez dans ma vie, puisque vous n’avez pas envie que je vienne mettre le nez dans la vôtre. »
Là, il marquait un point, Seth n'avait aucune envie que Neill Owen s'intéresse à lui. Mais quelque chose clochait. Pourquoi oublier sa précédente menace ? La réponse lui vint très vite : ce fut l'aristocrate qui la lui murmura à l'oreille :
« Mais comment dois-je vous appeler, monsieur ou mademoiselle ? »
Seth sursauta.
« Que... » : commença-t-il, soudain complètement terrifié.
Souriant, le vicomte s'éloignait de lui, aussi joyeux et innocent qu'avant cette petite "altercation". Seth, paniqué, avait du mal à garder son visage de marbre ; ses yeux rivés sur Neill reflétaient son trouble. Comment avait-il pu deviner ? Comment pouvait-il savoir ? Jamais personne n'avait deviné, en dehors de celui qui l'avait aidé à confectionner son costume et son rôle ; jamais personne n'avait eu ne serait-ce que l'ombre d'un soupçon. Pour tout le monde, Seth Stutfied était un homme, c'était normal et il était impensable de penser que derrière le froid détective se cachait une jeune femme turbulente. Bref, aucune rumeur n'avait filtré, c'était impossible que le noble se soit basé là-dessus.
Et puis il comprit, en portant la main à son cou, légèrement dénudé.
Avec un regard noir mais un peu craintif en direction du vicomte, Seth rajusta son col défait avec rapidité et précision. Pas pour le cacher au noble, oh non, il avait eu tout le temps de bien le voir, mais plutôt à l'assemblée, et aussi à Elinor - quoique son frère pouvait très bien l'informer. Une fois que son point faible fut masqué aux yeux de tous, il prit son courage à deux mains et choisit de répondre à la question, même si c'était totalement inutile.
« La première proposition suffirait en public, n'est-ce-pas ? »
Sans pouvoir s'en empêcher, il éprouvait de l'admiration en même temps que de la révulsion pour cet aristocrate sournoisement intelligent qui avait percé son secret. Seth appréciait les personnes vives d'esprit, et encore plus lorsqu'elles se révélaient clairvoyantes. Son visage s'adoucit, et il lança :
« Votre perspicacité vous honore, monsieur Owen. Ce sera pour moi un plaisir de vous revoir. »
Un plaisir ? Oh, certainement pas. Ce serait une véritable épreuve que Seth n'était pas du tout prêt à vivre. Néanmoins, il avait bien envie de savoir jusqu'où irait le vicomte. Irait-il jusqu'à débusquer Unity et Irina ? Il avait une grande faiblesse, et il le savait pertinemment : ses yeux ambrés étaient peu communs et impossible, pour cette époque du moins, de changer de couleur d'iris. Il était persuadé que Neill avait dû remarquer ce détail, surtout après l'avoir regardé dans les yeux aussi fixement. Il lui suffirait d'apercevoir les yeux de ses deux autres identités pour se rappeler de ce détective qui n'était pas un homme et il aurait deviné.
Une épreuve ? En même temps, il n'avait pas peur des défis. Dans la vie, il fallait oser. Et s'il n'osait pas cette effrayante proposition, il perdrait une partie de sa dignité, déjà bien amochée. Et qu'importe si le noble le prenait au mot. Il se préparerait.
« Et, ajouta Seth, je voulais vous remercier pour votre contribution. Quoi que vous en pensiez, vous allez faire avancer l'enquête. »
Quelle importance pour Neill, cette enquête ? Il avait trouvé ce qu'il cherchait. La faille de Seth Stutfied, détective pourtant intouchable, qui l'empêcherait de fouiner dans ses affaires. En tout cas, Seth n'en avait nullement envie et ne s'y risquerait certainement pas. Ce que Ringalls faisait d'un tel secret était déjà trop effrayant pour lui, il n'imaginait même pas ce dont était capable un Owen, même si Seth le laissait tranquille...
Il avait vraiment tout raté.

[Oh, non, ne change pas, j'adore ta réponse. Tu as lu dans mes pensées ? J'avais l'intention de lui faire commettre une boulette pour que Neill découvre le pot aux roses. Enfin, merci, j'ai adoré écrire cette réponse, j'aime bien quand mes personnages sont en difficulté. *Sadique... /sort*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Lun 26 Juil - 14:24

Une fête organisée par la Reine elle-même, voilà qui réjouissait beaucoup la demoiselle ! En effet Ellyan adorait les grandes fêtes mondaine, il y avait toujours beaucoup de monde et comme la jeune comtesse était très sociable, elle se liait facilement d'amitié avec les gens. Elle avait passé des heures à se préparer, heureuse de pouvoir y aller avec son cher père.

Ses frères ne seraient pas là, l'un était invité à un anniversaire, l'autre préférait le calme quand au dernier il n'aimait tout simplement pas ce genre de manifestation. Sa bonne lui coiffait doucement les cheveux et la jeune fille se demandait si elle allait y voir monsieur le Knucker, miss Amber et ce charmant Neill Owen.


 - Ce serai tellement bien si tout le monde y était !

 - De qui mademoiselle parle t-elle ?

Ellyan leva un peu la tête en arrière, afin de pouvoir voir sa bonne et lui répondit :

 - Vous savez ce charmant vicomte dont je vous avais parlé .

 - Ha oui Monsieur Owen ? 

 - Oui !

Finalement, elle fût prête pour partir. Sortant de sa chambre, elle vit son plus jeune frère s'éloigner dans le couloir et soupira. Elle aurait aimé que tout le monde vienne mais, les garçons étaient ainsi.

Monsieur Vladmir était dans la voiture a attendre et la jeune fille arriva enfin. Finalement ils arrivèrent au Buckingham palace et la jeune demoiselle s'empressa d'y entrer .Elle regarda tout autour d'elle mais, ne pu voir correctement ceux et celles qu'elle cherchait, il y avait beaucoup trop de monde. Alors que tout ce passait bien, au cours de la soirée un drame arriva.

Un lustre tomba blessant quelques personnes au passage, de surprise et de peur Ellyan se recula, cognant ainsi quelqu'un. Lorsqu'elle se retourna pour s'excuser elle vit un jeune homme plutôt élégant avec de beau cheveux couleur feu.


 - Veuillez m'excuser ! 

Elle ne se doutait pas qu'il s'agissait du chef de la milice, à côté de lui se trouvait d'ailleurs une femme assez élégante.
Revenir en haut Aller en bas
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Lun 26 Juil - 15:16

Neill se retint d’éclater de rire en voyant le (la) détective reboutonner correctement son col, le mal était fait maintenant, n’importe qui d’autre que le vicomte n’aurait sans doute rien dit, c’est à peine s’ils auraient remarqué pour certains, mais pour ce démon c’était tout autre chose. Maintenant les rôles étaient inversés, c’était lui qui détenait le pouvoir sur Seth (était-ce bien son vrai nom d’ailleurs ? Il en doutait grandement).
Il dut mettre une main sur sa bouche et s’appuyer sur les joues pour retenir une nouvelle fois un fou rire quand l’autre répondit à son allusion en disant que monsieur suffirait en public, ajoutant ce « n’est ce pas ? » très amusant. Neill acquiesça sans rien ajouter de plus, il avait l’impression que s’il ouvrait la bouche maintenant il allait tellement rire que cela serait forcément mal vu par l’assemblé en pleine panique.
Heureusement pour lui, Seth lui remit les deux pieds sur terre en continuant son discours, Neill ravala son rire et l’écouta.

- Votre perspicacité vous honore, monsieur Owen. Ce sera pour moi un plaisir de vous revoir.

Et voilà qu’il était honoré parce qu’il avait découvert le point faible du détective, était-ce un flot de compliments pour se mettre Neill dans la poche ? Peut-être, mais le vicomte avait l’impression qu’il était sincère. Quand au plaisir…

- Ce sera un véritable plaisir pour moi aussi, d’ailleurs alors que votre présence m’ennuyais, j’ai dorénavant très hâte de notre prochaine rencontre.

Et peut-être que cette fois-ci, Seth serait sous sa véritable identité, celle d’une femme. Pour être sûr de ne pas la manquer, Neill enregistra quelque part dans sa tête les moindres détails du visage, de la taille, du poids, et surtout de la couleur des yeux. Rare, et impossible à changer. Le vicomte était désormais certains qu’il la reconnaîtrait peu importe son déguisement et ça lui tardait de voir à quoi elle pouvait bien ressembler quand elle n’était pas un homme. C’était pour lui un nouveau jeu, un de plus parmi sa longue liste d’amusements, mais celui-là il avait l’impression qu’il le trouverait drôle longtemps et ne s’en lasserait pas facilement.
C’est pour cela que pour l’instant le détective ne craignait absolument rien, Neill n’allait pas dévoiler son identité alors qu’il pouvait en jouer.

Quand Seth le remercia pour sa contribution, le vicomte hésita entre rire et faire la moue, optant finalement pour un simple sourire (ce qui ne changeait pas grandement finalement). Avoir aidé un détective l’embêtait déjà bien assez, il n’avait pas envie que celui-ci le remercie. Enfin bon, s’il l’avait fait c’est parce qu’il y trouverait peut-être son compte, et qu’il espérait bien le trouver justement.
Enfin de toute façon, au pire, il avait appris une chose si importante là maintenant, il avait volé un secret si bien caché, qu’il ne serait pas déçu de ne pas mettre la main sur les coupables pour les embaucher, ça ne serait que partie remise.

- Et bien si j’ai pu vous aidez, tant mieux, vous n’aurez pas tout perdu ce soir.

Petit sourire sadique pour cette pointe de sarcasme, puis regard vers sa sœur qui n’écoutait que d’une oreille la scène qui se passait entre son frère et le détective. De toute façon, même si elle était maligne, elle n’avait pas remarqué que Seth était en fait une femme, et elle savait que si besoin était son frère lui expliquerait tout le moment venu (il ne le ferait pas, pour une fois il voulait garder ce secret pour lui, comme une victoire, un trophée), Elinor de son autre oreille et de ses yeux vérifiait tout ce qui était entrain de se passer dans la salle, et surtout surveillait que personne n’en profite pour faire du mal à Neill.
Puis très sincèrement avec une voix douce et naturelle il finit par ajouter :

- Faites plus attention Seth, je ne voudrais pas que votre secret soit découvert par quelqu’un d’autre que moi, les gens ne sont pas tous comme moi, certains se dépêcheraient de l’annoncer et d’en faire un scandale. Je ne voudrais pas qu’on me retire ma nouvelle source d’amusement.

La dernière phrase mettait le détective au rang de « nouveau jouet de monsieur le vicomte Owen ». Un de plus sur une longue liste, mais pour lui rendre justice Neill lui aurait donné un bon rang, troisième ou quatrième place. Ça ne tenait qu’à elle de prendre la première…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Lun 26 Juil - 18:39

Mildred, est-ce bien vous ? Je ne vous avais pas vue, dans toute cette foule ! Comment vous portez vous ?La jeune femme mit une main sur le côté de ses lèvres et se mit à rire doucement en entendant son supérieur .

 " Ho ! Ho ! Je vous crois volontiers, la fête de la reine attire beaucoup de monde. "  

Elle se tourna face à face vers Faust et lui offrit un sourire charmeur.

" En revanche moi, je vous ais vu de loin. Je vais bien merci et vous même ? " 

Se taper la causette en plein milieu d'un drame ? Mily n'en avait que faire, en fait elle adorait même ce genre d'évènements, cela l'amusait beaucoup de voir à quel point les gens pouvaient paniquer. Elle s'approcha plus près de son supérieur et lui murmura dans le creux de l'oreille :

" Avez-vous attraper quelques possesseurs récemment ? " 

Puis elle se remit à parler normalement.

 " Au fait, je crois qu'une personne a rejoint nos rang, dans la milice. Il me semble que c'est un monsieur de la noblesse, mais je ne me souviens plus de son nom. " 

Oui, Mildred était au courant de tout, en ce qui concernait la Milice, mais avait un peu de mal à retenir les noms et les prénoms des gens. C'est alors que son supérieur se fit un peu bousculé par une demoiselle qui devait être toute jeune. Celle-ci s'excusa mais, semblait gêné, Mildred émit un petit rire étouffé.
Revenir en haut Aller en bas
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Mar 27 Juil - 0:18

Tout à fait charmant, presque innocent, Neill semblait bien plus heureux que lui. Rien d'étonnant, cela dit. Il souriait atrocement, et si elle l'avait pu, la vraie Unity lui aurait balancé son poing dans la figure. Hélas, cela ne collait pas avec la personnalité rigide de Seth, sans compter que cela ne se faisait pas, de se battre en public, et encore moins face à quelqu'un qui détient votre plus cher secret.
« Et bien si j’ai pu vous aider, assura-t-il sadiquement, tant mieux, vous n’aurez pas tout perdu ce soir. »
Ah ah ah, très drôle. S'il avait eu le choix, Seth aurait quand même préféré ne pas avoir d'indices de sa part, plutôt que de se retrouver si vulnérable face à une allégorie du mal. Comme il regrettait vraiment de s'être dirigé vers lui.
Il vit Neill regarder un instant sa sœur, qui visiblement n'avait pas compris tout le sens double de leurs paroles. Comme un second secret qu'ils étaient les seuls à partager... enfin, il fallait aussi compter Ringalls. En de nombreux points, Owen était son reflet, mais plutôt dans le côté du crime. Malgré tous ses défauts, le détective ne s'était jamais détourné de la voie qu'il s'était fixé, n'avait jamais pensé à mettre son intelligence au service du camp opposé. Tout à coup, il apparaissait beaucoup plus sympathique aux yeux de Seth, qui se promit de ne plus grimacer lorsqu'il serait forcé de jouer à nouveau sa fiancée... ou du moins, de garder ses réserves pour lui... et juste la fois suivante, pas une de plus.
« Faites plus attention Seth. » : ajouta le vicomte, et Seth reporta son attention sur lui.
Quelque chose était bizarre. Non pas son visage ou son attitude générale, oh non, il était toujours pareil, à la fois vicomte innocent, certes pas très fréquentable et un peu inquiétant, mais qui ne faisait rien d'autre que de bavarder avec le détective, et pervers qui contrôlait la situation. Oh, son sourire sadique était si douloureux pour Stutfied, qui en comprenait tout le sens. Mais ce qui changeait, cette fois, c'était la voix. Plus douce, plus simple, elle semblait dépourvue de tout artifice. Une voix somme toute rassurante, d'abord parce que cela rappelait au détective qu'il n'était qu'un humain, ensuite parce qu'elle donnait de l'espoir à Seth. Mais il allait vite déchanter :
« Je ne voudrais pas que votre secret soit découvert par quelqu’un d’autre que moi, les gens ne sont pas tous comme moi, certains se dépêcheraient de l’annoncer et d’en faire un scandale. Je ne voudrais pas qu’on me retire ma nouvelle source d’amusement. »
On se demandait vraiment pourquoi...
Seth serra les dents en constatant à quel point il était tombé bien bas. Même s'il ne pouvait qu'approuver la première partie - en effet, il valait mieux que personne d'autre n'en sache rien, un scandale lui ruinerait sa carrière - il n'aimait pas du tout que cet aristocrate sans vergogne fasse sous-entendre que d'autres pouvaient être pires que lui. Bah voyons. Au moins, les honnêtes gens ne s'amuseraient certainement pas de lui à ses dépens. Car c'était bien ce que Neill entendait faire de lui. Un jouet, tout simplement ! Une source d'amusement non volontaire et non consentante, comme un être inanimé, une poupée que l'on achète dans un magasin. Elle ne vous a rien demandé, mais vous la prenez, vous jouez avec elle, vous la maltraitez en lui cassant un bras, une jambe, mais elle ne peut pas répliquer. Elle n'est pas douée de parole. Et vous grandissez, et elle vous plaît moins, et vous la mettez dans un coin. C'était donc cela que lui réservait Neill ? Plutôt mourir... ah non, finalement, peut-être pas. Aussi minable que devenait sa vie, avec la présence omniprésente de Ringalls et maintenant le joug d'Owen, Seth y tenait comme un pauvre diable.
Il lui adressa un sourire misérable, mais un peu enjoué quand même.
« C'est si gentil de vous préoccuper de moi, railla-t-il doucement. Encore un peu, et je croirais presque que vous êtes effrayé. »
Effrayé ? Oh, le mot ne convenait certainement pas au noble, mais cela plaisait beaucoup à Seth de le prononcer. Pas question non plus de se laisser marcher complètement sur le pied. Un peu... il voulait bien, ce n'était pas comme s'il avait vraiment le choix. Mais, puisqu'Owen avait découvert qu'il n'était pas un homme, il pouvait bien laisser entrevoir un peu de sa véritable personnalité : une femme forte, impulsive et orgueilleuse, qui ne savait malheureusement pas se taire.
« D'ailleurs, je vais vous avouer quelque chose, je suis sûre que cela vous plaira. » continua-t-il sur sa lancée.
Une partie de lui, partie façonnée par les nombreuses fois où elle avait joué Seth, lui recommandait la prudence, lui déconseillait fortement de lancer sa bombe. Bien sûr que cela ne plairait pas à Owen ! Et la partie Unity s'en réjouissait déjà, espérant (en vain, je crois le savoir) que cela lui clouerait le bec pendant au moins trois secondes.
« Vous avez été devancé. » : annonça-t-il.
Et, pour enfoncer le clou, il renchérit :
« De très loin, qui plus est. »
Son sourire s'éteignit comme une fleur fanée, et il commença à surveiller les réactions du noble tout en comptant. Une...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Mar 27 Juil - 1:48

Neill était changeant, ce qui pouvait l’amuser vraiment beaucoup pouvait l’ennuyer dix secondes plus tard, alors il cassait son jouet ou l’abandonnait. Savoir ce qu’il se passait dans sa tête était difficile parce qu’il semblait varier constamment d’avis, comme s’il n’était jamais d’accord même pas avec lui-même. Pourtant, parfois, certains joujoux sortaient du lot, ils surpassaient tous les autres et intéressaient le vicomte longtemps, très longtemps, et il était sûr que Seth faisait partit de ces amusements là. Pas un simple amuse-gueule, mais carrément un festin.
C’était quasiment mignon, la façon qu’avait Seth de se défendre, de lui dire ironiquement que c’était gentil de se préoccuper de lui, et même d’oser ajouter qu’un peu plus et il croirait presque que Neill était effrayé.
Effrayé lui ? Même pas sûr que ce mot existait dans son vocabulaire. La peur était irrationnelle, il suffisait juste de se dire qu’on était dieu ou diable, qu’on était le meilleur, le plus intelligent, le plus fort, et on n'avait plus peur. Surtout pas d’une petite fille qui se déguisait en garçon pour jouer au détective.
Elle pouvait être son pire ennemi, elle ne l’effraierait pas quand même, mais elle était « adorable » de se défendre et du coup Neill "adorait" ça. Les gens, le plus souvent, étaient trop effrayés pour lui dire quoi que ce soit, et puis faut dire que la dernière fois qu’on l’avait traité d’enfoiré ça avait mal finis pour celui qui l’avait fait, mais Seth n’était pas si stupide ni même si vulgaire, il se défendait avec les bons mots, et sa manière de faire plaisait au vicomte (bien malgré lui, mais de toute façon il s’amusait, alors qu’importe ?).

Et le jouet se défendait si bien qu’il réussit à faire grincer des dents le vicomte. Alors comme cela quelqu’un savait déjà bien avant lui qu’il était en fait une fille ?

- De très loin
, ajouta Seth

L’amusement fit place à la colère. Voilà que son jouet lui était déjà infidèle alors qu’il commençait à peine à s’amuser. Le vicomte perdit toute trace de joie, et pas seulement quelques secondes, mais une bonne minute. Plus de sourire, plus de petits yeux pétillants d’amusement, les sourcils froncés, la mine mauvaise, il ne regardait même plus Seth, mais le bordel dans la salle, se demandant ce que pouvait bien foutre cette nouille de reine et ces crétins de gardes, franchement toute une bande de bon à rien incapable d’arrêter des coupables manquant tellement d’élégance que Neill ne trouvait plus ce jeu là si amusant. Mais Seth était son nouveau jouet, précieux puisqu’il le plaçait à la troisième ou quatrième place, puisqu’il ne s’en lasserait pas si vite.
Colère, d’accord, mais en même temps désir, un putain de désir qui vous bouffe jusqu’à la moelle, celui de trouver le premier au courant et de lui faire subir tout un tas de trucs pas très agréables, que même les pires cauchemars ne vous font pas imaginer. On ne lui vole pas la source de son amusement si facilement, et même si celui-là était là en premier, Neill se considérait comme le maître à partir du moment où il avait qualifié Seth de « jouet ». Le SIEN, à lui.
Parce qu’à 19 ans, parfois le vicomte avait des réactions de gamins, fou qu’il était il aurait dût réfléchir et se rendre compte à quel point c’était dingue de jouer avec ce détective, dingue et surtout inutile. Okay ça l’amusait, mais pour l’instant qu’est ce que ça lui apportait ?
Il pouvait bien le menacer de tout révéler si l’autre venait fouiner, qu’est ce que cela apportait d’être énervé parce que quelqu’un avait été plus rapide que lui ?

Vous direz que sa réaction est vraiment violente, pourquoi se mettre autant en colère pour si peu ? Mais le vicomte est méchant, il ne faut pas l’oublier, et parfois il pétait un plomb, comme tout bon méchant. Peter un plomb d’accord, mais il fallait qu’il reste maître de la situation.

Oubliant le cadavre, oubliant cette soirée, que la reine aille se faire pendre, elle et les coupables qui foutaient un sacré boxon, Neill sans retrouver son sourire lui répondit :

- Tu me vexes, moi qui pensais arriver le premier, voilà que je n’arrive que deuxième.

Vexé, en colère, énervé. C’était marqué sur son front, alors inutile de le cacher ou de faire semblant.

- Mais peu importe, si le deuxième dépasse le premier, il devient premier à son tour. Et je suis très joueur.

Et cela devait le ravir, le jeu n’en était que plus passionnant maintenant. Alors la colère lui passa, mais pas la vexation, celle là ne lui passerait pas, pas tant qu’il n’aurait pas gagné sa première place.

- Je vais devenir le premier sois en sûr Seth, et j’en saurais plus sur toi que celui qui en sait plus que moi.

Puis retrouvant ce sourire de sadique barge il ajouta presque susurrant :

- Alors tu seras complètement à moi.

Bien sûr il n’avait dit ça que dans le sens où le jouet serait SON jouet, celui avec qui il pourrait jouer sans avoir à le partager, celui qui serait totalement en son pouvoir. Dire que quand Seth était arrivé vers lui, Neill n’avait qu’une seule envie : qu’il s’en aille. Et maintenant voilà qu’il voulait fouiner lui-même dans la vie de ce détective juste pour son amusement personnel. Un amusement malsain, pervers, sadique, mais qui pouvait se retourner contre lui…
Mais peut-être que le plaisir était là justement, dans le danger…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Mer 28 Juil - 0:19

Cinquante... Cinquante et un...
Seth commençait réellement à s'inquiéter de cette absence de réaction. En effet, pendant environ une minute, le vicomte sembla complètement désintéressé de lui - ce qui, en soit, n'était pas vraiment un problème, cela plaisait pas mal à Seth d'ailleurs. Plus du tout amusé, il contemplait la foule, nourrissant sans doute de bien sombres pensées que le détective préférait ne pas connaître. La foule, au lieu de se calmer, paniquait de plus en plus, tentait le tout pour le tout dans le vain espoir de sortir. Seth aurait adoré se joindre à eux et chercher une issue inexistante, s'il n'avait pas déjà compris à quel point c'était inutile. Les gardes n'étaient certainement pas des incompétents, pour travailler à Buckingham, aussi, on pouvait compter sur eux pour ne négliger aucune porte de secours. Seth pensa qu'il devrait retourner au travail... mais dans de telles conditions, c'était tout bonnement impossible. Plus d'indices, et les seules personnes à ne pas succomber à la folie en dehors des détectives se trouvaient en face de lui. On aurait pu souhaiter de bien meilleures conditions.
Finalement, Neill reporta son attention sur lui. Et il n'avait pas du tout, du tout l'air content. Seth en était à la fois ravi et anxieux. D'une certaine manière, c'était bien ce qu'il voulait, le faire taire pendant quelques secondes, et puis l'énerver. Mais il se rendit tout de suite compte qu'il l'avait grandement sous-estimé. Ce démon avait le sens de la répartie, et il serait bien dur de parvenir à le contrer. Malgré cela, il se promit de ne pas le lâcher, de lui opposer une résistance farouche.
« Tu me vexes, répondit Neill Owen, moi qui pensais arriver le premier, voilà que je n’arrive que deuxième. »
Tiens donc, tout à coup, il se mettait à la tutoyer ? (Oui, je sais que c'est bizarre si le dialogue est censé être en anglais) Seth vit cela d'un très mauvais œil. Le vicomte devait être très, très énervé, et très, très possessif. Il préféra donc s'abstenir de le corriger et de lui signaler qu'il n'était pas arrivé deuxième, mais troisième. Eh oui, deux personnes étaient au courant, ses deux "employeurs" : Ringalls, puis Tareth. Évidemment, connaissant Unity, je pense qu'elle finira par le lui dire ; mais à ce moment précis, inquiète de sa réaction, elle préféra passer ce détail sous silence.
« Mais peu importe, objecta Neill, si le deuxième dépasse le premier, il devient premier à son tour. Et je suis très joueur. Je vais devenir le premier, sois en sûr Seth, et j’en saurais plus sur toi que celui qui en sait plus que moi. »
Seth le regarda avec des yeux ronds, se demandant s'il était juste un gamin gâté ou extrêmement fou. Bizarrement, il aurait penché pour un mélange des deux. Son attitude était sans conteste très puérile, le comportement d'un enfant qui refuse de perdre et à qui ses parents offrent quasiment tout le temps la victoire. Ce n'était pas étonnant de retrouver une telle conduite chez les nobles : lorsqu'on naît avec une cuillère en or dans la bouche, on est toujours éloigné de la vie réelle, on ignore la plupart des problèmes. Encore que vu comme était le vicomte, c'était un peu plus compliqué ça. Il avait vraiment l'air d'un dingue à sourire comme ça !
« Alors tu seras complètement à moi. » : acheva-t-il, ayant apparemment retrouvé une certaine satisfaction.
Honnêtement, mettez-vous à la face de Seth. Comment réagiriez-vous si quelqu'un qui détient un secret susceptible de ruiner votre vie (car pour Seth, sa carrière occupait toute son existence) vous sortait une phrase de ce genre de façon très sérieuse ? Croyez-moi, vous aurez sans doute envie de vous terrer dans un trou en maudissant le destin qui vous a fait rencontrer une telle personne et qui vous a lâché entre ses griffes. En fait, ce fut à peu près ce que ressentit Seth à ce moment-là, quand il comprit qu'il venait de tomber sur un dangereux malade mental.
Pourtant, il était hors de question de se laisser abattre aussi facilement. Il l'avait cherché, il l'avait trouvé, à lui d'assumer. Aussi Seth resta-t-il aussi immobile que possible, reprenant son visage inexpressif comme on enfile un masque et se contenta de le regarder.
« Bien sûr, bien sûr... » : rétorqua-t-il, comme il aurait pu lui dire "Cause toujours, tu m'intéresses".
Un long frisson parcourait son dos, frisson de peur et de répulsion. Non, il ne devait pas se laisser impressionner. Même si son opposition plairait sans doute à Owen, il devait s'y raccrocher dur comme fer. Pas question de lui laisser le contrôle total sur lui-même ! C'était le seul moyen de conserver sa dignité, même s'il ne se faisait pas d'illusions : forcément, il aurait un jour ou l'autre à s'aplatir un peu pour conserver sa double identité intacte. Mais certainement pas plus que nécessaire. Et tant mieux pour Owen s'il en était content, ce serait toujours mieux pour Seth...
« Ça n'a rien d'une compétition, ajouta-t-il froidement. Enfin... Amusez-vous bien, mais ne comptez pas sur moi pour vous faciliter la tâche. »
Cette fois, il était totalement redevenu Seth, avec sa distance, son impassibilité à (presque, comme on vient de le voir) toute épreuve et son absence (presque) totale avec une jeune femme trop téméraire nommée Unity Violett. Oh, il savait bien qu'il ne leurrerait pas Neill, c'était devenu impossible. Mais s'il devait bientôt reprendre du service, il faudrait que son masque soit bien mis en place et résiste un peu mieux que jusqu'à présent.
Adressant un sourire sans émotion au vicomte alors qu'il allait partir, il lança :
« Ah, et si jamais j'ai encore besoin d'aide pour une enquête, j'espère que cela ne vous ennuie pas si je m'adresse de nouveau à vous ? »
En fait, il n'était pas très sûr que l'aide de Neill soit celle qu'il préfère, étant donné qu'il l'effrayait, mais elle serait, il le savait, très efficace. Enfin... la réponse serait sans doute négative, pourquoi le vicomte se mêlerait-il d'affaires qui ne regardaient que les détectives ?
En dehors de tout cela, Seth songea qu'un jour, il lui mettrait son poing dans sa figure, promis juré, et peu importe les conséquences. Mais pas tout de suite, pas en public et pas alors qu'il n'avait pas encore pu étudier ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neill Owen
Gentilhomme mal intentionné
avatar

Messages : 400
Points : 232
Date d'inscription : 07/07/2010
Localisation : Quelque part où on s'amuse

Un peu plus sur toi !
Relations:
Possèdes-tu une pierre ?: Non ><
Le pouvoir de la pierre:

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Mer 28 Juil - 3:01

Neill était fou, cinglé, taré, complètement barré, mais c’était son grand frère qui était à l’asile. Pourquoi est-ce qu’il était comme ça ? Est-ce que c’était d’avoir vu ses parents se déchirer pour des questions de cul ou d’argents ? Ou d’avoir supporter cet abruti de Cédric qui prenait le même chemin que leur père ? Serait-il devenu un adorable petit garçon sain d’esprit s’il était né dans une autre famille ? A le voir on pouvait facilement en douter, peut-être que dans son sang coulait le mal, que c’était dans son caractère, dans sa façon d’être, et qu'il trouvait cela tellement génial d'être méchant qu'il ne serait jamais devenu gentil et cela même s'il avait été élevé autrement.
Alors c’était les autres qui payaient le prix de sa folie, et Seth était de ceux là pour l’instant. Ce dernier d’ailleurs semblait ne pas réagir à la crise de Neill, retrouvant sa froideur, se contentant d’un « bien sûr, bien sûr » énervant. Owen le fusilla des yeux, son regard de glace plus froid que les icebergs essayait de transpercer le masque du détective.

- Ça n'a rien d'une compétition. Enfin... Amusez-vous bien, mais ne comptez pas sur moi pour vous faciliter la tâche.


Le lunatique vicomte retrouva un sourire amusé, Seth ne comptait pas lui faciliter la tâche, très bien, c’était même mieux ainsi. Beaucoup plus intéressant. Si le détective s’était soudainement livré à lui, cela aurait été d’un ennuie, un jouet qui prenait plaisir à en être un n’était franchement pas intéressant. Là Neill allait pouvoir jouer longtemps, prendre son temps, découvrir petit à petit les secrets du détective et ensuite lui dire « voilà », alors à ce moment là il se délectera de voir sa tête et sans doute son désespoir. Seth devra sûrement dire adieu à son masque de froideur et reconnaître le vicomte comme son maître.

Puis le sujet fut détourné le détective osa lui dire que s’il avait besoin d’aide pour une enquête, il espérait que cela n’ennuierait pas Neill qu’il s’adresse à lui. Quelle bonne blague, il fallait remettre les choses à leur place.

- Seth, viens me voir si t’en as envie, mais aider les détectives ne fait pas partit de mes passe-temps. On boira le thé tous les deux si tu veux, et on discutera de ce que tu caches sous tes habits ça m’intéresse, mais tu es encore plus fou que moi si tu crois que je vais t’aider dans tes enquêtes. Mon témoignage de tout à l’heure ne dois pas te monter à la tête, tu sais bien que je ne l’ai fais que pour mon propre profit.

Neill ne cherchait même plus à jouer sur une quelconque apparence, il savait que le détective ne marcherait plus dans ce jeu là, et dans un sens s’il connaissait un des secrets de Seth, ce dernier pouvait se targuer également d’en savoir beaucoup sur le vicomte, mais encore fallait-il qu’il veuille s’en vanter, et ça Owen en doutait fortement. Au pire, il n’aurait qu’à mettre un terme à la vie de son nouveau jouet, ça serait fort dommage mais bon.

- Sur ce monsieur le détective, vous devriez peut-être cherchez qui sont les vrais coupables de tout ce désordre, j’aimerais pouvoir rentrer chez moi bientôt.

Il avait reprit le vouvoiement et les bonnes manières, redevenant le Neill que les gens qui le connaissaient peu voyaient, ce faux vicomte aux allures de gentleman.

- Je ne voudrais pas vous gênez dans votre travail…

Petit sourire sadique, juste une dernière fois, juste pour le plaisir :

- Pas encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Unity Violett
Détective. Seth Stutfied / Irina Blaze
avatar

Messages : 150
Points : 379
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Mer 28 Juil - 22:52

Comme il s'y attendait, la réponse de Neill fut négative. Ce n'était pas étonnant : l'aristocrate n'avait pas du tout l'air d'apprécier les détectives, et malgré tous ses soupçons sur ses activités illégales, Seth n'avait pas le moindre élément qui puisse agir véritablement comme moyen de pression. S'il savait au moins en constituait ses trafics, ou le nom d'un de ses collaborateurs, pourquoi pas ? Mais quelque chose lui disait que même cela ne serait pas suivant. Neill avait bien plus l'habitude de manipuler les gens que lui, qui ne s'était plus éloigné du droit chemin depuis bien longtemps.
« Seth, viens me voir si t’en as envie, railla le vicomte qui devait trouver cette idée très risible. mais aider les détectives ne fait pas partit de mes passe-temps. »
Sans blague ? Seth n'avait vraiment rien remarquer...
« On boira le thé tous les deux si tu veux, et on discutera de ce que tu caches sous tes habits ça m’intéresse, mais tu es encore plus fou que moi si tu crois que je vais t’aider dans tes enquêtes. Mon témoignage de tout à l’heure ne dois pas te monter à la tête, tu sais bien que je ne l’ai fais que pour mon propre profit.  »
Dommage, songea froidement Seth. Il faudra réfléchir à ce problème.
Bien sûr qu'il l'avait pour son profit, Stutfied s'en doutait bien. Le plus étonnant restait qu'il ait vraiment obtempéré. Ce serait sans doute très intéressant de fouiner dans ses affaires, mais il n'avait pas vraiment le courage de le faire. Téméraire, oui, pas suicidaire. Enfin, sans doute, ce serait quelque chose à envisager.
Il n'empêchait que ce "cacher sous tes habits" comportait des doubles sens qui ne lui plaisaient guère...
« Sur ce monsieur le détective, vous devriez peut-être cherchez qui sont les vrais coupables de tout ce désordre, j’aimerais pouvoir rentrer chez moi bientôt. Je ne voudrais pas vous gênez dans votre travail… »
J'avais justement l'intention de partir, voulut rétorquer Seth. Mais étant donné que le vicomte avait retrouvé ses allures de gentleman, il songea que lui aussi devrait faire un effort et respecter certaines... civilités. Alors qu'il allait s'y employer, il fut coupé par un « Pas encore » malicieux qui lui coupa toute envie de se montrer "civilisé" avec lui.
Il n'allait quand même pas intervenir comme ça dans sa vie ?
Feignant l'innocence et l'impassibilité même, Seth le salua furtivement de la main.
« On verra, assura-t-il sèchement. Au revoir, monsieur Owen. Mademoiselle Elinor. » : ajouta-t-il en inclinant légèrement la tête sur le côté.
Puis sans se retourner, calme en apparence mais bouillant de colère en réalité, il s'éloigna machinalement de son bourreau.

A six ans déjà, le grand Raistlin Majere avait compris quelque chose. "La connaissance confère le pouvoir... surtout quand elle concerne les secrets des autres." Évidemment, on reconnaît là la marque d'un grand sage qui a failli détruire le monde à cause de son ambition. Cela dit, Seth, de mauvaise humeur, reconnaissait que c'était totalement vrai.
Maintenant qu'il avait quitté le vicomte démoniaque, il n'avait qu'une envie, c'était de hurler, de frapper. Mais il se retenait, ne voulant pas totalement bousiller sa fragile couverture. Une unique larme de rage lui piquetait l'œil gauche, larme qu'il refusa d'essuyer. Les indices étaient fichus, il s'était rendu vulnérable et il n'y avait plus beaucoup de chances de trouver les coupables. Cette fête était un vrai fiasco.
Le détective que Ringalls lui avait demandé d'approcher n'étant nulle part en vue, il entreprit de chercher son associé. Celui-ci essayait de convaincre la dame qui s'accrochait à son bras en gémissant de le laisser tranquille. Son regard s'éclaira soudain lorsqu'il l'aperçut, et de sa main libre, il lui fit signe d'approcher. Retenant un soupir, Seth obéit et salua courtoisement la femme.
« Ma dame, lui dit-il, vous devriez aller vous reposer. Il y a une causeuse dans le coin, mon collègue et moi pouvons vous y emmener. »
La dame renifla d'une manière fort peu élégante mais ne refusa pas leur aide. Ringalls et Seth la soulevèrent et la menèrent jusqu'au canapé. Après lui avoir débité une excuse professionnel, les deux hommes s'éloignèrent et allèrent se faufiler dans un coin.
« Merci, lâcha finalement Ringalls en lui adressant un pâle sourire. Charmante, mais épuisante. Vous vous y prenez toujours mieux avec les femmes que moi.
- Vous savez très bien pourquoi. » : commenta rageusement Seth, qui n'avait pas envie de rentrer dans son jeu.
Ringalls le remarqua et se pencha vers lui, songeur.
« Tu pleures ? demanda-t-il, interloqué.
- Ce n'est rien, répondit Seth en essuyant la larme. Ne t'en mêle pas. »
Son patron haussa les épaules.
Ils firent le bilan de tous les témoignages recueillis, arrivant à chaque fois à la même conclusion : ils n'offraient pas beaucoup de pistes. Par contre, celui d'Owen étonna Ringalls.
« Tu as réussi à obtenir la déposition de ce requin ? chuchota-t-il, impressionné et surpris.
- Qu'est-ce que tu crois, que je suis une idiote ? objecta durement Seth. J'avoue y avoir laissé quelques plumes, mais... »
Il s'arrêta, retenu par la fierté. Il n'irait certainement pas lui dire qu'il avait fichu une identité en l'air et que, si môssieur Owen estimait qu'il faisait un joujou suffisamment amusant, il obtiendrait un sursis appréciable ? Du moins, pas tout de suite. Mais il se jura de le faire lorsqu'ils rentreraient dans son appartement. De toute façon, il l'apprendrait tôt ou tard, donc mieux valait ne pas trop le vexer et ne pas trop le faire poireauter. Tant qu'il n'était pas obligé de passer aux aveux tout de suite...
Sentant son hésitation, Ringalls le regardait avec attention. Seth secoua la tête.
« Je te raconterai plus tard. En privé. » : promit-il.

Lorsque les deux détectives se séparèrent, Seth se mit à chercher des yeux un quelconque indice qui pouvait les aider, et réfléchissait à un élément qui avait dû leur échapper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   Jeu 29 Juil - 18:11

Allez à la fête de la reine. Loin de lui cette idée, au contraire ça lui hérissait le poil. Ces gens de la noblesse, ou même autres qui riaient, buvaient, pendant que d’autres s’amusaient à des divertissements beaucoup plus sombre. Oui il détestait cette sorte d’innocence, de « tout me passe au dessus de la tête »devant cette période sombre.

Mais sa fille lui avait forcé la main, par son sourire. Il était difficile de résister à ce sourire qu’il lui rappelait tant sa femme. Il était donc dans la voiture à l’attendre. Ces fils ne viendraient, et ce n’était pas plus mal. Il ne voulait pas les voir…Enfin plus les voir.

Au final il y était, verre à la main, canne de l’autre, et de ces yeux clairs il observait la masse gluante des gens en tout genre qui profitait de la fête. Il n’était pas misanthrope, non ! Juste qu’aujourd’hui l’être humain lui paraissait la pire bête en ce monde.

Andrev regardait d'un air évasif sa fille qui déambulait, gracieuse, jolie, naïve.
Elle avait parlé, à sa bonne, d’un comte qu’elle avait rencontré. Neil, pas vraiment un nom de noblesse à l’avis de son père. Mais bon elle avait le sourire et c’est ce qui comptait. Il avait tout de même fait quelque recherche.
Andrev observait du coin de l’œil le jeune homme au charme banal mais qui devait certainement dégagé quelque chose, néanmoins le sourire qu’il portait des fois, lui rappelait une ancienne personne de sa famille.

Perdu dans quelques une de ses pensées, il ne remarqua pas le mouvement de foule ni la vague de panique qui avait remplace l’ambiance festive de la soirée.
Ce n’est que lorsqu’il vu un des célèbres détectives qu’il se « réveilla ».

*Un mort ? Se pourrait-il… *


Il s’approcha, bousculant deux ou trois personnes s’excusant par des marmonnements pour voir le corps.
Cadavre féminin ensanglanté. Il observa le rouge, et se recula.

*Maudit possesseur de pierre…Tous, vous mourrez tous par n’importe quel moyen je le jure*

Sa haine était comme remonté, comme une marée montante prête à engloutir qui que se soit. Il s’éloigna plus, pour éviter le monde et penser comment, et qui. A ce moment là Andrev vit d’autres personnes de la milice dont le chef. L’optique de commencer une conversation normale avec eux , normal déjà semblait impossible, et surtout de les écouter était pour ce soir une mission qui lui paraissait bien difficile. Surtout quand il regardait en quelle compagnie Foster était…Tout ces bijoux cette dentelle, en faire trop pour cacher le plus, en tout cas c’était la sensation qu’Andrev avait.

*Devrais-je aller saluer ou tout bonnement rester là ? J’opte pour la seconde solution*

Il patienta alors et vit aussi sa fille se rapprochait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue n°2 : Catastrophe à la fête.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti
» Résumé de l'intrigue
» Catastrophe: Trois enfants tués dans un glissement de terrain au Cap-Haitien, Mi
» Une catastrophe ambulante ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Victoria's Stone :: Londres touristique :: 

Monuments

 :: Buckingham Palace
-
Sauter vers: